<

Olivier Chauzu

Merci à Olivier Chauzu d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée

Olivier Chauzu est né le 18 décembre 1963 à Libourne, bien que dans sa famille il n'y avait aucun musicien professionnel ni amateur, il a été cependant conquis par la sonorité d'un vieux Pleyel : "Une tante éloignée avait un peu pratiqué cet instrument et avait possédé un vieux piano Pleyel que personne n'utilisait et qui me fascinait par la profondeur et la "vérité" de son son lorsque j'étais petit enfant. Ma famille écoutait occasionnellement du Beethoven, du Mozart, du Bach, surtout de la musique symphonique. Jamais personne ne m'a poussé à commencer à étudier la musique. J'ai en quelque sorte imposé ce choix, que ma famille a encouragé par la suite étant donné mes dispositions. A l'âge de 4 ou 5 ans, des parents de ma famille qui savaient jouer trois notes m'avaient enseigné quelques petits morceaux, que tout le monde apprend en quelques minutes. Le piano est un instrument qui conquiert facilement par son pouvoir évocateur et le son du vieux Pleyel, ainsi que des disques de Cortot jouant les nocturnes ou les études de Chopin, m'ont tout de suite fasciné et conditionné les premières années de ma vie. L'amour du beau son et la recherche du son qui est mienne viennent de là, je pense."
Grâce à un professeur qui le faisait lire énormément de musique, et sans conseils techniques, Olivier Chauzu s'est lancé à lire les partitions, de manière assez autodidacte, en bénéficiant de conseils à droite et à gauche :"Bien sûr j'ai été entouré de personnes qui savaient transmettre leur passion, mais mes premiers pas je les ai faits pour ainsi dire tout seul. Je jouais les premières années très certainement comme un cochon, j'en étais conscient. Je prenais ce qui me tombait sous la main et déchiffrais sans m'en lasser des partitions beaucoup trop difficiles pour un enfant. Mais c'était une sorte d'évasion de la monotonie de l'école et des devoirs, une sorte de jardin secret dans lequel aucun adulte, aucun parent, ne pouvait pénétrer. Jamais personne ne m'a imposé un travail quotidien, c'est moi qui imposait cela aux parents. C'est pourquoi je suis aujourd'hui un peu réticent vis-à-vis des pédagogies interdisant la lecture d'oeuvres à des enfants, sous prétexte qu'elles sont trop difficiles pour eux".
Olivier Chauzu est entré à l'âge de neuf ans au Conservatoire de Bordeaux, sur concours de recrutement pour les enfants qui avaient déjà trois ou quatre ans de piano...."Et commencèrent les choses sérieuses, le pain sec, les fugues de Bach à deux, trois, quatre voix, les réprimandes lorsque le travail n'était pas bien fait, les savons lorsque je jouais une ariette de Mozart sans inspiration… mes professeurs ont eu du pain sur la planche, car j'étais alors assez indiscipliné. Mais comme récompense, on me donnait des oeuvres romantiques, du Schumann, du Beethoven, du Chopin… et là, je donnais libre cours à mes désirs d'indépendance. J'écoutais alors beaucoup d'opéras, du Mozart, puis le bel canto italien, Verdi, Puccini, puis Wagner, Richard Strauss."
En 1984, à l'âge de 20 ans, après être passé par le Conservatoire de Boulogne dans la classe de J. Landowski et à l'Ecole Normale Alfred Cortot, où il a obtenu la Licence de Concert, Olivier Chauzu entre au Conservatoire National supérieur de Musique de Paris dans dans la classe de Gabriel Tacchino où il est resté trois ans avant d'obtenir le premier prix de piano, puis deux ans en cycle de perfectionnement dans la classe de Théodore Paraskivesco:"Autant Gabriel Tacchino que Théodore Paraskivesco m'ont donné une solide formation sur les couleurs que l'on peut créer, la sensualité du son, les styles des grands compositeurs. Gabriel Tacchino pouvait être dur dans sa sincérité." Il obtient également en 1988 le Premier Prix de Musique de Chambre dans la classe de Jean Mouillère et de Jean-Claude Pennetier :"On ne peut garder des cours de Jean-Claude Pennetier qu'un souvenir sublime. Ils étaient comme la célébration d'une messe. Il a de la musique une conception très mystique, habitée au plus haut point, à la fois cérébrale et sensuelle. C'est un artiste, un musicien, un pédagogue, complet. Je me rappellerai toujours ce cours que Nicholas Angelich et moi avions eu sur les variations de Brahms sur un thème de Haydn pour deux pianos : un monde merveilleux s'était ouvert à nous… Jean Mouillère, qui est un grand quartettiste, est ce que l'on peut trouver de meilleur en ce qui concerne l'enseignement de la musique de chambre, la curiosité musicale et la fantaisie. A chaque fois que je joue le quintette de Brahms, je pense à lui."
Olivier Chauzu ne pourrait dire précisément quand il a choisi de devenir pianiste professionnel : " J'ai toujours voulu atteindre un niveau se rapprochant de la perfection, j'ai commencé à enseigner dans des écoles et à accompagner très jeune (16 ans), mais l'envisager comme gagne-pain s'est fait de manière un peu imprévue, car j'ai aussi une deuxième occupation quasi-professionnelle, la littérature. J'ai voulu suivre un cursus universitaire de Philosophie. Ayant eu une note absolument catastrophique au Bac en cette matière, j'ai été refusé lors de la préinscription. D'ailleurs heureusement, car ce type de sport cérébral n'était pas fait pour moi. Je me suis alors dirigé vers les Lettres Classiques. Cette matière étant très exigeante et ne disposant pas du temps nécessaire pour approfondir, j'ai bifurqué ensuite vers la Littérature espagnole, dont j'ai obtenu une Licence, puis la Maîtrise, puis le DEA, puis le Doctorat, tout cela étendu sur une période de seize ans, bien entendu. J'associe le travail de chercheur en Littérature à celui d'artiste interprète : il s'agit de disserter sur une oeuvre d'art et de la transmettre, c'est la même chose. J'ai préféré être artiste interprète pour la relation plus intime avec l'oeuvre d'art. Nous pouvons presque nous l'approprier. Nous pouvons nous payer le luxe d'être, comme disait Sebok, Mozart pendant 20 minutes."
En 1987, Olivier Chauzu est sélectionné pour étudier pendant deux ans à la Scholl of Fine Arts du Banff Center(Canada) : "Je voulais changer d'air, connaître d'autres enseignements à l'issue de mon prix de piano et musique de chambre. Dans un pays dont j'ignorais la langue, car je n'avais jamais étudié l'anglais à l'école. Changer de manière de penser, s'approprier une nouvelle langue, oublier la sienne, changer de civilisation et d'enseignement, quoi de plus passionnant pour un "gamin" de 24 ans? J'ai donc demandé une bourse, qui m'a été accordée, et suis parti étudier dans cette école". Il y bénéficie des conseils de Gyorgy Sebok et d'autres grands pédagogues :" Il m'a aussitôt canalisé, compris. La technique est faite pour rendre les choses plus faciles, non les compliquer. Le summum de la technique consiste à oublier ses doigts, son corps, les mouvements physiques, et être en communion totale avec la musique que l'on écoute et que l'on joue. Il m'a vertement tancé un jour que je choisis de lui jouer la quatrième ballade de Chopin sans y avoir consacré le temps de réflexion nécessaire pour me réapproprier le texte, en faire une véritable analyse, à partir de ce qui est écrit, et non de ce que nous sentons, parfois de manière erronée. Quel savon je reçus ce jour-là ! Et comme le cours était public, ce fut un savon public. Ce que je lui avais joué était un faux, interprété de manière talentueuse, " car, disait-il, seuls les gens talentueux savent faire des faux". Une leçon d'humilité, qui replace les choses chez un jeune instrumentiste qui pourrait être grisé par son succès commençant et qui jouait déjà dans des grandes salles (Gaveau, Cortot). Ce jour-là, je compris quelle était la mission de l'artiste interprète : être l'intermédiaire entre le génie (nous ne sommes pas des génies, mais des intermédiaires) et le public. Le meilleur artiste interprète est celui qui se fait oublier."
Olivier Chauzu a été couronné par de prestigieuses distinctions aux concours internationaux Maria Canals à Barcelone (1989) et Yvonne Lefébure à Saint-Germain-en-Laye (1990), dans lequel lui fut décerné le prix Debussy. Il est désormais lui-même jury dans des concours internationaux :"J'ai participé une fois au jury du concours international d'Arcachon, par exemple, dans lequel j'ai entendu de véritables talents qui vous font prendre conscience que la relève est présente. Les concours dont j'ai été lauréat m'ont donné l'occasion de participer à des festivals, d'être engagé dans des saisons orchestrales et de me faire connaître par la critique (un superbe article de Gérard Gefen après mon prix Debussy). Les concours sont importants pour se faire connaître, mais ils peuvent être une arme à double tranchant et faire oublier la musique. Oui à la compétition , mais il faut aussi dépasser ce stade, la musique s'accommodant mal d'une compétition à tout va. Et on le remarque lorsque l'on a la terrible responsabilité de devoir, en tant que membre d'un jury, départager deux, trois, quatre candidates tout aussi remarquables les uns que les autres. Pourquoi vouloir absolument trancher entre Serkin et Schnabel ?"
Olivier Chauzu a donné divers concerts en France en solo et en musique de chambre (salle Gaveau, musée d'Orsay, salle Cortot, ainsi que dans de nombreuses villes des régions et à l'occasion de divers festivals), en Espagne (Ateneo de Madrid, Bilbao, Barcelone, Pampelune, Saint-Sébastien…), en Allemagne (festival de Nürenberg), en Suède, en Asie, en Amérique... Son meilleur comme son pire souvenir de concert sont liés à Schumann :" Le meilleur : un concerto de Schumann avec Vincent Barthe au palais des festivals de Biarritz. J'étais tellement électrisé par la diction de ce chef, par son pouvoir d'écoute et la communion entre nous deux était telle (communion dans l'esprit et la lettre schumanienne), que, grisé par cette réussite, j'ai donné en bis Méphisto Valse de Liszt, déchaînant une standing ovation. Mon pire souvenir, une Fantaisie de Schumann donnée il y a une quinzaine d'années après un repas copieux… Je me demande si je ne me suis pas endormi en jouant, un moment. Péché de jeunesse, impardonnable. Schumann ne mérite pas cela."
Parallèlement à son activité de concertiste Olivier Chauzu est professeur au Conservatoire National de Région de Bayonne, où il est titulaire d'une classe de piano : "C'est une activité indispensable, sinon on se dessèche. Elle fait apprendre beaucoup de choses sur nous-mêmes, car nous verbalisons des solutions aux problèmes posés. L'élève nous renvoie à notre propre image. Il peut nous renvoyer aussi l'image d'un exemple, voire d'un contre-exemple." Son principale souci pour ses élèves est de leur apprendre .."La curiosité et l'humilité face à l'oeuvre d'art. La volonté et le désir d'aller toujours plus loin dans l'analyse et la réflexion sur l'oeuvre et le compositeur. L'honnêteté intellectuelle. La maîtrise technique, qui passe avant tout par un contrôle absolu de la projection sonore: il faut avoir des outils bien aiguisés pour transmettre ce qu'il y a de plus sublime."
Actualité 2014 : sortie d'un disque regroupant les trois sonates de Schumann (voir plus bas dans cette page) et concerts le 16 mars à 11h, Auditorium Bellevue à Biarritz, récital Chopin: 4e ballade, 3e sonate, 3e scherzo, Andante spianato et grande polonaise Concert. Le 22 mars à 20h, Regent Theater de Toronto, 1er concerto de Liszt et Fantaisie Hongroise de Liszt Concert. Le 15 avril 20h au Goethe Institut de Paris, 1ere sonate de Schumann et 3e sonate de Chopin
Actualité 2015 : sortie de l'intégrale des oeuvres pour piano de Gustave Samazeuilh ( voir paragraphe écouter )

Son répertoire, son interprétation...

Aux côtés d'Isaac Albeniz et de Paul Dukas, dont il a enregistré des oeuvres(voir plus bas) , Olivier Chauzu indique qu'il n'a pas de compositeur favori ou plutôt que tous les compositeurs sont ses favoris :"Je joue beaucoup Beethoven et Schumann. Mon répertoire est assez éclectique, je travaille et je joue aussi beaucoup de Mozart, sa musique a un tel esprit, une telle intelligence, une telle perfection, un tel naturel, qu'elle est indispensable à mon équilibre. Je le joue moins fréquemment car les grandes interprétations de Clara Haskil, Annie Fischer, Walter Gieseking, et d'autres, me suffisent, nous n'avons aujourd'hui pas grand-chose à ajouter." Son prochain projet de disque est ... "Un récital Schumann qui s'effectuera prochainement. Il contiendra des oeuvres de première importance du compositeur, un peu moins jouées que d'autres, les Davidsbündler, l'Humoresque."
Olivier Chauzu est également chambriste au sein du Trio des Aulnes, dont les enregistrements sont régulièrement salués par la critique parisienne. :"Le Trio des Aulnes est composé de moi-même, Jean-François Corvaisier, violon et Laurent Lagarde, violoncelle. Nous avons publié les trios de Mendelssohn et le trio de Chausson et celui de Cras."Olivier Chauzu apprécie tout autant avoir de donner des récitals seul, qu'en musique de chambre ou avec orchestre :"Chacune procure un plaisir différent. Avec orchestre, on brille davantage. La musique de chambre procure des joies intenses, comme le fait de s'encourager mutuellement pour atteindre une perfection, toujours dans l'esprit de l'oeuvre que l'on défend. Lorsqu'il y a communion de points de vue, le résultat peut être extraordinaire. Ce sont des petites choses que l'on sent dans l'excitation du concert. Bien sûr, le contraire peut se produire aussi, une somme de défauts…"
Interrogé sur sa façon de travailler, Olivier Chauzu confie :"J'aime me plonger complètement dans un univers, puis m'en retrancher quelque temps, pour m'y replonger par la suite. On ne peut pas rester dans l'univers schumannien trop longtemps, l'imaginaire y est trop présent, la faille trop latente. Il faut de temps en temps se retrouver dans des musiques qui font retrouver un équilibre, Bach, Mozart, Haydn, Scarlatti. Avant de présenter une œuvre au public, je préfère avoir passé une période plus ou moins importante pendant laquelle j'ai vécu avec elle, j'y ai réfléchi, fait certains choix, en ai abandonné, puis les ai faits à nouveau, ai écouté des interprétations avec une oreille critique, etc. Bien que les choix interprétatifs doivent se faire sans a priori, une œuvre dépend d'un contexte, non seulement historique, mais aussi d'un univers particulier. On ne peut jouer Brahms avec une esthétique debussyste ni Chopin dans un univers beethovénien. Ni Bach en ayant à l'esprit la féerie ravélienne. Pour ne pas se fourvoyer, il est bon de retourner sans cesse à un questionnement relatif aux circonstances qui ont entouré la composition de l'œuvre, et pour cela il y a le disque. Non seulement nos prédécesseurs, mais aussi les autres œuvres. On peut jouer un concerto de Mozart sans avoir entendu Cosi, mais connaître cet opéra et l'apprécier dans toute sa complexité et sa mystérieuse profondeur contribue à la vérité et la sincérité de notre interprétation. C'est même souvent ce qui fait la différence. Convaincre sans être soi-même habité par l'œuvre relève de la tromperie et de la forfaiture. Ou de l'inconscience."
Dans son interprétation il attache le plus d'importance... "Au toucher, à l'enfoncement de la touche, qui donne le son. On n'enfonce pas de la même manière le clavier en jouant une sonate de Scarlatti qu'en jouant l'opus 117 de Brahms. Cela fait appel à des réflexes qu'il est difficile de décrire. Des réflexes que le corps dans son ensemble met en oeuvre, de l'extrêmité des doigts jusqu'au dos, voire les jambes ! Des réflexes conscients ou inconscients. J'essaie d'être le plus actif possible dans mon écoute, le plus éveillé dans mon inspiration et mon pouvoir d'imagination. J'essaie d'avoir une image sonore à peu près exacte et de l'affiner en cherchant plusieurs combinaisons possibles. C'est difficile à exprimer de manière concrète."
Olivier Chauzu estime aussi qu'être spectateur d'une belle prestation artistique est toujours utile à soi-même et cela..."Quel que soit le style de cette prestation, ainsi pour ce qui concerne la musique il m'arrive d'écouter de la chanson Brel, Brassens, Barbara, Cora Vaucaire, Léo Ferré, les Beatles, des musiques du monde et je peux apprécier tous les arts, même si j'avoue avoir des connaissances insuffisantes en peinture, architecture et sculpture. Je m'y connais beaucoup mieux en Littérature, puisque c'est mon domaine, surtout littérature française et espagnole et tout ce qui touche à l'art narratif."
Enfin à la question de savoir s'il se considère comme un "jeune talent", qualificatif qui lui a été récemment attribué par une journaliste, ou "talent affirmé" Olivier Chauzu répond : "J'ai toujours été un peu outsider, en-dehors des médias , faisant mon travail un peu dans l'ombre, ce qui me vaut maintenant ce qualificatif de "jeune talent", qualificatif qui ne me vexe pas du tout, car à 44 ans, on est plutôt amusé de se voir rajeunir ainsi. Mais votre autre qualificatif m'honore au plus haut point. Car "jeune talent" pourrait revêtir dans les oreilles de quelques personnes, une possible condescendance , si l'on prend le mot "jeune" au sens figuré. Soyons jeune, mais dont le talent est non pas jeune, mais affirmé. Et merci infiniment pour votre compliment."

Ecouter...

Louis Aubert (1877-1968)

Sillages
Sonate pour violon et piano
Habanera (version pour piano 4 mains)
Feuilles d'images

Jean-Pierre Armengaud, piano
Alessandro Fagiuoli, violon
Olivier Chauzu, piano 2

Après un disque de Scriabine, le pianiste Jean-Pierre Armengaud retourne à la musique française , et retrouve Olivier Chauzu, avec lequel il a déjà enregistré des oeuvres de Debussy à quatre mains, ici dans deux oeuvres d'un programme original de musique d'un compositeur, d'origine bretonne, beaucoup moins connu aujourd'hui que Debussy : Louis Aubert. Le violoniste Alessandro Faguioli se joint à Jean-Pierre Armengaud dans une sonate pour violon et piano. Cette oeuvre est ici en premier enregistrement mondial, de même que la version pour piano quatre mains de "Habanera" et "Feuille d'Images" miniatures pour piano à quatre mains. Aujourd'hui, peu nombreux en effet sont ceux qui connaissent le compositeur Louis Aubert, né en 1877 à Paramé (désormais intégré à Saint Malo) ...cliquez ici pour lire la suite et écouter quelques courts extraits

Gustave Samazeuilh(1877-1967)

Complete piano works
Intégrale des oeuvres pour piano

NOCTURNE (1938) * ( premier enregistrement mondial )
PIANO SUITE IN G (1902, rev. 1911)
CHANSON À MA POUPÉE (ca. 1904) NAÏADES AU SOIR (1910)
3 PETITES INVENTIONS (ca. 1904)
ESQUISSES (1944)
EVOCATION (1947)
LE CHANT DE LA MER (1918-19)

OLIVIER CHAUZU, piano

Ce disque en est un peu le prolongement de deux disques déjà enregistrés par le pianiste Olivier Chauzu, l'un en 2007, la suite "Iberia" du compositeur Albeniz, et un autre paru en 2008, l'intégrale des oeuvres pour piano de Paul Dukas, compositeur dont est célébré cette année le 150ème anniversaire, puisque Gustave Samazeuilh, compositeur français, d'origine bordelaise, encore moins connu de nos jours que son maître, fut l'un des élèves de Dukas, qui lui-même fut élève d'Albeniz. Olivier Chauzu explique d'ailleurs, à l'occasion d'un nouvel entretien à lire ci-dessous : "La parenté est évidente. Le style d'écriture est ressemblant : la même densité harmonique s'y retrouve, très germanique (les deux compositeurs admiraient Beethoven, mais aussi le wagnérisme et le mahlerisme), ainsi que le goût français : le debussysme et ravélisme."
Egalement pianiste et critique musical , Gustave Samazeuilh, méconnu aujourd'hui , fut pourtant une des figures centrales de la vie musicale parisienne pendant plusieurs décennies, au début du 20ème siècle.......cliquez ici pour lire la suite et écouter des extraits

Robert Schumann( 1810-1856)
Les trois sonates pour piano
Sonate op.11 en fa dièse mineur
Sonate op.22 en sol mineur
Sonate op.14 "Concerto sans orchestre" en fa mineur

Olivier Chauzu, piano

Ce nouveau disque du pianiste Olivier Chauzu, qui avait précédemment enregistré deux sonates de Beethoven, permet de le retrouver cette fois avec les trois sonates de grande envergure d'un autre compositeur qui tient également une grande place dans son répertoire : Schumann, auquel il a aussi consacré un disque, en 2008. Il est très rare de réunir ces trois sonates dans un même disque, et pourtant, ainsi l'explique Olivier Chauzu à l'occasion d'un nouvel entretien à lire ci-dessous, il est intéressant de les regrouper car si elles se ressemblent, dans le sens que chacune donne un panorama complet de l'univers schumannien, celui-ci est exprimé de manière différente dans chacune d'elle..cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait
paru en avril 2013

Debussy
Musique pour un piano et quatre mains

Petite Suite
Marche écossaise
Six épigraphes antiques
Première suite d'orchestre

Jean Pierre Armengaud, piano
Olivier Chauzu, piano

Voilà il est enfin paru, avec deux mois de retard mais de tels retards sont choses fréquentes chez les labels : le disque d'oeuvres pour piano à quatre mains de Claude Debussy qui vous avait été annoncé à l'occasion d'un concert des deux pianistes Jean Pierre Armengaud et Olivier Chauzu en novembre 2012 au centre culturel tchèque de Paris vient de sortir sous le label Naxos et donc à tout petit prix ! Ce CD est donc le premier d'une série de 6 CD de musique française pour piano de Jean-Pierre Armengaud, à paraître chez Naxos, dont deux à 4 mains avec Olivier Chauzu. Ce disque consacré aux oeuvres pour piano à 4 mains de Debussy comporte non seulement des oeuvres très connues, comme la Petite Suite et les fameuses Epigraphes Antiques, mais aussi des raretés avec la Première suite d'orchestre écrite par Debussy à son retour de la Villa Médicis...cliquez ici pour en savoir plus et écouter des extraits
Paru en
octobre 2010

Beethoven
sonates pour piano
n°28 opus 101
n°29 "Hammerklavier" opus 106
Olivier Chauzu, piano

Le pianiste Olivier Chauzu apprécie particulièrement les oeuvres de grande envergure, ainsi son quatrième disque qui paraît chez le label Calliope permet cette fois de le découvrir dans la célèbre immense sonate "Hammerklavier"( pour clavier à marteaux) de Beethoven dont le compositeur lui-même reconnut "Voilà une sonate qui donnera de la besogne aux pianistes". Propos tenus non seulement parce qu'elle est longue mais aussi parce que la difficulté de son langage augmente au fil de l'oeuvre, Beethoven ayant voulu dans celle-ci dépasser les limites sonores du piano.
Olivier Chauzu a couplé cette sonate avec la sonate précédente que déjà le compositeur souhaitait titrée " Sonate pour piano ou Hammer-Klavier[...]mais si le titre est déjà gravé , j'avance deux propositions : ou je paie de mes deniers le nouveau titre à graver, ou bien on le retient pour une autre sonate que je composerai" ainsi peut-on lire dans une correspondance de celui-ci à son éditeur Tobias Haslinger (que l'on peut d'ailleurs lire dans le récent livre des correspondances de Beethoven récemment réédité chez Actes sud. Une sonate qu'il avait aussi pensé appeler "Sonate en la difficile à jouer" ...peut-on lire dans une autre lettre à l'imprimeur Sigmund Anton Steiner (surnommé lieutenant général), titre qu'il donne en précisant : " Sans doute mon lieutenant général va-t-il resté interdit songeant que "difficile " est une idée relative, ce qui étant difficile à l'un étant facile à un autre, et que par conséquent ce terme n'a pas une signification bien définie. Mais mon Lieutenant Général doit savoir que ce terme a une signification bien définie, car ce qui est difficile est en outre beau, bon, grand ,etc."...

Difficulté absolue et non relative donc dans ce beau, bon et grand programme qui n'a nullement effrayé le pianiste Olivier Chauzu, qui pourrait bien avec ce disque marquer le point de départ d'un monument : l'intégrale des sonates de Beethoven ainsi confie-t-il dans ses réponses à de nouvelles questions à l'occasion de ce disque. L'écouter jouer le second mouvement de cette sonate op.101 - Vivace alla marcia- (plus bas dans cette page) montre qu'il a tout à fait l'énergie et l'étoffe pour ce challenge, il a d'ailleurs déjà à son répertoire la quasi totalité de celles-ci !...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Robert Schumann
Toccata
Davidsbündlertänze
Humoresque
Olivier Chauzu, piano

Après avoir enregistré un disque de l'intégrale des oeuvres de Paul Dukas qui a lui a permis de mieux faire connaître celle-ci Olivier Chauzu milite avec passion pour la cause romantique avec ce nouveau disque regroupant trois pièces fondamentales parmi les oeuvres de Schumann qu'il offre dans une interprétation fort émouvante où le spleen des grands romantiques atteindra certainement tous les auditeurs :
La Toccata, oeuvre d'une grande virtuosité technique dégageant une grande joie et un humour qui ne se présenteront jamais plus sous cette forme aussi franche et tranchée dans l'oeuvre du compositeur.
Les Davidsbündlertänze empreintes de l'âme de deux personnages de l'imaginaire de Schumann : Florestan, être fougueux, fantasque et imprévu et Eusébius, le mélancolique et rêveur.
L'Humoresque où l'humour n'y intervient que de façon très marginale, Schumann avoua à Clara avoir "ri et pleuré tout à la fois" en la composant et à un ami il indiqua "Elle est peu gaie, et peut-être ce que j'ai écrit de plus mélancolique".
Olivier Chauzu a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter ce disque dont je vous invite également à écouter un extrait qui m'a particulièrement émue......cliquez ici pour lire ses réponses et écouter cet extrait.

Paul Dukas
Intégrale de l'oeuvre pour piano
Olivier Chauzu

Bien connu pour son "Apprenti sorcier", Paul Dukas(1865-1935) n'a composé ou plus exactement publié pour le piano que quatre oeuvres, car très exigent le compositeur a détruit nombreuses de ses partitions. L'une de ses oeuvres est particulièrement gigantesque : la sonate en mi bémol mineur d'une durée de 45 minutes, elle est impressionnante non seulement par cette durée mais surtout sa puissance expressive.
Après avoir enregistré la difficile intégrale d'Ibéria d'Isaac Albeniz, le pianiste Olivier Chauzu semble bien avoir enfiler la panoplie de l'apprenti sorcier pour s'attaquer de nouveau à une intégrale peut souvent jouée et a bien voulu répondre à quelques questions au sujet de ce disque...cliquez ici pour lire ses réponses

Ecoutez un extrait durant le mois d'avril 2008 en page "Morceau du mois"...cliquez ici

Isaac Albeniz
Iberia
Olivier Chauzu

Sorti dès le mois de janvier 2007, ce double album Iberia d'Isaac Albeniz interprété par Olivier Chauzu est le "Disque du moment"( le 12 juin 2007) à se procurer pour qui souhaite découvrir plus largement le compositeur entendu récemment par la France entière...
Le pianiste Olivier Chauzu, qui a bien voulu répondre à quelques questions à l'occasion de cette nouvelle actualité, explique avoir choisi d'enregistrer Iberia d'Albeniz car il se sent très proche de cette musique : "Elle a la profondeur et l'authenticité du cante hondo d'Andalousie, l'âpreté et la noirceur, qui a inspiré tant d'artistes à commencer par Lorca. Albéniz, né espagnol, avait beaucoup voyagé, et vivait l'Espagne dans le souvenir et la nostalgie, donc cette Espagne est une vision qui part en quelque sorte de l'absence. J'ai toujours trempé dans ces deux cultures, ces deux langues que je possède à égalité, pourrais-je dire. Ma vie actuelle se partage entre la France et Madrid. Donc d'une certaine manière, pourrais-je dire que moi aussi, je vis l'Espagne, et la France par la même occasion, dans l'absence et la nostalgie... cliquez ici pour lire la suite et en écouter une pièce entière
En concert en France....
22 juillet 2015 à Lagord (Charente Maritime) 18h30.
-23 juillet 2015 au Festival du Port de La Rochelle.
et le 4 juillet 2015 à Amiens, pour un concert de musique de chambre.

En savoir plus

Visitez le site internet officiel d'Olivier Chauzu

 


Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !

  et... Partagez cette page !


Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com