Stefano Battaglia Re : Pasolini

Stefano Battaglia
Re: Pasolini

Musique et cinéma vont souvent bien ensemble, et pas seulement pour l'accompagnement de film, mais sans nul doute parce que les arts sont faits aussi pour se compléter, et se ...répondre, ainsi le montre ce second album chez ECM et le vingt-sixième en tant que leader, du pianiste, compositeur et improvisateur italien Stefano Battaglia, s'ajoutant aux différents projets de ces temps derniers sur ECM, liés d'une façon ou d'une autre au monde du cinéma - comme récemment de l'hommage rendu par le pianiste français François Couturier au cinéma de Tarkovski : Stefano Battaglia a décidé de rendre hommage à l'un de ses plus illustres compatriotes : Pier Paolo Pasolini (1922-1975), reconnu unanimement comme l'un des plus grands cinéastes européen du 20e siècle, mais artiste à plus d'un titre : également poète, romancier, homme de théâtre, peintre, et également philosophe, journaliste, activiste politique d'une envergure considérable. C'est précisément la portée universelle de cette œuvre majeure rapportée à la vie tumultueuse de son auteur qui a attiré et inspiré Stefano Battaglia. "Ce qui a rendu littéralement irrésistible mon désir d'" interpréter " musicalement l'univers de Pasolini c'est ce sentiment d' "unité polymorphe" qui se dégage de l'œuvre. Elle démontre à chaque instant une capacité extraordinaire à réunir les contraires - non seulement les cultures populaire et académique, le sacré et le profane, mais également des dimensions politiques, éthiques, religieuses très peu souvent mises en relation de cette manière… Pasolini s'engageait dans tous ces modes d'expression avec passion en brisant les frontières idiomatiques : chacune de ces expressions artistiques entrait en relation avec les autres et les influençait, permettant ainsi à Pasolini de délivrer son message dans des formes étonnamment variées. "
Stefano Battaglia a mis sur pied deux formations aux instrumentations bien distinctes pour jouer une musique qui, en une sorte de voyage impressionniste dans l'œuvre de Pasolini, entend se référer pêle-mêle aux atmosphères de ses films ainsi qu'à ses acteurs, à sa poésie tour à tour " rurale " et " urbaine ", au ton provocateur de son travail de journaliste, à ses engagements politiques, à ses croyances religieuses, ainsi qu'à quelques moments spécifiques de sa biographie… Le 1er CD de ce double album présente une formation connnue sous le nom" Pietra Lata Sestetto". La trompette du musicien suisse Michael Gassman s'y entremêle élégamment avec le piano lyrique de Battaglia, mais la sonorité du groupe doit également beaucoup aux couleurs spécifiques de la clarinette de Mirco Mariottini et du violoncelle du Japonais Aya Shimura. C'est la mélodie qui est principalement mise en avant dans cette première partie de " Re: Pasolini " caractérisée par des atmosphères tendres, mélancoliques et volontiers nostalgiques.
Des sonorités plus sombres dominent dans le second CD, beaucoup plus tourné vers l'improvisation. Entouré d'un groupe composé cette fois de Dominique Pifarély, Bruno Chevillon et Vincent Courtois ainsi que du batteur Michele Rabbia - Battaglia y explore plutôt le versant sombre de Pasolini (ses relations conflictuelles avec l'Eglise, ses engagements politiques radicaux et dans " Ostia ", thème aussi triste que bouleversant, sa mort violente en 1975). A propos de cette dernière composition du disque, Battaglia explique : " J'ai conçu cette pièce comme une sorte de " Passion de Pasolini ", une bande sonore évoquant la violente et mystérieuse tragédie de cette nuit de la Toussaint… " .
Ce double album, complété d'un livret abondamment illustré de photographies de films de Pasolini, est indéniablement une oeuvre artistique très complète et d'une grande beauté à plus d'un titre, Stefano Battaglia offre un univers aux ambiances variées de par la conception même de son projet à deux faces mais où demeure toujours une émotion intense.
Stefan Battaglia,
Né à Milan en 1965, Battaglia a d'abord attiré l'attention en tant que pianiste classique, jouant aussi bien des oeuvres de musique ancienne et baroque que des compositions du 20e siècle (avec un goût prononcé pour les univers de Boulez, Messiaen, Ligeti et Hindemith) et accumulant les apparitions dans les festivals européens. C'est à 14 ans qu'il commence à se frotter au jazz, inspiré par deux disques majeurs du catalogue ECM (" Open " de Paul Bley et " Facing You " de Keith Jarrett). " Quand j'ai entendu ces disques - qui comptent aujourd'hui encore parmi mes favoris - j'ai compris immédiatement que la musique classique seule n'allait pas pouvoir satisfaire tous mes besoins musicaux et que ce ne serait pas le seul medium par lequel j'exprimerais ma sensibilité artistique. " Dès la fin des années 80, Battaglia commence à s'imposer en tant que musicien de jazz, remportant quelques trophées majeurs et collaborant avec tous les plus grands musiciens italiens et internationaux (de Lee Konitz à Dewey Redman en passant par Marc Johnson, Barre Phillips, Steve Swallow, Kenny Wheeler et bien d'autres encore). Il démontre alors des affinités particulières pour la batterie et les percussions, travaillant volontiers en duo avec des musiciens comme Tony Oxley, Pierre Favre, Billy Elgart, Michele Rabbia et Roberto Dani.
En Italie, Battaglia a enregistré au fil des années un nombre extrêmement important de disques pour toute une série de petits labels indépendants (sa discographie compte à ce jour pas moins d'une soixantaine d'albums parmi lesquels la presse internationale a particulièrement remarqué ceux parus sous le label Splasc(h)). " C'est un formidable instrumentiste… ", s'est enthousiasmé le Penguin Guide to Jazz, " il possède ce véritable don pour la mélodie qui est le propre des grands maîtres du clavier italien. " Ce don lui a permis d'adapter son style aux formats orchestraux les plus variés (de la performance solo aux vastes structures de son ensemble Theatrum, composé de 16 musiciens) ainsi qu'aux contextes les plus divers (son champ d'action allant de l'improvisation libre à l'arrangement novateur de chansons d'Alec Wilder en passant par des projets multidisciplinaires embrassant la poésie (de Saint Jean de la Croix à Rilke), la peinture et le cinéma). " Il me paraît tout naturel d'essayer de mettre en relation les choses que j'aime le plus au monde " - explique-t-il.Son premier disque pour ECM, " Raccolto ", est paru en 2005 et permet d'entendre Battaglia aux côtés de Dominique Pifarély, Giovanni Maier et Michele Rabbia.
Stefano Battaglia a choisi de jouer son projet Pasolini (en compagnie de Michael Gassmann, Mirco Mariottini, Aya Shimura, Salvatore Maiore et Roberto Dani) dans de nombreux festivals au cours de cette année 2007.

Pour en savoir plus sur le pianiste Stefano Battaglia, visitez son site officiel...cliquez ici

Pour en savoir plus sur Paolo Pasolini ,visitez un site très bien documenté qui lui est consacré (textes en français)...cliquez ici

Pour écouter et/ou vous procurer ce disque.... cliquez ici(fnac.com) ou cliquez ici(amazon)

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de musique de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano