Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Les disques du moment

Classique

Florent Schmitt
Oeuvres pour piano
Crépuscules, Ombres et autres Pièces
Laurent Wagschal

Le pianiste Laurent Wagschal porte un intérêt particulier à la musique française, cumulé au souhait de faire découvrir des compositeurs peu joués, du moins à l'heure actuelle car si la musique pour piano de Florent Schmitt(1870-1958) est aujourd'hui négligée voire ignorée, il a marqué la vie musicale jusqu'à la seconde guerre mondiale aux côtés de Ravel, Dukas ou D'Indy.
D''un caractère très indépendant, et rude, ce compositeur qui eut pour maître de composition Fauré et Massenet a développé un style très personnel. Selon la présentation du livret, rédigée par Laurent Wagschal, qui défend avec beaucoup d'ardeur cette oeuvre, "le langage personnel de Florent Schmitt se caractérise par une inspiration mélodique chaleureuse, une harmonie subtile et sensuelle ainsi qu'une grande richesse rythmique".

Florent Schmitt consacra plus d'une centaines de pièces au piano, de nombreux quatre mains et transcrivit ses oeuvres symphoniques pour cet instrument mais ce sont dans les pièces qu'il a écrites après 1910 que l'on peut découvrir son véritable talent de compositeur, doué d'une écriture dense : souhaitant que le pianiste en ait"plein les mains", il utilisa généralement jusqu'à trois portées (sans doute cette caractéristique a rebuté aussi plus d'un pianiste !) . Certes l'influence de Ravel, Debussy peut se mesurer dès l'écoute de "Sur un vieux petit cimetière" qui ouvre ce disque dans une douce atmosphère illuminée d'un halo sonore évocateur de lointaines clochettes apaisantes, et dans un autre registre, plus gai, Debussy et Fauré transparaissent aussi dans "Sylphides". Mais c'est dans les pièces les plus poétiques "Neige" et surtout "Solitude" que l'on découvre la splendeur de son style : la mélodie doublée à l'unisson à deux octaves d'intervalles dont un effet particulièrement poignant.

Poésie encore plus sensible et émouvante dans "Les Ombres" qu'il écrivit quelques années après, véritables "poèmes symphoniques" pour piano, d'une grande difficulté d'éxécution.
La recueil "Enfants", écrit par Florent Schmitt à l'âge de soixante dix ans, se veut plus abordable et regroupe huit pièces de difficultés moyennes, mais n'en sont pas moins emplies de tendresse telles "L'enfant turbulent " ou le plus sage "Enfant do" ou encore "l'enfant sauvé des eaux".

Cette idée du pianiste Laurent Wagschal, qui a remporté de nombreux prix internationaux, de "sauver des eaux", ou plus précisément de sortir de la bibliothèque nationale ses partitions oubliées et d'en faire apprécier l'originalité par une implication qui sort de l'ordinaire, mérite grand intérêt. C'est effectivement une oeuvre à (re)découvrir..
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et /ou vous procurer ce disque.

Pour écouter une pièce entière de ce disque sur le site officiel de Laurent Wagschal....cliquez iciet rendez-vous dans la page discographie

Bohuslav Martinu
Concerto pour trio avec piano et orchestre à cordes
Concertino pour trio avec piano et orchestre à cordes
Lidice - Rhapsody for viola
Trio Wanderer
Tabea Zimmermann(alto, viola)
Gürzenich Orchester Köln sous la direction de James Conlon

Si vous jouez du piano, sans doute connaissez-vous le compositeur Bohuslav Martinu(1890-1959), : ses études ou encore ses danses, préludes...font partie de différents recueils et méthodes. Mais bien qu'il ait composé plus de deux cents morceaux pour le piano, il n'a pas, ou peu, laissé, d'oeuvres essentielles pour cet instrument. Le reste de son oeuvre, malgré l'importance qu'on lui reconnait aujourd'hui, n'est à l'heure actuelle, guère jouée en concert et cet enregistrement vient combler une absence non justifiée.

Bohuslav Martinu s'inspira de la tradition musicale de son pays d'origine sous une forme très personnelle. Né en Bohème, il fit l'apprentissage de la musique dans son pays natal et fut engagé comme second violon dans la Philharmonie Tchèque à Prague où il put se familiariser avec les compositeurs nationaux de Bohême mais aussi découvrir Ravel, Debussy ou Stravinsky. Ayant obtenu une bourse d'études, il vint à Paris pour rejoindre la classe de composition d'Albert Roussel pour y chercher :" l'ordre, la clarté, la mesure, le goüt, l'expression sensible, directe. En bref : les atouts de l'art français" qu'il admirait. Son séjour se prolongea 17 ans : car outre la musique français, il admira une femme de ce pays qu'il épousa : Charlotte Quennehen. Il dut cependant fuir pour les Etats-Unis en 1941, mis sur la liste noire des nazis pour ses activités patriotiques, et ne revint en Europe qu'en 1953.
Composé à Paris en 1933, le manuscrit du Concerto pour trio avec piano et orchestre à cordes, fut oublié pendant près de trente ans car on le confondait à tord avec celui du Concertino créé à la même époque et pour une même distribution instrumentale.Il parait que Bohuslav Martinu, n'attachait pas d'importance au fait que ses oeuvres soit publiées ou jouées : il lui importait plus de composer. Aussi ne faut-il sans doute pas s'étonner du sort du Concerto... même si aujourd'hui on le considère, ainsi que le Concertino, comme chef d'oeuvre. Composés tous deux à une époque où le rythme dominait particulièrement ses compositions, sous l'influence de la danse tchèque, de la polka et du ...jazz, qu'il aimait aussi depuis sa jeunesse, il faut savoir qu'il composa des Fox Trot pour les orchestres d'amateurs durant celle-ci !

Avec sa musique Martinu voulait "rendre un peu de l'affirmation de la vie paisible et heureuse", sans nul doute ce rythme très typique est élement de légèreté et gaieté ! Légereté et gaité certes mais pas seulement ainsi le splendide 'Andante du Concerto introduit par un piano seul suivi de l'intervention du violoncelle et du violon que dévoile, avec une grande expressivité, le Trio Wanderer ( Vincent Coq( piano), Jean-Marc Phillips Varjabedian (violon) et Raphael Pidoux(violoncelle) est plus sombre et profonde. D'une atmosphère plus proche de la composition orchestrale "Monument pour Lidice" que Bohuslav Martinu écrivit en 1943 à la mémoire des victimes innocentes de Lidice : Petite localité à 20km de Prague, dépeuplée et réduite en cendres par la Wallfen-SS , le 10 juin 1942.
Cliquez ici ou sur l'image pour vous procurer ce disque et pour en écouter des extraits sur le site du Trio Wanderer...cliquez ici

 

 



Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

 

 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

 

 






 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com