Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

 

Filigrane Edouard Ferlet

Filigrane
Edouard Ferlet, piano
Airelle Besson, trompette, voix
Alexandra Grimal, saxophones, voix
Fabrice Moreau, batterie, voix

Le dictionnaire propose deux définitions du mot Filigrane : ouvrage de joaillerie fait de fil de cuivre entrelacé et soudé, ou dessin imprimé dans la pâte du papier pouvant se voir par transparence. Edouard Ferlet en propose ici une troisième c'est "une promesse enfouie au creux de la main, comme une prière douce et unique. Un fil comme fond sonore de notre cheminement, pour mieux déceler en nous la nature profonde et la légèreté de nos pas"... Filigrane pour une musique conçue telle une ballade qui pourrait tout aussi bien s'écrire avec un seul l, une grande liberté étant donnée à chaque musicien de prendre des chemins de traverses... que les auditeurs prendront à leur tour en se laissant porter par cette musique aérienne. Les mélodies inspirée de Dutilleux, Messiaen ou Koechlin, dans ce jazz improvisé poétique où le silence a aussi son importance, invitent à un beau voyage tout en légèreté, pourquoi pas ... dans une montgolfière pour admirer derrière la transparence des nuages notre belle terre vue du ciel !
Comment est née l'idée de cet enregistrement et pour quelles raisons avez-vous choisi d'être accompagné par des instruments à vent cette fois-ci ?
Pour cet album, j'ai souhaité orienter mon travail de composition différemment que sur mon album précédant "l'écharpe d'iris". J'ai cherché à épurer les compositions et les arrangements en focalisant sur l'essentiel, la justesse de l'intention et la direction artistique. Sur mes précédents albums j'ai souvent donné une part importante à l'arrangement qui nécessite un travail instrumental en amont, polyrythmie, indépendance, harmonie complexes, ostinatos.
Avec Filigrane j'avais pour désir de donner plus d'importance au silence, à l'espace, avec moins d'ostinato à la main gauche et moins d'arrangement prédéfinis.
En travaillant avec Airelle Besson, Alexandra Grimal et Fabrice Moreau, je savais qu'ils seraient sensibles à ma conception. J'ai eu l'occasion de jouer avec chacun des musiciens dans différentes situations et je savais qu'en les rassemblant j'obtiendrais un délicieux cocktail dont l'abus est… gens d'heureux.
Airelle, Alexandra et Fabrice ont une délicatesse à part entière, une densité et une profondeur dans leur son, le lien me semblait évident. Par ailleurs, la présence féminine sur la scène du jazz est encore trop rare. Nous avons des différences de sensibilité et d'acuité nous les hommes et les femmes, et il est bon de les mélanger, de les faire se confronter et s'enrichir par cette occasion.

Comment avez-vous travaillé pour cet enregistrement : notamment quelle est la part de composition et celle d'improvisation ?
Dans mes albums j'ai toujours porté beaucoup d'importance au travail de la composition afin que chaque pièce ait une identité, une histoire qui lui est propre. A partir du moment où la composition est forte, cela sert d'inspiration pour l'interprétation et la direction des improvisations. L'atmosphère de la composition permet de rassembler le groupe dans le même voyage, ce qui renforce l'esprit de cohésion entre les musiciens.
J'ai voulu apporter cette direction compositionelle tout en laissant la possibilité d'interpréter les thèmes: décalage rythmique, dynamiques et articulations variables, canon de la mélodie et possibilité d'improviser des contrepoints autour du thème, exposition aléatoire du thème etc…
J'ai voulu développer la sensation d'inachevé pour apporter un sentiment d'ouverture et d'inattendu. Par exemple les pièces ne démarrent jamais de la même manière et ne se terminent jamais là où l'on s'attend.
Il n'a été possible de jouer aussi librement qu'après avoir cadré les formes et le mélodies qui restent le pilier de notre musique, ce n'est qu'après avoir construit le morceau que l'on a pu se libérer dans la musique. Cela donne à la musique une sensation d'infini, de légèreté et surtout favorise l'écoute entre nous
Cette musique est construite dites-vous comme un fond sonore de notre cheminement , pour mieux déceler en nous la nature profonde et la légèreté de nos pas…. en quoi cette recherche a-t-elle aussi de l'importance pour vous ?
La musique, l'improvisation, la composition, l'errance des sons demeurent pour moi un fil moteur et constructif de ma vie. C'est un spectre large, où émotions et histoires, humain et nature aussi peuvent se raconter. Chacun porte un cheminement, conscient ou non, auquel on s'attache, des désirs, des impatiences, des bonheurs et des douleurs, la musique peut les adoucir et les accompagner, pour plus de compréhension et de sérénité.
La séance d'enregistrement s'est faite dans une même pièce sans séparation d'instrument et sans casque, pourquoi avez-vous préféré cette façon de procéder et dans quelle ambiance cet enregistrement s'est-il réalisé ?
Pendant l'enregistrement nous étions réuni dans la même pièce, sans être enfermé chacun dans une cabine ou avec des panneaux de séparation, donc sans casque. Ce qui nous a mis tout de suite dans un son uni, comme un orchestre de musique de chambre; nous jouons dans la même dynamique, dans la même intensité, dans la même énergie et surtout dans la même émotion.
Nous avons aussi un moyen de communication beaucoup plus fluide que si nous parlions à travers le casque qui fatigue très vite les oreilles au bout de 3 jours d'enregistrements.
C'était assez surprenant de voir que dans ce grand studio de la Buissone, nous étions serrés comme des sardines en plein milieu de la salle d'enregistrement.
Quels sont vos concerts à venir ?
Très prochainement je suis le 18 et décembre au Théatre St Bonnet de Bourges en SOLO le 18
et dans le Trio de Jean-Philippe Viret le 19, et pour ce qui concerne Filigrane : nous serons le 10 février Duc des Lombards à Paris.

Pour en savoir plus sur Edouard Ferlet...cliquez ici

Pour vous procurer ce disque.....cliquez ici (amazon) ou cliquez ici(fnac)

Pour vous en faire une petite idée...écouter ces extraits mp3

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir

Bach: French Suites, Bwv 812-817
Vladimir Ashkenazy, piano

Boogie on the ball
Sébastien Troendlé, piano

Rafal Blechacz, piano
Bach



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano