Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Franz Schubert

1797-1828 (Autrichien)

Sa vie en résumé - Petite Biographie de Schubert

Franz Schubert est né à Vienne, le 31 janvier 1797. Fils d'une ancienne servante et d'un maître d'école, également violoncelliste amateur, il fit son apprentissage de la musique avec son père, puis avec l'organiste de la paroisse de Lichtental (près de Vienne). Doué d'une voix remarquable par sa pureté, il entra en 1808 à la chapelle Impériale et commença ses études au StadtKonvikt : école de formation pour les chanteurs de cour. Il y fut notamment l'élève de Antonio Salieri et participa comme violoniste à l'orchestre de cette école. Il y composa sa première oeuvre à l'âge de 13 ans.
Après avoir quitté le Stadkonvit, Franz Schubert devint instituteur, sur les conseils de son père, et composa parallèllement des oeuvres musicales.
Dénué de toute ambition, quoiqu'il tentât à plusieurs reprises de conquérir Vienne avec ses oeuvres de théâtre, il vécut pauvrement mais conscient de son génie, admirant Mozart, Haydn et Beethoven, et entouré de l'affection, souvent agissante, d'un petit cercle d'amis.
Son tempérament porté au divertissement rendit Schubert très populaire auprès de ses amis. Ceux-ci se retrouvaient durant des soirées qu'on appela les "shubertiades", où l'on riait, plaisantait, jouait et dansait sur des musiques improvisées par Franz Schubert.
Doté d'un physique ingrat, malchanceux avec les femmes, Franz Schubert sombra dans un profond pessimisme à partir de 1824 car sa santé se dégradait et il ne parvint pas à faire représenter ses oeuvres sur scène.
Franz Schubert est mort de typhoïde le 19 novembre 1828 à l'âge de 31 ans. Enseveli à Wärhing, son corps a été transféré au cimetière central de Vienne à proximité de Beethoven, comme il l'avait souhaité.

A retenir parmi les oeuvres au piano de Schubert ...

Franz Schubert, qui ne réussit pas ou peu à faire jouer ses œuvres orchestrales, créa beaucoup pour le piano et pour de petits ensembles instrumentaux.
Il se produisait rarement en concert. Franz Schubert a composé de nombreuses pièces pour pianistes amateurs: Franz Schubert est un des derniers compositeurs à avoir accorder une place importante aux sonates (23). Il composa nombre de valses, mais aussi des danses populaires – notamment des Ländler, des écossaises et des marches –, très appréciées dans la Vienne de Metternich, où les bals étaient fréquents.
Mais l'originalité du style de Franz Schubert est surtout perceptible dans les deux cycles d'Impromptus et de Moments musicaux ainsi que les trois Klavierstücke.
Sa production pour piano à quatre mains est particulièrement abondante : trente-deux oeuvres réparites principalement sur deux époques, de fin 1817 à 1819 et de juin 1824 à 1828.
Il écrivit également 4 sonates pour piano et violon, trois trios avec piano et le célèbre quintette avec piano : La truite. Enfin Franz Schubert écrivit de nombreux lieder.
On lui reconnait un grand talent en raison de son grand sens mélodique et son "géne modulatoire", n'hésitant pas à passer d'un mode à l'autre (entre majeur et mineur) mais une grande partie de l'oeuvre de Franz Schubert ne fût éditée qu'après sa mort et sa valeur ne fût reconnue qu'un siècle plus tard.
Ses contemporains ont dit de Franz Schubert ...
"Son caractère était mélange de tendresse et de rudesse, de sensualité et de naîveté, de civilité et de mélancolie" Johann Mayrhofer (poète -1787-1836)

Ecouter...et voir - Discographie avec des oeuvres de Franz Schubert

Piano bleu vous conseille plus particulièrement les disques ci-dessous :

Franz Schubert (1727 - 1828)
Nikolai Lugansky, piano

Sonate pour piano n°19 en do mineur D.958
Quatre Impromptus opus posthume 142, D.935

A découvrir, en avant première, un extrait de ce nouveau disque, disponible à partir du 15 janvier 2016, du pianiste russe Nikolai Lugansky qui enregistre en exclusivité pour le label français Naïve-Ambroisie. C'est son cinquième disque sous ce label, et nombre de ses précédents enregistrements ont été récompensés de multiples prix donnés dans différents pays : Diapason d'or, BBCmusic magazine award , ECHO Klassik... Et il a été distingué comme " Artiste du peuple de Russie" en avril 2013. Ce nouveau disque, enregistré récemment : à Potton Hall du 28 au 31 mai 2015, est consacré à un compositeur lui aussi fort apprécié : Schubert. Il comporte des oeuvres pour piano dites parfois " tardives" : la sonate n°19 en do mineur D.958 et d'autres part les quatre Impromptus Op. Posthume 142 D. 935 ...cliquez ici pour lire la suite et écouter l'extrait

Franz Schubert (1797-1828)

Piano à quatre mains

Claire Désert, Emmanuel Strosser

L'année 2015 a été riche en disques de duos de pianistes, voici à découvrir ce nouveau disque, qui paraît sous le label Mirare, comportant une sélection d'oeuvres de Franz Schubert, connues et moins connues, toutes pour piano à quatre mains, jouées par le sympathique duo de pianistes Claire Désert et Emmanuel Strosser, un duo qui a la "particularité" d'avoir déjà enregistré plusieurs disques ensemble, il faut dire que voilà plus de vingt ans que " dans un coude à coude fusionnel" ils explorent l'univers si "singulier" du piano à quatre mains, il n'est pas impossible que vous ayez eu l'occasion de les écouter lors d'un de leurs multiples concerts... Cet album, espéré depuis plusieurs années comme vous pourrez le lire ci-dessous, vient à point donc pour ce très bel anniversaire !...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait.

Schubert
Ländler
Valses
Mélodie hongroise
Sonate D.960

Des fragments aux étoiles

Shani Diluka, piano

Ce disque d'oeuvres de Schubert, par la pianiste Shani Diluka qu'on ne présente plus, vous avait déjà été annoncé dans l'actualité, il est désormais disponible et vous pouvez en écouter un extrait dans cette page. Un compositeur qu'il n'est pas surprenant de voir s'ajouter à la discographie de Shani Diluka, puisqu'il y a plus de dix ans, lors de son premier entretien pour pianobleu.com, la pianiste déclarait avoir une passion pour Schubert. Un compositeur , expliquait-elle, dont grâce à Christoph Eschenbach qui l''a beaucoup encouragée dans une vision très profonde de la musique et très authentique, elle a pu mesurer le sens de l'éternité dans sa musique. ...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait
Si vous aimez le son des pianos anciens... à découvrir ce récent disque du pianiste Andràs Schiff , un double album consacré à des oeuvres de Schubert, dont la remarquable sonate D960, dernière sonate du compositeur, et la sonate D894 que vous avez pu découvrir récemment sur piano moderne sous les doigts du pianiste David Fray, ainsi que les impromptus de l'opus D.935 que vous aviez pu récemment découvrir sous les doigts de François Chaplin, également sur un piano moderne. Andràs Schifff a enregistré sur un piano hammerflügel Viennois fabriqué par Franz Brodmann en 1820. Cliquez sur l'image pour en savoir plus.
Parus en mars 2015

Schubert François
et
Chaplin David Fray - Jacques Rouvier

Cette semaine paraissent deux disques consacrés à des oeuvres de Schubert, enregistrées par deux talentueux pianistes français : François Chaplin et David Fray . Pianistes qu'il n'est sans doute plus nécessaire de vous présenter, puisque suivis par pianobleu.com depuis plus de dix années, les premiers "talent confirmé" et "jeune talent" interviewés pour une présentation sur le site des amateurs de piano, réunis dans cette page. Et, à la sortie de ces nouveaux disques, l'on aurait pu aussi imaginer, et eu sans doute grand plaisir, à les voir partager ensemble une oeuvre pour piano à quatre mains de ce compositeur... C'est en fait avec son professeur, Jacques Rouvier, avec lequel il a gardé de forts liens d'amitié, que David Fray joue deux des quatre oeuvres de son disque : la Fantaisie D940 en fa mineur et l'allegro en la mineur D947, il est vrai que cela demande une grande complicité. Et de toutes façons le programme choisi par François Chaplin ne demande pas la participation d'un autre pianiste. Cependant les voici donc rapprochés ici... par la force du calendrier et de Schubert....cliquez ici pour lire la suite, écouter un extrait et voir une vidéo
paru en
septembre 2014

FRANZ SCHUBERT (1797-1828)

12 Valses nobles
Sonate en la mineur D537
34 Valses sentimentales
Mélodie Hongroise

Guillaume Coppola , piano

Après un disque de Danses espagnoles de Granados, paru en 2012, c'est essentiellement vers une autre danse, la valse, telle que Schubert la traita au piano, que le pianiste Guillaume Coppola se tourne dans ce nouveau disque qu'il présentera lors d'un récital au Conservatoire du XVe à Paris, ce 24 septembre 2014. Il confie lors d'un nouvel entretien à lire ci-dessous qu'en effet ses envies en terme de répertoire vont souvent vers des oeuvres liées à la danse, précisant : " sans doute à cause de mes origines, car mon premier contact avec la musique s’est fait par le fait de chanter et danser en famille, de partager des émotions, des moments festifs. C’est donc au départ un moyen d’évasion, qui peut aboutir à une forme d’oubli de soi, voire de transe quand c’est poussé à l’extrême." Et dans la musique de Schubert,ce qu'il apprécie , explique-t-il, c'est sa " dimension de partage mais dans la confidence, en écoutant sa musique on a l’impression d’être dans le secret d’une amitié, et finalement l’esprit des Schubertiades transparaît dans sa musique. "
Il a choisi de compléter deux des recueils qui réunissent des pièces uniquement consacrées à la valse , près de cinquante pièces miniatures sur les quatre-vingt quatorze partitions, par une des premières sonates de Schubert afin d'équilibrer le disque, ce qui évitera un éventuel tournis à l'auditeur. Car, hormis son allegretto andantino qui "trottine" plus allègrement, cette oeuvre aux climats contrastés, est globalement plus dramatique, et cette sonate offre d'ailleurs plus l'occasion de chanter intérieurement que danser !...cliquez ici pour lire la suite, en écouter un extrait et voir une vidéo
paru en
septembre 2014

Schubert
"1828"

Sonate pour piano n°20 D959
Rondo en la majeur , D951 *
Allegro en la mineur, D947 * "Lebensstürme"
Fantaisie en fa mineur D940 *
Phillipe Cassard, piano
* avec Cédric Pescia, piano

Ce n'est par contre nullement une surprise de découvrir ce nouvel enregistrement d'oeuvres de Schubert par le pianiste Philippe Cassard , un disque espéré depuis quelques années en fait par ceux qui ont pu notamment l'entendre jouer cette splendide sonate D959 en concert. Et lors d'un entretien , également réalisé par pianobleu.com en 2007, il déclarait :"Schubert et Debussy restent deux compositeurs qui m'accompagnent continuellement, et pas seulement leur musique POUR et AVEC piano". Phillipe Cassard a déjà enregistré nombreux disques d'oeuvres de Schubert , et un coffret de 6cd consacrés à 8 émissions sur Schubert.
Quant à Cédric Pescia, son complice de longue date, qui interprète avec lui les autres pièces, pour piano à quatre mains, il confiait en 2008 :" J'ai une grande passion pour Schubert, Bartok, Chopin et Janacek ; tous les quatre ont écrit une musique qui a une forte couleur " locale " (pour ne pas dire " folklorique ") mais qui touche néanmoins à l'" universel" .

Franz Schubert

Sonates pour piano D.840, 850 et 894
Impromptus D.899 / Klavierstücke D.946

Paul Lewis, Piano

Ce double album du pianiste Paul Lewis est certes paru en novembre 2011 mais est tout à fait dans l'actualité puisque dans l'actuel " Disque du moment" de pianobleu.com "Silences" avec le pianiste Guillaume de Chassy un morceau est précisément inspiré de la sonate op.78 D.894 de Schubert, belle occasion de vous inviter à découvrir des extraits de cet album dont vous aviez déjà pu découvrir avant sa sortie une vidéo montrant la réalisation des photographies très originales pour l'illustrer (à re-voir plus bas dans la page avec d'autres vidéos ) photographies tout à fait adaptées à la musique de Schubert aux douces notes et mélodies aériennes parfois quasi mystiques. Après avoir enregistré l'intégrale des sonates de Beethoven, le pianiste Paul Lewis se lance donc dans un autre grand projet : "Schubert et le piano : 1822-1828" qui se terminera en 2013 et qui le conduira à Londres, New York, Chicago, Tokyo, Rotterdam, Florence et à la Schubertiade de Schwartzenberg, et dans lequel s'inscrit ce double album. Par contre, autre actualité plus particulièrement française : Paul Lewis donnera un concert au Théâtre des Champs Elysées le 17 janvier 2012, où il jouera le concerto n°5 de Beethoven...cliquez ici pour lire la suite et voir plusieurs vidéos 
Paru en octobre 2010
A découvrir : le nouvel album du pianiste Jean-Claude Pennetier, qui sort demain, il comprend deux disques comportant chacun une sonate pour piano de Schubert : la sonate en sol majeur op.78 D 894 et la très belle sonate en la majeur D.959... une des plus belles sonates poour piano à mon avis. Aussi ne vous privez pas de ce nouvel album car Jean Claude Pennetier en offre une très belle interprétation ....cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Alfred Brendel
Schubert
Oeuvres pour piano 1822-1828

Sonates n°14 à 21
Moments musicaux
Impromptus op.90 et op.142
Fantaisie Wanderer
3 Klavierstücke, D.946

Le pianiste Alfred Brendel fête ce 5 janvier 2011 son quatre vingtième anniversaire et à cette occasion le label DECCA sort dans quelques jours (le 10 janvier) un coffret regroupant ses enregistrements des oeuvres composées par Schubert pendant ce que l'on désigne couramment comme sa "seconde période" ( de 1822 à 1828). Schubert est un compositeur pour lequel Alfred Brendel a une immense admiration ainsi il a enregistré treize émissions sur ce compositeur qui ont contribué à faire connaître son oeuvre auparavant peu jouée par les pianistes et dans son livre "Le Voile de l'ordre" il va jusqu'à déclarer :" J'éprouve une infinie gratitude pour ce que Schubert nous a légué. C'est un miracle absolu. Mais je me mets en colère quand je pense à la mort de Schubert, à trente et un ans. C'est quelque chose que je ne veux pas pardonner."...cliquez ici pour lire la suite et écouter des extraits

Schubert
Moments musicaux D.780
Allegretto en ut mineur D.915
Impromptus D.899

David Fray a été le premier jeune talent interviewé pour ce site internet, dès 2004, alors remarqué au hasard de l'écoute des épreuves du concours de Montréal, et de sa remarquable interpétation de la sonate de Liszt, une interprétation hors du commun, émouvante, prenante, exigeant une écoute des plus attentives de ce candidat toute affaire cessante. David Fray confiait lors de cette première interview qu'il vouait aussi "une passion infinie aux lieder de Schubert" , une passion très proche de son choix d'enregistrer ces oeuvres de Schubert à caractère lyrique également.

Que son disque soit "disque du moment" en cette période de Toussaint est aussi pur hasard qui s'accorde précisément bien avec cette période de l'année puisque en préambule du livret de son disque le jeune pianiste a choisi deux vers du poète allemand Eichendorff : "Comme nous sommes las de marcher, est-ce peut-être ceci la mort". Il offre une interprétation d'un tempo plus lent que celui habituellement utilisé par les interprètes, et dans une sonorité d'une résonance particulière qui donne souvent place alternativement à une pensée intérieure, et un écho qui semble venu de très loin, des profondeurs de la terre ou de paradis rêvés. Le recueillement, et le silence, sont encore impératifs... David Fray prend son temps pour exprimer intensément le flux d'émotions que Schubert transmet dans ses compositions, et il est évident dans ce cas précis, de la sensibilité qu'il y met, et à condition d'être soi-même armé de patience, que l'on ne peut faire que l'éloge de sa lenteur dans cette musique prégnante dont il permet de mesurer la force tant dans les notes que les silences.

David Fray a bien voulu répondre à de nouvelles questions pour présenter son disque...cliquez ici pour lire la suite, voir une vidéo et écouter un"widget" d'extraits de ce disque.
Paru en
mars 2009

Schubert
Sonate en si bémol majeur D960
Schubert/Liszt
Der muller und der Bach
Der Doppelgänger
Valse-Caprice n°6 "Soirées de Vienne"
Frédéric d'Oria-Nicolas, piano

Alors que le pianiste Frédéric d'Oria-Nicolas confiait en 2005 dans une interview pour pianobleu.com qu'il se sentait très proche du compositeur Prokofiev dont il annote la correspondance à paraître aux éditions Fayard, c'est en fait autour de l'oeuvre de Schubert qu'il consacre son premier disque, une surprise certes mais qui confirme par la qualité de cet enregistrement, déjà très largement félicité à juste titre pour la clarté de son jeu, qu'il ne faut jamais étiqueter un pianiste dans un répertoire donné mais suivre son évolution. Une évolution qui peut être aussi considérable chez les compositeurs ainsi peut-on le mesurer précisément dans la Sonate D960 : "Achevée en 1828, peu de temps avant la mort du compositeur, et un an après la disparition de Beethoven, cette sonate semble sonner le glas d'une époque de l'histoire de la musique. Avec cette page , Schubert livre son testament et enterre définitivement l'ère du classisisme viennois" ainsi l'explique Feriel Kaddour auteur du livret.
Schubert n'avait alors que trente-et-un ans. Frédéric d'Oria-Nicolas qui lui en a trente s'approprie cette sonate dans une interprétation très personnelle dont la pulsation originale captive l'auditeur quelle que soit la couleur sonore traversée au fil de cette longue oeuvre d'une grande intériorité. A cette sonate le pianiste a choisi d'ajouter trois transcriptions d'oeuvres de Schubert transcrites par Liszt, un choix qu'il a notamment bien voulu expliquer lors de ses réponses à de nouvelles questions autour de ce disque. Il invite les internautes à en écouter l'une de ces transcriptions : celle du sombre et douloureux lieder transcrit pour piano seul "Der Doppelgänger"....cliquez ici pour lire la suite et écouter cet extrait
Nouveau
paru en
février 2008

Franz Schubert
Sonate pour piano n°23 en si bémol majeur D.960
Trois Klavierstüke D.946
Emmanuel Strosser, piano

Considérée comme sa "Sonate d'adieu", Schubert a achevé d'écrire la vingt-troisième Sonate le 26 septembre 1828, deux mois avant sa mort, seulement âgé de 31 ans. Cette dernière année de sa vie fut l'une des plus riches : il écrivit pour le piano trois sonates reconnues comme les plus réussies, la Fantaisie pour quatre mains D940 et les trois Klavierstüke que le pianiste Emmanuel Strosser a enregistrés conjointement avec la dernière sonate pour ce disque du compositeur qui lui est "le plus proche de son coeur" selon ses propos recueillis à l'occasion de la sortie de ce disque.
Comme dans chacune de ses trois dernières sonates composées non seulement la même année mais aussi le même mois c'est particulièrement le second mouvement qui en est bouleversant...cliquez ici pour lire la suite
Nouveau
paru en
janvier 2008

Schubert
4 Impromptus opus 90
4 Impromptus opus 142
Du bist die Ruh (Transcription de Franz Liszt)
Liebesbotschaft(Transcription de Franz Liszt)

Dans ses réponses aux questions de pianobleu.com le pianiste Philippe Cassard confiait il y a quelque temps : "Schubert et Debussy restent deux compositeurs qui m'accompagnent continuellement" et ce nouveau disque qui s'ajoute à trois précédents autres enregistrements qu'il a déjà consacré à ce compositeur confirme de nouveau, combien effectivement Philippe Cassard est attaché à la musique de ce compositeur. Son travail pendant des années avec la chanteuse lyrique Christa Ludwig qu'il considère comme :" Une artiste qui a chanté Schubert comme personne, avec une intensité, une variété de couleurs et un naturel qui m'ont appris davantage que bien des leçons de piano !", n'est sans nul doute pas étranger à sa passion pour la musique de ce compositeur. A son tour il offre une interprétation très colorée de ces Impromptus, valorisant les parentés de ces pièces avec les Lieder, afin d'apporter un éclairage sur leur nature profonde....cliquez ici pour lire la suite

Franz SCHUBERT
Fortepiano
Piano works volume 3
Sonate D 960
Allegretto D 566
Scherzo D 566
Esquisses de la Sonate D 960
Trudelies LEONHARDT

La fortepianiste Trudelies Leonhardt a enregistré sur son pianoforte à queue de Benigmus Seidner qui date de 1815 la quasi totalité des oeuvres de Schubert, un de ses compositeurs de prédilection avec Beethoven. Sur ce nouveau double album se trouve l'une des sonates les plus connues que le compositeur réalisa l'année même de sa mort, en 1828, et dont Trudelies Leonhardt explique : " Elle est sereine, comme hors du temps. Bonheur, contemplation et mystère dialoguent délicatement dans le premier mouvement. Le mouvement lent, au thème tragique et à la basse ostinato, s'illumine dans la partie médiane par un thème large et chantant. Après un silence prolongé, le thème initial cette fois-ci accompagné dans la basse par un frissonnement de notes hallucinant reprend. Le scherzo, de par son ivresse de liberté , forme un contraste bienvenu à la résignation désolée du mouvement précédent. Le finale, qui s'ouvre par des octaves plaquées- signal que l'on retrouve à travers tout le mouvement- se poursuit de façon vivement enjouée, mais aussi assombrie par des passages véhéments , et finalement culmine en une lumineuse jubilation"....cliquez ici pour lire la suite

Ferenc Vizi
Voyage

Franz Schubert
Fantasie Wanderer
Schubert/Liszt
Der Doppelganger
Franz Liszt
Après une lecture de Dante
Wagner/Liszt
Overture to Tannhauser
Schubert/Liszt
Die Nebensonnen

Après un disque Beethoven/Schumann paru en 2005, le pianiste Ferenc Vizi invite au "Voyage" par ce nouveau disque paru chez le label Satirino et avec le soutien de la fondation Mécénat 100%. Un voyage inhabituel puisque l'explique Ferenc Vizi dans le livret de l'album :"Il m'a plu de penser et de percevoir ce voyage plus que tout comme un voyage intérieur, une quête mystique, à la recherche de réponses dont on ne connait même pas les questions en m'imaginant un personnage avec une main légèrement levée, interrogative, et le regard monté vers le ciel. C'est justement ce moment là, ce regard là et ce qu'il voit ou entrevoit qui m'ont amené à imaginer la trame de ce programme comme une oeuvre théâtrale".
Un voyage musical qui réunit trois compositeurs : Schubert, Liszt et Wagner dont Ferenc Vizi interprète trois oeuvres majeures à caractère dramatique voire épique : la "Fantaisie Wanderer", morceau pour piano le plus virtuose que jamais Schubert ait écrit, "Après une lecture de Dante"( appelée aussi Sonate quasi una fantasia) , une oeuvre qui a tellement exigé de Liszt que celui-ci parait-il ne mit pas le nez dehors durant toute la période où il la composa et enfin une transcription par Liszt de l'ouverture de l'opéra romantique de Wagner :" Tannhaüser", oeuvre à l'origine orchestrale demandant au pianiste de démultiplier son talent.
Ferenc Vizi pour compléter son opéra en cinq actes a choisi deux transcriptions de chansons de Schubert par Liszt....cliquez ici pour lire la suite

Alfred Brendel
Coffret de 5 DVd
consacré à l'oeuvre pour piano
de Schubert


Alfred Brendel commente et inteprète cette oeuvre
Pour en savoir plus sur ce coffret et en voir la bande annonce, rendez-vous directement sur le site de l'éditeur Euroarts...cliquez ici
Pour pré-commander, à un tarif moins élevé, ce coffret en France...cliquez ici(amazon) ou cliquez ici(fnac)

Lidija Bizjak
Sonates de Schumann et Schubert

Si elle a constitué un duo de piano avec sa sœur Sanja depuis 2002, la pianiste Lidija Bizjak(aussi écrit Lydia Biziak), premier prix de piano au Conservatoire national supérieur de musique de Paris(classe de Jacques Rouvier) , lauréate du concours international de piano de Dublin en 2000 et du programme Déclic 2006 Cultures France/Radio France, mène également un parcours solo bien rempli. Ainsi ce récent disque, paru chez le label Lyrinx, permet de la découvrir seule dans l'interprétation de deux sonates de compositeurs romantiques, dont la "première" grande sonate de Franz Schubert en la mineur qui dure près de 40 minutes...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait de la sonate de Schubert.

David Fray
Schubert
Fantaisie en do majeur "Wanderer-Fantasie"
Schubert/Liszt : Lieder Transcriptions
Tu es ma paix
Le double
Liszt
Sonate en si mineur

Si Schubert, parait-il s'est exclamé " Quel est le c.. qui a écrit aussi mal cette pièce pour piano ?" parce que cette pièce exigeait une telle virtuosité qu'il n'arrivait pas à l'interpréter idéalement, son contemporain Franz Liszt y perçu toutes les qualités de son compositeur comme dans nombreuses autres pièces de Schubert.
Ainsi dans une récente réédition commune des livres "Liszt transcripteur " et "Schubert et l'infini", l'auteur Jacques Drillon indique dans la préface : " On sait que Liszt est un continuateur de Schubert ; que son langage harmonique lui doit beaucoup ; qu'il a trouvé dans la Wanderer- Fantasie l'idée formelle de la sonate ; qu'il a aimé plus que personne au monde et transcrit avec ferveur, générosité, imagination, savoir-faire -qualités qui vont rarement ensemble." Effectivement Franz Liszt s'est servi de cette oeuvre à nombreux titres : outre s'être, selon nombreux musicologues, inspiré de sa forme pour sa propre sonate en si mineur quelques années plus tard, il l'a inscrit très tôt à son répertoire, s'en faisant un indéfectible interprète, et il en a fait une transcription pour piano et orchestre...cliquez ici pour lire la suite

 

 

Franz Schubert
Schwanengesang D957
Nathalie Stutzmann
Inger Sodergren

Après le "Voyage en hiver" c'est "Le chant du cygne" que la contralto Nathalie Stutzmann, accompagnée de la pianiste Inger Södergren offrent dans un nouvel enregistrment. Le marketing ne date pas d'hier, ainsi le titre accrocheur "Chant du cygne", est, parait-il, en fait une trouvaille que l'éditeur inconnu inventa en son temps, alors que la mort de Schubert approchait. Ce recueil regroupe des lieder en fait indépendants et différents, si ce n'est donc qu'ils furent écrits à peu près à la même époque, où Schubert se mourrait... Les thèmes en sont variés, les humeurs aussi, de la gaieté à la nostalgie la plus profonde, selon les textes, d'où la difficulté d'interprétation de cet "ensemble" dans son intégralité, et en fait il est constaté que bien souvent le "Chant du cygne" n'a été, tant en concert qu'en disque, interprété que partiellement ou avec d'autres lieder.

Il est vrai qu'il faut posséder une tessiture suffisamment large pour pouvoir atteindre les diverses hauteurs tant dans les graves qu'aigues exigées par ces morceaux. C'est une des qualités de Nathalie Stutzmann, qui a réalisé plus de cinquante enregistrements, dont nombreux récompensés, de pouvoir descendre dans des graves profonds et atteindre des aigues cristallins, sans que les efforts ne soient perceptibles, comme on peut en juger dans ce bel extrait "Am Meer"(voir plus bas). La pianiste Inger Södergren l'accompagne toujours avec un jeu pianistique dont la sensibilité s'accorde parfaitement à cette interprétation vocale. Preuve encore que le support disque/livret est important, on trouvera dans le livret tous les textes et traductions en français des lieder, par contre on remarquera aussi qu'il ne contient aucune note de présentation des deux interprètes, qui s'effacent avec une modestie rare derrière la musique et la poésie.
Pour écouter "Am Meer", avec l'aimable autorisation de l'éditeur Calliope, utilisez le lecteur ci-dessous, cliquez sur le triangle


Cliquez sur l'image pour vous procurer ce disque.

 

 


Sélection DVD
du mois
Août 2005

Les Pianos de la nuit : la Roque d'Anthéron 2004
Franz Schubert
Christian Ivaldi , Jean-Claude Pennetier

8 Variations sur un thème français, en mi mineur D 624
Grand Rondeau en la majeur D951
Allegro en la mineur « Lebensstürme » D947
Fantaisie en fa mineur D940
Jean-Claude Pennetier et Christian Ivaldi ont choisi d'interpréter dans ce concert enregistré à la Roque d'Anthéron, des œuvres pour quatre mains que Franz Schubert composa en 1828, hormis les Huit variations sur un thème français qui furent écrites dès 1818. Le thème de ces variations est une romance qui s'intitule "Le bon chevalier" . Il n'est pas particulièrement mélodieux ni poétique mais se rapproche plus d'une marche. Cependant les variations sont beaucoup plus lyriques et particulièrement la dernière qui explose littéralement et donne toute sa valeur à cette œuvre ! Quant aux trois autres œuvres, écrites dans une période plus douloureuse de la vie de Schubert, difficiles de dire à laquelle remettre la palme de lyrisme et beauté, que Franz Schubert créé un climat "orageux", angoissé ou apaisé... l'émotion est là, sous les doigts de deux pianistes dont il est surprenant de voir que point n'est besoin qu'ils se regardent pour obtenir une synchronisation et harmonie aussi parfaite...pourtant la complicité musicale semble bien là ! Jean-Claude Pennetier chantonne, est-ce là le secret du son de piano idéalement chantant et du toucher, d'une extrême sensibilité, qu'il produit, Christian Ivaldi, qu'il soit aux graves ou aux aigus, semble tenir la barre tout au long du chemin avec une sérénité et vigilance imperturbable ! Quant à la caméra, elle nous montre le duo sous tous les angles, ceux pris du ciel sont les plus agréables car la vue d'ensemble est encore meilleure que depuis la meilleure place d'un concert, alors que les gros plans lassent parfois, sauf quand ceux-ci se positionnent sur les mains toujours pleines de vie. Le consommateur est exigeant : quand il a un disque d'un concert il aimerait avoir le DVD pour en partager toute l'ambiance, et quand il a un DVD il aimerait avoir le disque...pour pouvoir réécouter ces splendides œuvres pour piano 4 mains plus librement car leur beauté ne lasse pas, alors à quand les coffrets ou supports multimédias ?
Cliquez sur l'image du DVD pour vous le procurer
Sélection du mois
Février 2005
classique

Franz Schubert
"Résonance de l'originaire"
Fantaisie pour 4 mains, opus 103 -
Rondo opus 107 - Allegro opus 144
Sonates, opus posthume 120 et 143
Maria João Pires - Ricardo Castro

Franz Schubert a composé un nombre exceptionnel d'œuvres pour piano à quatre mains(trente-deux). La qualité en est tout autant exceptionnelle. Les psychologues y voient la traduction de son besoin d'amitié et fraternité, mais le simple auditeur y entend d'abord son talent pour exprimer par ce seul instrument une musique doublement agréable et belle, où la résonance des notes et du chant magnifié parvient à émouvoir... doublement. Que la première œuvre qu'il composa (à l'âge de 13 ans) fut écrite pour piano à quatre mains, alors qu'il était dans une école de formation pour les chanteurs de cour, laisse à penser qu'il y trouva le meilleur moyen de reproduire les plus beaux chants. La fantaisie en fa mineur qui ouvre ce disque, émouvant duo, en est une démonstration des plus flagrantes. Le rondo en la majeur et l'allegro en la mineur("Orages de la vie") composés par Schubert à la même époque, peu de temps avant sa mort, sont tout autant troublants et prenants : leurs splendides mélodies résonnent effectivement dans un écho sublime. Maria João Pires et Ricardo Castro comblent de bonheur l'auditeur dans une douce atmosphère amicale, invitant à les rejoindre sur le joli sentier de campagne dont plusieurs photographies ornent le livret accompagnant les CD. En "bonus" chacun interprète une sonate (pour deux mains donc) dont le lyrisme maintient l'agréable douceur de ce programme.
Un double album à ne pas manquer... cliquez ici ou sur l'image pour en écouter des extraits et vous le procurer.
Je vous conseille également de visiter le microsite consacré à ce disque qui vous permettra d'en écouter de plus larges extraits...cliquez ici puis sur le lien "Eplayer".

Franz Schubert
Fantaisie D760
4 Impromptus D899 - Sonate pour piano, opus posthume D664
Vahan Mardirossian

Ce premier disque enregistré par Vahan Mardirossian a obtenu un diapason d'or en 2001. Le programme qu'il regroupe permet de découvrir parmi les plus belles œuvres de Franz Schubert : La sonate en la majeur D 664, la quinzième et peut-être la plus belle(mais tout est affaire de goût !) des 23 sonates qu'il a composées, très mélodieuse, Einstein y trouva le "lyrisme à l'état pur"., c'est dire sa beauté ! La Fantaisie en ut majeur opus 15 est un pur chef d'œuvre , exigeant une grande virtuosité, Schubert lui-même la trouvait fort difficile ! Les quatre impromptus qui suivent, sont par contre pour la plupart bien connus des pianistes amateurs, mais on peut lire dans le guide de la musique pour piano (Fayard) que le second a été "massacré des temps immémoriaux dans les pensionnats de jeunes filles", bon...avis aux amateurs donc, mais en l'occurence voici Un pianiste qui ne le massacre pas et à défaut de le jouer, prenez plaisir à l'écouter !
Cliquez sur l'image pour en écouter des extraits et/ou vous le procurer






 

Franz Schubert
Radu Lupu
9 Sonates pour piano
Moments musicaux

Nouveau : Profitez de la réédition en janvier 2006 pour ajouter dans votre discothèque l'inteprétation de référence de Radu Lupu
Coffret de quatre CD
cliquez sur l'image du haut pour vous procurer ce coffret

Franz Schubert
Impromptus D899 et D935
Interprète Radu Lupu

Un petit prix pour ce disque d'un grand interprète...
Recommandé par Classica (1999)

Franz Schubert
Voyage d'hiver
Contralto : Nathalie Stutzmann
Piano : Inger Södergren

Récemment il a été créé une rubrique chanteur(se)s lyriques dans le répertoire de Piano bleu d'abord parce que nombreux professeurs de piano conseillent de les écouter mais aussi parce qu'ils donnent souvent des récitals en piano/voix, et le rôle des pianistes accompagnateurs est bien sûr fort important. Tout autant que le compositeur est indispensable au poète...
Le poète Wilhem Müller, auteur des sombres lieder du "Voyage en hiver" avait déclaré "J'espère avec confiance qu'il pourra se trouver une âme semblable à la mienne qui saisisse les mélodies glissés sous les mots et qui me les restitue", c'est Franz Schubert qui y trouva la matière qui manquait à sa propre création .
La pianiste suédoise Inger Södergren est déjà réputée pour ses disques en soliste, et une collaboration intense, depuis plus de 10 ans, la lie à la contralto Nathalie Stutzmann qui outre les récitals, a interprété de nombreux rôles d’opéra et a enregistré plus de 60 disques dont plusieurs avec Inder Södergren. Ce disque est le résultat d'un travail acharné des deux artistes sur les couleurs, sur le moindre détail, la plus imperceptible résonance du piano, indique Nathalie Stutzman qui avait, d'une certaine façon, attendu cet instant depuis plus de vingt ans, lit-on dans le livret. Le piano est effectivement très présent dans cet enregistrement, et cela n'est sans doute pas seulement du au fait que la voix soit féminine mais à cet important travail autour de l'accompagnement musical qui lui permet de s'exprimer dans un timbre et un chant particulièrement en osmose avec celui de la voix. Voici donc un excellent exemple de disque à écouter pour travailler son piano !
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et/ou vous procurer ce disque

Franz Schubert
Sonates pour piano N°14 D784 et N°19 D958

Les sonates de Schubert interpétées par Paul Lewis sont un pur bonheur
Ne vous privez pas de ce disque (au prix très modique de 9 euros)
Diapason d'or (2001) ; Diapason d'or de l'année (2002)
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits

Franz Schubert
Sonates pour piano en si bémol Majeur D960 et opus posthume 120 D664

Philippe Cassard interprète deux sonates de Schubert qu'il affectionne particulièrement.
Ecoutez le piano chanter...
ƒƒƒƒ Télérama (2002)
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits



Franz Schubert , Johann Nepomuk Hummel
Quintette pour piano et cordes La truite
Quintette pour piano et cordes, opus 87

Trio Wanderer (Vincent Coq -piano-,Jean-Marc Phillips-Varjabédian -violon-,Raphaël Pidoux-violoncelle-)accompagné par Christophe Gaugué, alto et Stéphane Logerot, contrebasse, nous offre une interprétation très vive et plaisante de l'oeuvre de musique de chambre de Schubert la plus célèbre : le Quintette "La Truite". Ils ont choisi d'y associer un très beau quintette de Hummel, Schubert ayant été inspiré par une composition de Hummel qui avait déjà utilisé cette même instrumentation inhabituelle.
Je vous recommande particulièrement la variation trois de La Truite de Schubert, où l'on peut apprécier la virtuosité de Vincent Coq, mais le disque entier est fort agréable à écouter par la gaieté qu'il en émane !

Trio Wanderer a obtenu la meilleure formation de musique de chambre aux "victoires de la musique classique de 1997 et 2000.
Ce disque a obtenu un 10 de Répertoire (2003) et est recommandé par Classica (2003).
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et vous procurer ce disque

En savoir plus... sur Schubert et sa musique

Schubert
Philippe Cassard

Pour le pianiste Philippe Cassard, Franz Schubert (1797-1828) est bien celui qui, selon l'épitaphe du poète Grillparzer "fit chanter la poésie et parler la musique". Cependant, comment saisir en quelques mots le profond mystère schubertien ? Comment décrire l'intime le plus enfoui, la confidence glissée dans un accord ? Comment faire ressentir l'hésitation d'un thème à poursuivre sa route, la douleur nichée au creux d'un silence ? En vérité, il faut peut-être chercher les clés de cette musique dans les six cents poèmes que Schubert a emplis et enrichis de la plus belle musique. L'étude des lieder constitue donc la première étape de cette nouvelle et très personnelle étude schubertienne. On y découvre les horizons les plus vastes, des mots - Wanderer, Sehnsucht, schuhertiade, Vienne, moderato, Nacht, des noms familiers - Vogl, Goethe, Seidl, Mayrhofer-, des rythmes obsessionnels, qui nous conduisent naturellement vers l'ultime Sonate en si bémol majeur D. 960, concentré, selon Philippe Cassard, de l'Œuvre de Schubert. Une destination finale où se fracassent tous les rêves, toutes les aspirations, où se manifestent toutes les peurs. Comme chacun des volumes de la collection Classica, ce Schubert est enrichi d'un index, de repères bibliographiques et d'une discographie. (Présentation de l'éditeur)

Reflets schubertiens
de Corinne Schneider

Schubert lègue une oeuvre gigantesque écrite en une vie d'une étonnante brièveté. Aucun autre compositeur n'a créé autant d'ouvrages marqués du saut d'une individualité aussi prononcée - et ce, dans tant de genres musicaux différents - qu'il le fit au cours des vingt et un derniers mois de sa vie. Mais seule une centaine d'opus sont édités de son vivant et, à sa mort, les Viennois n'ont aucune connaissance de l'oeuvre de Schubert dans son entièreté, pas même le cercle de ses amis proches lesquels courtisent avant tout ses lieder. Débute alors la lente découverte de sa production : jamais la diffusion de l'oeuvre d'un créateur de cette envergure n'aura été aussi longue.
C'est le cheminement de cette oeuvre, de sa source à ses avatars les plus récents, que retrace cet ouvrage. Les démarches des familiers de Schubert pour le faire éditer après sa mort sont relayées par un discours critique qui se répand en Allemagne puis dans l'ensemble de l'Europe, tandis que le nombre de transcriptions dont ses Lieder font l'objet atteste de sa vogue. C'est toutefois à la fin du XIXe et au XXe siècle que l'on prit vraiment, avec la découverte de ses oeuvres monumentales, la mesure de son génie. Docteur en musicologie, Corinne Schneider enseigne au Conservatoire national de Région de Paris. Elle est l'auteur d'une monographie sur Carl Maria von Weber (Paris, Gisserot, 1998).
Cliquez sur l'image pour vous le procurer

Style instrumental de Schubert
Sources, analyse, évolution
Xavier Hascher

Né il y a plus de deux cents ans, Schubert est un compositeur qui ne finit pas de séduire et de fasciner les amateurs et les amoureux de musique. Mais Schubert n'en a pas fini non plus d'intriguer les musicologues, tant par son existence brève et mystérieuse, dont on sait à la fois beaucoup et trop peu de choses, que par sa production surabondante, dont l'originalité précoce dans tous les domaines est irréductible à la tradition de ses grands devanciers. À présent admis au panthéon des maîtres viennois aux côtés des modèles qu'il avait lui-même tant admirés, Mozart, Haydn et Beethoven, Schubert marque néanmoins le début d'une nouvelle époque dans l'histoire de la musique. Sa musique instrumentale, longtemps incomprise et réduite à quelques oeuvres phares, nous apparaît de nos jours comme un pan essentiel de son oeuvre, que ce soit sous l'angle de la forme, de l'art de la composition, ou de l'expression.
À la croisée des deux tendances fondamentales de la musicologie, la branche historique et la branche analytique, ce volume contient près de vingt contributions, où la recherche internationale est largement représentée, faisant le point tant sur l'état actuel des connaissances, que sur celui des interrogations. Il aborde les questions des influences et du contexte dans lequel travaillait Schubert, celles de sa technique compositionnelle, de l'organisation et de la signification dramaturgique de l'oeuvre, mais aussi les problématiques analytiques et théoriques posées par cette dernière, ainsi que la question particulière - et, dans le cas de Schubert, particulièrement aiguë, - de l'inachèvement.
Xavier Hascher enseigne la théorie musicale et l'analyse à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, dont il a dirigé le département de Musique (institut de Musicologie) de 2000 à 2005. Il est l'auteur de deux ouvrages sur la musique de Schubert : Schubert : la forme sonate et son évolution (Peter Lang, 1996), et Symbole et fantasme dans l'adagio du Quintette à cordes de Schubert (L'Harmattan, 2005). Il a également réalisé la révision de la nouvelle édition du Schubert raconté par ceux qui l'ont vu de J.-G. Prod'homme (Stock, 1928, 1997).
Cliquez sur l'image pour en écouter un extrait et vous le procurer(fnac) ou cliquez ici pour vous le procurer(amazon)

Le mystère Schubert
Christophe Mory

Ce livre édité en 2003 par les éditions "Le publieur" vient de ressortir en mai 2006 sous chez l'édieur " Buchet-Chastel "
Franz Schubert (1797-1828) fait partie des quatre ou cinq compositeurs les plus connus. Sait-on qu'il mourut à trente et un ans sans n'avoir rien, ou presque, entendu des neuf cent dix-huit pièces qu'il écrivit ? On connaît sa musique de chambre, ses neuf symphonies, quelques-unes de ses sept messes. Mais combien de ses dix-sept opéras? Pourquoi Schubert s'obstina-t-il malgré l'insuccès? Que s'est-il passé? Malchance? Maladresse? Indifférence de l'œuvre elle-même? Et, paradoxalement, il fut le premier compositeur à vivre exclusivement de son écriture. Le Mystère Schubert est une approche littéraire d'une œuvre, d'une vie et de ce qui les unit : la création. Schubert laisse une interrogation qui nous poursuit parce qu'elle nous construit. Son mystère dresse sans complaisance la figure de l'artiste d'aujourd'hui où la gratuité l'emporte sur une quête de gloire. Schubert s'en étonnait lui-même en demandant à son frère : " N'aurais-je pas moi non plus une place sur celte terre? " C'était quelques instants avant sa mort. (présentation de l'éditeur)
Christophe Mory a exercé des fonctions de responsable de communication notamment à la Bibliothèque nationale de France. Ancien producteur à Radio France, il est auteur de théâtre, Paris, 1778 ou détester Mozart, et Les Sauvages (éd. Art & Comédie); d'essais, Lu Passion (le l'art. entretiens avec Ernst Belyeler (Gallimard), Charles de Foucauld (Pygmalion) ; de romans, La Maladie des autres et Casta Diva (éd. du Rocher).


Franz schubert
B. Massin


Dès sa sortie en 1977, le Schubert de Brigitte Massin (ndla : "et oui encore elle !) a constitué un " événement musical ". En voici une nouvelle édition revue et mise à jour, à la lumière des découvertes musicologiques effectuées au cours de ces dernières années.
A la fois biographie critique, nourrie par de très nombreux textes du musicien et de ses contemporains, et étude suivie et exhaustive de l'oeuvre du compositeur, ce livre se veut un véritable outil de connaissance d'un des plus puissants génies de la musique, une somme ouverte à tous, comme en témoigne le succès recueilli par cet ouvrage auprès d'un très large public.
Loin de la légende lénifiante qui a longtemps entouré le personnage de Schubert, ce livre part à la découverte de l'homme, de sa vie douloureuse, de ses relations amicales, de la Vienne dans laquelle il a vécu, tout en mettant particulièrement en évidence la dimension fantastique, les audaces et la profondeur de sa musique.(notes de l'éditeur)

Schubert par Salem et Locatelli aux éditions "Joies de lire"

Livre accessible dès 11 ans
Cliquez sur l'image pour en savoir plus et le commander

Schubert par M.Schneider aux éditions Seuil

Cet ouvrage est abondamment illustré et complété par une discographie et un index.
Cliquez sur l'image pour en savoir plus et le commander

Sites internet

Textes des lieders de Schubert (en allemand et traduction, pour certains d'entre eux, en anglais et/ou français) ... cliquez ici

Musée Schubert à Vienne ...cliquez ici


Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

 

 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    





 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com