Robert Schumann Musiques de chambre

Robert Schumann

Klavierwerke & Kammermusik - III

CD1 - Musiques de chambre
Trois Romances pour hautbois & piano Op. 94
Trois Phantasiestücke pour clarinette & piano Op. 73
Cinq Pièces dans le ton populaire pour violoncelle & piano Op. 102
Märchenbilder pour alto & piano Op. 113
Märchenerzählungen pour clarinette, alto &piano Op. 132
Adagio & Allegro pour cor & piano Op. 70
CD2 - Sonates pour violon & piano
Sonate pour violon & piano en ré mineur Op. 121
Sonate pour piano & violon en la mineur Op. 105
Sonate pour violon & piano en la mineur Op. posth.

Gordan Nikolitch - François Leleux - Paul Meyer - Bruno Schneider - Antoine Tamestit - Jean-Guihen Queyras - Eric Le Sage

Avec ce coffret de deux CD, le pianiste Eric Le Sage poursuit à pas de géant son intégrale des oeuvres pour piano de Schumann, compositeur dont il se sent très proche. On trouvera dans le troisième volume de cette intégrale, qui parait chez le label alpha, presque la quasi totalité des oeuvres de musique de chambre avec piano, hormis le Quintette et les Trios pour piano, violon et violoncelle.

Deux disques très variés donc, débutant par la belle rencontre de l'instrument roi avec le hautbois offrant trois ravissantes romances d'une grande douceur et quiétude, suivies de trois fantaisies pour clarinette et piano d'un grand lyrisme également et à la parenté d'âme avec les pièces précédentes quoique le tempo s'accélère un peu au fur et à mesure de celles-ci. Passant à un instrument à corde, le violoncelle, les cinq pièces dans le ton populaire sont très différentes des précédentes, le ton populaire est celui de la"Hausmusik" avec des rythmes de danses stylisés mais que l'on ne s'y méprennent pas l'on trouvera une berceuse et une ballade parmi ces pièces.

C'est un très beau cycle pour piano et alto qui suit, il est vrai que Schumann a puisé son inspiration dans les contes de fées offrant ici un univers très poétique, et lorsque la clarinette s'ajoute à ce duo dans les "Märchenerzählungen"(Récits de contes de fées) c'est tout un monde fantastique qui apparait dans trois pièces très animés entrecoupées d'une douce rêverie. Et comme Schumann rime avec poésie, c'est encore une oeuvre poétique qui suit cette fois avec un instrument qui n'est pas seulement bon à sonner la chasse mais est ici exploité dans ses qualités les plus lyriques.

Un disque entier contient l'enregistrement des trois Sonates pour piano et violon, chacune de longueur différente : la première enregistrée sur le disque (op121) mais en fait la seconde écrite, et la dernière sont en quatre mouvements mais si l'opus121 dure plus de 40 minutes l'opus posthume est deux fois moins long, quant à la seconde sonate du disque opus 105 (et donc la première écrite) elle est en trois mouvements seulement et ne dépasse guère le quart d'heure. Par contre toutes se rejoignent dans une sombre tonalité mineur et ont un caractère passionné. Brigitte François-Sappey, auteur du livret relate ainsi l'histoire de la sonate posthume :" Bouleversante est l'histoire de la troisième sonate. Sa musique ne l'est pas moins. A l'origine, en octobre 1853, Schumann entend offrir à Joseph Joachim une sonate FAE, collective mais personnalisée par l'insert de "Frei aber einsam"(libre mais seul). Quoique satisfait des morceaux de ses coéquipiers, Schumann irréductiblement individualiste, ne supporte pas ce travail d'équipe . Dès le 29 octobre, il remplace l'allegro initial de Dietrich et le scherzo de Brahms par deux mouvements de son cru. Une ultime sonate, dernière oeuvre achevée en l'absence des "Romanzen", jaillit ainsi d'une urgence intérieure incoercible dont témoignent les flamboyants bariolages conclusifs des mouvements extrêmes. cela restait à dire."...voilà qui est dit et répété !
Lorsqu'un musicien se lance dans une intégrale, à chaque nouveau volume et après le plaisir de son écoute, il reste toujours la tentation de réclamer la suite, et bien sûr ce nouveau volume où tant Eric Le Sage que les autres musiciens qu'il est grand temps de nommer avec leurs instruments respectifs : Gordan Nikolitch, au violon - François Leleux, à l' hautbois - Paul Meyer, à la clarinette - Bruno Schneider, au cor - Antoine Tamestit, à l'alto - Jean-Guihen Queyras, au violoncelle nous offrent une très belle exploration magnifiquement colorée du répertoire de musique de chambre de Robert Schumann, alors...à quand la suite ?... mais prenons le temps de savourer longuement déjà ce double volume.

Pour en savoir plus sur Eric Le Sage...cliquez ici

Pour vous écouter des extraits et/ou procurer ce disque.... cliquez ici(fnac.com) ou cliquez ici (amazon avec extraits)

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de musique de piano classique, jazz, variétés...

 

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano