Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

François-Frédéric Guy

Merci à François-Frédéric Guy  d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie

François-Frédéric Guy est né le 23 janvier 1969 à Vernon. Il a toujours entendu de la musique et particulièrement du piano à la maison grâce à son père qui adorait cet instrument : " Il jouait, d'oreille, magnifiquement. Il m'a également fait entendre des disques qui m'ont beaucoup marqué, comme le fameux disque des concertos de Prokofiev et Rachmaninoff par Byron Janis, les Chopin de Rubinstein, les Schubert de Brendel, ou les Beethoven de Kempff ; quelques bonnes références donc.". Il a commencé le piano à l'âge de 7 ans à Évreux, avec Dominique Ponty puis Lucienne Bloch...."un professeur exceptionnel, ancienne élève de Michelangeli, qui m'a ensuite présenté à Dominique Merlet au moment où elle a senti que je devais me présenter au Conservatoire de Paris."
Il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Dominique Merlet avec lequel il travaillait depuis l'âge de onze ans...." Le premier souvenir qui me vient à l'esprit, c'est le hall d'entrée rue de Madrid ! immense, impressionnant et promettant un enseignement forcément magistral. Pour un petit provincial, cette entrée symbolisait vraiment Paris, la capitale, l'endroit où tout se faisait, s'apprenait. Puis bien sûr, il a fallu apprendre à évoluer dans ce nouvel environnement ; se sentir à l'aise ; finalement, mon impression de cette époque n'est pas très favorable : le Conservatoire s'apparentait plutôt à l'école de la Pression !! Mon professeur, Dominique Merlet, merveilleux pédagogue n'était pas réputé pour détendre l'atmosphère !! Je me souviens des angoisses de veilles de cours ! Il fallait toujours savoir tout par cœur…une véritable obsession. Malgré tout je pense avec le recul qu'il m'a donné les bases permettant d'aborder les répertoires les plus divers et surtout ceux qui me tenaient à cœur comme le romantisme allemand ou la musique russe."
Son choix de devenir pianiste professionnel s'est fait..." tout seul, si l'on peut dire !! Le casse-tête était surtout pour mes parents, un peu inquiets de me voir emprunter une voie assez aléatoire et risquée. J'étais très intéressé par l'histoire, la société, le journalisme, mais la musique a pris le pas ; je suis allé jusqu'au BAC, par correspondance, en grande partie pour rassurer mes parents (le bac étant toujours dans l'inconscient collectif une sorte d'aboutissement et de sésame indispensable…) et j'ai ensuite arrêté mes études générales pour me consacrer exclusivement à la musique."
Durant son cycle de perfectionnement au CNSMDP, une rencontre a particulièrement et durablement marqué François-Frédéric Guy : celle de Leon Fleisher..."Il était perçu, à l'époque, comme une sorte de gourou de la musique ; son infirmité à la main droite participait de cette sensation. Je lui ai joué la 2e sonate de Brahms ainsi que le 5e concerto de Beethoven. Sa compréhension intuitive associée à sa transmission passionnée et immédiate - faculté qu'on ne trouve que chez une poignée de pédagogues - ont bouleversé mon approche et élargi mon champ de vision. J'ai eu la chance que cette expérience se poursuive quelques années plus tard. En effet, lorsque j'ai quitté le Conservatoire, je suis parti en résidence à la Fondation du lac de Côme, en compagnie de musiciens de mon âge qui venaient du monde entier, pour des rencontres avec les plus grands artistes et pédagogues actuels, qui donnaient des master-classes : entre autres M. Perahia, Fou t'Song, Karl-Ulrich Schnabel ou, bien sûr, Leon Fleisher. Leur exigence, même si elle était parfois déprimante pour nous, m'a beaucoup fait avancer dans mon travail et ma réflexion sur les œuvres que je leur jouais et sur la musique en général. : la sensation de s'élever au-dessus des contingences habituelles et des solutions habituelles pour entrer dans une nouvelle phase de compréhension d'un texte musical, un autre niveau de conscience, en quelque sorte."
Le fait de remporter mais aussi de ne pas remporter de prix aux concours internationaux(comme quoi l'important est de participer...) l'ont aidé dans sa carrière :"Je n'ai jamais été une "bête à concours", mais j'ai remporté le Premier prix du concours de Pretoria en 1992, qui m'a permis de commencer à jouer avec orchestre et à réaliser mon rêve de jeune pianiste d'alors : jouer le 1er concerto de Brahms ! Et je n'ai PAS remporté le concours de Leeds en 1993. Ce qui m'a permis de démarrer une carrière en Angleterre ! En effet, beaucoup d'artistes comme Radu Lupu, Murray Perahia ou encore Simon Rattle m'ont soutenu après mon élimination en demi-finales !"
François-Frédéric Guy se produit en moyenne dans une cinquantaine de concerts par an, en récital et avec orchestre : Il est l’invité d’orchestres prestigieux comme le London Philharmonic, Philharmonia, City of Birmingham, N.D.R Hamburg, Berliner S.O, Tonhalle Zürich, Helsinki Philharmonic, San Francisco Symphony, Japan Philharmonic, Orchestre de Paris, Philharmonique de Radio-France ou encore l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo..."Je ne fais pas la course aux concerts car j'aime avoir le temps de travailler en profondeur les œuvres que je dois jouer et de travailler de nouvelles pièces, même si je ne les ai pas forcément programmées dans les mois qui viennent. De plus, je n'ai jamais eu une carrière évidente comme certains de mes collègues. J'ai choisi une voie " sur le fil du rasoir ", à long terme, qui nécessite une grande évolution dans mon jeu, qui est comme une fusée à plusieurs étages qui se libèrent progressivement au fur et à mesure de sa poussée. Cette progression se fait par à-coups, et n'est pas toujours aisée à percevoir. Il faut beaucoup de recul et de persévérance pour réaliser des objectifs à long terme. Certaines années, je trouve que j'ai trop de concerts avec des programmes si différents ; d'autres fois, la scène me manque…".
Interrogé sur les scènes où il aimerait jouer mais n'en a pas encore eu l'occasion, François-Frédéric Guy répond : "J'aimerais visiter l'Espagne et ses superbes salles de concerts à Barcelone ou Madrid. L'Italie me tente également ; j'y passe trop peu souvent ; enfin l'Extrême-Orient et notamment la Chine exerce indéniablement une fascination sur notre génération."Quant à son meilleur souvenir de concert..."J'ai beaucoup de merveilleux souvenirs de concerts mais à l'heure où je réponds à vos questions, je rentre des Prom's, la tête dans les étoiles alors, forcément...".
Les prochains concerts à venir semblent aussi lui tenir beaucoup à coeur, nombre d'entre eux lui donne matière à se réjouir d'avance : "Les 17 et 18 octobre à Paris au musée d'Orsay où je vais donner toute la musique pour piano solo d'Hugues Dufourt en deux concerts, dont une nouvelle pièce Erlkönig, qui m'est dédiée.. Je suis extrêmement sensible à la musique et à la personnalité de ce compositeur, que j'ai déjà interprétée plusieurs fois en public.. Le 4 novembre à Londres dans le cadre de International Piano Serie, à Queen Elisabeth Hall, car c'est toujours un bonheur de jouer dans la capital anglaise…qui m'a fait confiance et qui m'a accueilli beaucoup plus souvent que Paris…Justement cette année marque un certain changement : .le 22 décembre à Paris, salle Pleyel : 4e concerto de Beethoven, qui marque le début de ce projet merveilleux qui doit aboutir d'ici deux ans : l'intégrale des concertos de Beethoven avec l'Orchestre Philharmonique de Radio-France et Philippe Jordan au pupitre."

Parallèlement à son activité de concertiste, François-Frédéric Guy enseigne au CNSMDP depuis 7 ans. Il est assistant, avec Claire Désert, de Georges Pludermacher : "C'est un moment important dans ma vie de musicien : la transmission d'une perception de la musique et d'un répertoire. J'y puise des ressources insoupçonnées. L'enthousiasme de certains de mes étudiants est tel qu'il faut parfois canaliser leur soif d'apprendre et de grandir !".
François-Frédéric Guy enregistre en exclusivité pour Naïve Classique. Il sort fin août un disque Beethoven(voir paragraphe "A écouter"):. François-Frédéric Guy a déjà d'autres projets de disques à venir mais..." les maisons de disques n'aiment pas beaucoup que nous dévoilions les projets avant qu'elles en aient fixé les dates"
Actualité 2009 : Après avoir donné deux fois l’Intégrale des sonates pour piano de Beethoven à Monaco puis à Paris (Cité de la Musique) en octobre dernier, François-Frédéric Guy poursuit sa traversée beethovénienne, débutée en solitaire, en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Philippe Jordan avec l’Intégrale des Concertos pour piano et orchestre. Un périple qui commence le 6 février 2009 pour s’achever, 5 concerts plus tard, le 4
juin 2010. A la télévision : il sera diffusé le jeudi 15 janvier 2009 à 21h35 sur France 5 un documentaire « Sur les pas de Beethoven », Un film écrit par Alain Duault et Stéphane Ghez avec la participation de François-Frédéric Guy, Diffusion
A l'occasion de la sortie de son dernier volume des concertos de Beethoven, nouvelle interview de François-Frédéric Guy(voir rubrique Ecouter)
Actualité 2011 : sortie d'un disque Liszt (voir plus bas) et du premier volume de l'intégrale Sonates de Beethoven
Actualité 2012: sortie du second volume de l'intégrale Sonates de Beethoven(nouvel entretien avec le pianiste voir plus bas)
actualité concert et coffret
Le 28 janvier 2014 à 20h
théâtre des Champs Elysées
François Frédéric Guy, piano
Beethoven .
Sonate Clair de Lune .
Sonate Pastorale .
Sonate Hammerklavier
Il vient aussi de sortir en coffret l'intégrale des sonates de Beethoven enregistrée par François Frédéric Guy, si vous ne les avez pas déjà achetés lors de leur sortie , profitez de cette offre à petit prix ! ( à (re)lire plus bas dans cette page diverses chroniques sur ces disques, avec des entretien avec le pianiste et des extraits)
cliquez sur l'image

Son répertoire

La meilleure présentation du répertoire d'un pianiste étant celle qu'il en donne lui-même, François-Frédéric Guy, très bavard sur le sujet confirme ce principe, et montre l'originalité de ce répertoire qui n'est pas que pianistique : "Le répertoire pianistique permet et encourage la boulimie ! J'ai quelques compositeurs de prédilection dont je désire jouer la moindre note écrite pour le piano au premier rang desquels se trouve Beethoven (sa littérature est mon livre de chevet !! La somme des trente-deux sonates ma Bible) et Brahms. Je me suis rendu compte que la bataille de la connaissance est immense, infinie, en perpétuelle évolution. Connaître bien sûr le répertoire ; on est influencé par ses lectures, paraît-il :, mais également par le choix du répertoire qu'on approfondit : par exemple, j'ai appris " mon " Wagner par cœur pendant des jours et des nuits ! Cela conditionne mon approche du son, dans sa texture et son modelage ma créativité par rapport aux mythes et légendes dont il s'est servi, ma curiosité par rapport aux compositeurs qui l'ont admiré et dont ils se sont inspirés comme Liszt, Bruckner, Mahler et Strauss mais aussi Schoenberg, Stockhausen et bien d'autres. L'écoute assidue de la voix et de l'orchestre façonne également de manière indélébile le son que on peut produire au clavier. Cette sensation s'est déroulée en deux temps ; j'ai d'abord envisagé le répertoire de piano comme une immense transcription d'orchestre. Du coup j'en excluais les compositeurs par trop " pianistiques " pour privilégier les " orchestrateurs de piano " comme Brahms et Liszt, du moins une certaine partie de son répertoire. Puis peu à peu, cette idée d'orchestrer systématiquement une phrase de piano s'est fondue dans une recherche plus conceptuelle de l'agogique musicale et au lieu de la prendre au pied de la lettre, elle est devenue une influence de l'ombre, qui résonne en moi presque automatiquement, mais pas exclusivement: ma recherche se concentre sur la l'interaction entre la compréhension de la phrase musicale, son intégration dans le contexte du passage, du mouvement, de l'œuvre entière et finalement dans le son qui va me permettre d'exprimer le tout. Il va de soi que j'ai également soif de découverte ! je ne me suis jamais cantonné à un répertoire. Le travail avec des compositeurs vivants fait partie également de mes priorités. Je crée des œuvres d'Hugues Dufourt, de Gérard Pesson et je travaille régulièrement avec Ivan Fedele dont j'admire énormément la musique".
Quant à ses oeuvres favorites, elles ne se limitent pas non plus aux oeuvres pour le piano :"Mon oeuvre favorite est toujours celle que je suis en train de travailler ! ce n'est pas une boutade ! Lorsque je ne sens pas une pièce, je ne la joue pas ; c'est aussi simple que cela, et je me rends compte que c'est un luxe. Mais que serait la vie sans un petit luxe ! Il est vrai qu'un petit groupe d'œuvres est particulièrement cher à mon cœur : 9e symphonie et 13e quatuor de Beethoven, Crépuscule des Dieux de Wagner, 5e symphonie de Bruckner, 1er sextuor de Brahms, Fantaisie en do mineur de Mozart…"
Mais pour revenir au piano, seul ou en musique de chambre ou orchestre....François-Frédéric Guy répond à la question de savoir laquelle de ces trois formes il préfère :" La question est curieuse car les trois activités font partie intégrante de la vie d'un artiste. Il ne s'agit pas là de préférences mais de priorités qui peuvent être les nôtres pendant un certain temps, puis, qui peuvent changer au cours de notre développement. Il est vrai que j'ai donné de nombreux récitals et qu'aujourd'hui, j'en donne moins que des concerts avec orchestre. La musique de chambre occupait très peu de place dans ma vie jusqu'à très récemment, mais j'ai rencontré des musiciens fantastiques avec lesquels j'ai envie de partager des moments musicaux. Les concerts avec orchestre restent quand même les moments les plus festifs de ma carrière. Par exemple, récemment, j'ai joué aux Prom's de Londres avec Esa-Pekka Salonen (avec qui j'avais déjà joué le 2e de Prokofiev en novembre dernier) et je dois dire que la rencontre renouvelée avec un musicien tellement extraordinaire et désireux de partager et non pas uniquement diriger, m'a procuré un sentiment de réel bonheur tant aux répétitions que le soir du concert. Malgré la pression de l'événement médiatique, je n'ai ressenti que du plaisir. Le concert devenait réellement de la musique de chambre surdimensionnée. Et je n'ai pu m'empêcher de penser que toutes ces années d'apprentissage, de doutes, de difficultés étaient balayées par ce plaisir intense et brut de côtoyer de tels artistes pour faire de la musique au plus haut niveau."
Revenant sur les musiciens avec lesquels il a eu l'occasion de jouer de la musique de chambre, François-Frédéric Guy précise les rencontres qu'il a particulièrement appréciées :" Ma partenaire de longue date, Anne Gastinel avec qui j'ai enregistré les sonates de Brahms ainsi que toute la musique de Beethoven pour violoncelle et piano. Notre complicité fait que je la retrouve toujours avec le plus grand plaisir. J'ai la plus grande admiration pour ses interprétations et peu d'artistes ont un naturel combiné à une très grande profondeur et une immense exigence : vraiment une artiste de grande classe.Concernant des partenaires plus récents, j'aime également beaucoup jouer avec les violoncellistes Gary Hoffman et Marc Coppey - il faut reconnaître que les violoncellistes de ma génération (même si Gary est un peu plus âgé) sont pour la plupart d'un tel niveau artistique que pour nous pianistes c'est un vrai bonheur de travailler alternativement avec tel ou tel sans aucun esprit de comparaison, chacun ayant tellement de personnalité. Récemment j'ai donné quelques concerts avec la violonistes Isabelle van Keulen, qui joue aussi merveilleusement de l'alto ! J'ai un souvenir ému d'un trio des Quilles en compagnie d'Isabelle et de son mari clarinettiste, Michaël Collins. Un autre souvenir fort reste les quatuors et quintettes de Brahms et Schumann avec le quatuor Ysaÿe lors de notre tournée en Israël l'an dernier. J'ai également découvert le violoniste Ilya Gringolts, peu connu en France, que je trouve extraordinaire, et avec lequel j'ai quelques projets, notamment les sonates avec violon de Brahms. Car finalement, les rencontres se font notamment autour d'un projet. Je désire jouer toute la musique de Brahms. Il me semble naturel d'essayer de trouver les partenaires pour réaliser ce rêve !"
L'intérêt que porte François-Frédéric Guy à la musique "savante" monopolise aujourd'hui toute son attention : "Aujourd'hui je n'écoute pratiquement plus que de la musique dite "savante" (qu'elle soit classique, romantique ou contemporaine). Mais j'aime le jazz sans toutefois le connaître suffisamment (une de mes prochaines priorités) et, lorsque j'étais jeune, j'écoutais beaucoup de Hard Rock. Je devais aimer l'énergie qui se dégage de ces musiciens et cela devait me permettre de faire ma crise d'adolescence en "douceur". J'aime également l'absence totale de complexes chez ces gens-là, ainsi que leur présence sur scène (une des composantes de notre métier, que l'on ne nous apprend pas…). Ensuite, tout leur folklore, leurs excès, que l'on vit par procuration (c'est quand même mieux ainsi !) et qui sont un exutoire à nos propres fantasmes que l'on n'ose pas assouvir…C'est une chose dont on se lasse lorsqu'on vieillit un peu..."
Il reste cependant un peu de temps à François-Frédéric Guy pour se ressourcer dans plusieurs arts et autres centres d'intérêts : "Le cinéma, la peinture, la gastronomie et… la cueillette des champignons. Les belles choses et la nature représentent toujours une source d'inspiration..."

Ecouter...

La sélection de pianobleu.com

paru en février 2013

Ludwig van Beethoven
Sonates Volume trois

Sonates pour piano
Opus 2, 81a, 90, 106, 109, 110, 111
soient : les sonates n°1 à 3, 26,27,29,30,31,32

François Frédéric Guy, piano

Voici enfin le troisième et dernier volume attendu depuis quelques mois de l’intégrale des sonates de Beethoven entreprise par le pianiste François-Frédéric Guy dont vous avez déjà pu découvrir les deux volumes précédents : en mai 2012 le second volume contenant douze sonates composées par Beethoven entre 1795 et 1817 , et en octobre 2011 le premier volume regroupant les sonates n°5 à 14. Pas de surprise donc pour les sonates de cet ultime volume : celui-ci outre les trois premières sonates de l’op. 2, contient les dernières sonates de ce cycle, dont la très fameuse Hammerklavier. Véritable pierre-angulaire de ce cycle, cette sonate constitue aussi un point marquant du cheminement musical de François-Frédéric Guy ; c’est ainsi la troisième fois qu’il grave cette sonate pour le disque... cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait
paru en mai 2012

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonates Volume II

CD1
Sonate en Ré Majeur, Op. 28, «Pastorale»
Sonate en Sol Mineur, Op. 49 no. 1 et n°2
Sonate en Do Majeur, Op. 53, «Waldstein»

CD2
Sonate en Sol Majeur, Op. 31 n°1, n°2 "La tempête", n°3

CD3
Sonate en Fa Mineur, Op. 57, «Appassionata»
Sonate en Sol Majeur, Op. 79
Sonate en Fa Dièse Majeur, Op. 78, «A Thérèse»
Sonate en La Majeur, Op. 101
Sonate en Fa Mineur, Op. 54

François-Frédéric Guy, piano

Le pianiste François-Frédéric Guy a donné à l'arsenal de Metz fin avril 2012 les derniers concerts d'enregistrement de son intégrale des sonates de Beethoven pour le label Zig Zag Territoires mais ce n'est là nullement une fin pour l'interprète passionné par ces sonates qui confirme une fois encore dans un nouvel entretien à l'occasion de la sortie de ce disque (voir ci-dessous) qu'il est toujours prêt à recommencer. Ce nouveau coffret "Volume 2" contient les enregistrements réalisés lors des concerts de décembre 2010 et avril 2011, le dernier volume devant paraître à la fin de l'année. Les douze sonates qu'il contient ont été composées entre 1795 et 1817 et sont de forme différentes de la simple sonatine à la puissante grande sonate innovatrice. Comme vous pouvez le voir dans la liste ci-dessus certaines ont reçu des titres et elles furent souvent les plus appréciées du public ou du moins les plus connues et les plus souvent jouées. Une intégrale est l'occasion pour les auditeurs de (re)découvrir celles parfois négligées à tort, c'est surtout aussi ici l'occasion de poursuivre ce partage auditif de concerts live aux programmes impressionnants. Un coffret à déguster au choix disque par disque ou dans son intégralité pour les amateurs de fortes émotions : passion, tempête, adieux... certes mais sans doute les propos d'un compte rendu paru dans l'Allgemeine musikalishe Zeitung du 1er octobre 1817 au sujet de la sonate opus 101, rapportés par Beate Angelika Kraus, auteur du livret, pourrait s'appliquer pour partie de façon plus générale à ses sonates...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait
Paru en 10/2011

Ludwig van Beethoven
Sonates

CD 1
Sonate "Clair de lune" Op. 27 No. 2
Sonates Op. 14 No. 1 et No. 2
Sonate Op. 22
CD 2
Sonate "Pathétique" Op. 13
Sonates Op. 10 No. 1 à 3
CD 3
Sonate "Quasi una fantasia" Op. 27 n°1
Sonate "Marche Funèbre" Op. 26
Sonate Op. 7
François-Frédéric Guy, piano
Annoncé et très attendu depuis nombreux mois l'enregistrement de l'intégrale des sonates de Beethoven par le pianiste François- Frédéric Guy vient enfin de sortir chez le label Zig Zag Territoires, qui a également publié en début d'année du même interprète les "Harmonies poétiques et religieuses", et la "sonate en si mineur" de Franz Liszt. Certes ce n'est "que" le premier volume en 3 CD. Celles-ci reflètent l'évolution du style de Beethoven au tournant du 18ème et 19ème siècle, durant une période six ans seulement(1795 à 1801). Chaque disque de ce volume correspond à un concert : les 14 et 15 décembre 2009 et le 17 mai 2010 . Le 2ème coffret est annoncé pour Avril 2012 et le 3ème (et dernier) en Novembre 2012 ...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait
 

FRANZ LISZT
Harmonies poétiques et religieuses
Sonate en si mineur
François-Frédéric GUY, piano
2 CD

Le pianiste François-Frédéric Guy dont on attendait l'enregistrement de l'intégrale des sonates de Beethoven qu'il a déjà donné plusieurs fois en concerts avait aussi à coeur d'enregistrer un album pour le bicentenaire de Liszt, un compositeur qui tient également une place essentielle dans son répertoire depuis nombreuses années puisqu'on avait déjà pu le voir dans ce même programme dans un DVD enregistré à la Roque d'Anthéron en 2003. Zig Zag Territoires, avec qui il commence une collaboration, lui a offert la chance de réaliser ce double disques d'oeuvres dont il a pu faire mûrir son interprétation depuis des années, avant de réaliser avec ce label l'intégrale des sonates de Beethoven dont le premier volume sortira cet automne.
Des projets qui en fait ne sont pas si éloignés puisque la sonate en si mineur constitue en effet pour François-Frédéric Guy le sommet de l'oeuvre de Franz Liszt et la seule sonate pour piano digne de succéder à la «Hammerklavier» de Beethoven qu'il a aussi déjà enregistrée deux fois. Cette sonate n'est pas construite comme une sonate classique les mouvements s'enchaînant comme un grand ensemble. Vous pourrez en écouter un extrait plus bas dans cette page, extrait dont l'extraordinaire tension vous donnera certainement envie d'entendre la suite car c'est là sans doute un des talents acquis par le pianiste au fil de ses années de travail : parvenir à nous raconter cette histoire, qu'il conçoit comme un flash back, de façon extrêmement captivante tout au long de cette oeuvre gigantesque(plus de 30 minutes).....cliquez ici pour lire la suite et écouter l'extrait

nouveau
Paru en octobre 2010
coffret de l'intégrale de concertos de Beethoven

François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Philippe Jordan, direction
Un tout petit prix ...si vous n'avez aucun des disques profitez-en !
voir ci-dessous les disques sortis séparément

Beethoven
Concertos n°2 opus 19 et n°3 opus 37
François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Philippe Jordan, direction

François-Frédéric Guy termine par ce volume son intégrale des concertos de Beethoven mais, comme le montre ses réponses à de nouvelles questions, ce "dernier" album de cette intégrale des concertos n'est nullement, bien au contraire, la fin de son voyage discographique avec ce compositeur qui constitue "l'alpha et le oméga" de son répertoire. François-Frédéric Guy est en effet réputé pour avoir déjà donné à plusieurs reprises l'intégrale des trente-deux sonates de Beethoven en concert et il envisage de les enregistrer à leur tour. Pour être réputé Beethoven quant à lui eut précisément besoin de concertos de sa composition pour s'en servir comme d'une sorte de carte de visite artistique. Le concerto n°2 opus 19 est en fait le premier concerto pour piano que Beethoven ait jugé digne d'être présenté au public et il fut composé à Bonn avant le concerto n°1 op15. Les premiers fragments de son écriture remontent à 1786 mais il apporta à plusieurs reprises diverses modifications jusqu'à sa publication en 1801. Les premières esquisses du concerto n°3 opus37 remontent quant à elles de 1796 et celui-ci fut publié en 1804 après aussi nombreux remaniements. Il faut préciser , ainsi l'explique Beate Angelina Kraus, auteur du livret, qu'à l'époque l'improvisation constituait un élément essentiel du genre du concerto pour piano et l'édition ne se justifiait qu'à partir du moment où l'oeuvre était appelée à exister indépendamment de son compositeur. Une nouvelle existence de ces oeuvres donc par cet enregistrement dans lequel François-Frédéric Guy dans un jeu personnel dynamique, léger et poétique exalte la voix intérieure, rendant par cette magie musicale très présent le compositeur.....cliquez ici pour lire son interview et écouter un extrait
Paru en 10/2008

Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano et orchestre n°4, op.58
Quintette pour piano, hautbois, clarinette, cor et basson,op.16
François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique de Radio France
sous la Direction de Philippe Jordan

Alors que le pianiste François-Frédéric Guy poursuit seul actuellement à la Cité de la musique de Paris ce qu'il nomme une "grande croisière" autour des Trente-deux sonates de Beethoven, en parallèle à une intégrale des oeuvres de Debussy menée par Alain Planès, sort cette même semaine le second volume de son intégrale des Concertos de Beethoven chez le label Naïve - le premier volume de cette intégrale étant paru en mars dernier(Concerto n°1 et Concerto n°5). Il n'est certes pas annoncé d'intégrale de musique de chambre des oeuvres avec piano mais cette intégrale de concertos est elle-même complétée du Quintette pour piano et vents opus 16 et dont Beethoven réalisa aussi une version pour Quatuor avec piano et cordes...cliquez ici pour lire la suite
 


Ludwig van Beethoven
Concertos 1 et 5
François Frédéric Guy
Orchestre Philharmonique de radio France
sous la direction
de Philippe Jordan

Ludwig van Beethoven
3 Sonates pour piano
Sonates pour piano, opus 13, 49 N°1 et opus 106
François-Frédéric Guy

Ce nouveau disque est construit autour de la sonate dite "Hammerklavier" que François-Frédéric Guy avait déjà enregistrée en 1998. L'interprétation qu'il en donne aujourd'hui après l'avoir jouée plus d'une soixantaine de fois, ainsi que celle des deux autres sonates qu'il a choisies pour cet enregistrement est simplement splendide : la clarté de son jeu et la pureté du timbre sont éblouissantes. Ses réflexions sur les raisons de son choix aident à comprendre une telle réussite : "Beethoven m'accompagne quotidiennement non seulement dans la préparation de mes concerts mais surtout dans ma quête personnelle, difficilement explicable avec des mots, d'un objectif virtuel de réalisation de soi. Que je me tourne vers le piano, je travaille aux trente-deux sonates ; que je pense à l'orchestre, me vient l'envie d'écouter la Missa Solemnis ou la 9e. En un mot, Beethoven suffirait amplement à remplir ma vie d'artiste....cliquez ici pour lire la suite

Prochain CONCERTS

Avril 2012
Le 3 : FRANCE - Megève - 14h (concert scolaire) et 20h30 (Salle des Congrès)

Le 4 : FRANCE - Annecy Conservatoire - Master-Class – 14h
Le 6 : FRANCE - Chambéry - Espace Malraux – 20h30
Orchestre des Pays de Savoie - Nicolas Chalvin, direction
Beethoven Concerto n°2
Le 24 : FRANCE - Metz Arsenal
Beethoven Sonates Opus 2 n°1, 2, 3
Le 25: FRANCE - Metz Arsenal
Beethoven : Sonates Opus 90, Opus 81a Les Adieux, Opus 106

En savoir plus

Visitez les sites officiels de François-Frédéric Guy :

Nouveau : site en français...cliquez ici

Site en anglais...cliquez ici

 

Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

 

 

 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com