Beethoven Jean-Marc Luisada

Musique classique

Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano N°4 op.58
Sonates N°8 op.13 et N°30 op.109
Jean-Marc Luisada, piano
Orchestre philharmonique de Radio France
sous la Direction de Mikko Franck

Dans son précédent disque "Sonates", riche en émotions, Jean-Marc Luisada avait choisi des oeuvres de compositeurs romantiques aussi Beethoven en était donc exclu, bien qu'ayant composé 32 sonates. Aujourd'hui le pianiste , lauréat du concours Chopin de Varsovie en 1995, prend un tournant avec ce disque exclusivement consacré à Beethoven, regroupant un concerto et deux sonates révélatrices de l'évolution du compositeur. Jean-Marc Luisada a choisi le concerto numéro 4 qui , il est vrai, présente dans son premier mouvement l'originalité, souvent réutilisée ensuite par dans la musique romantique, d'exposer le premier thème directement par le piano et ceci avec un son très feutré avant de le reprendre par l'orchestre. L'andante qui suit est un sublime moment d'atmosphère romantique offrant un dialogue entre le piano et l'orchestre de toute tendresse. Dans le troisième mouvement le piano prend la main sur l'orchestre et Jean-Marc Luisada offre un Rondo Vivace des plus enlevés et splendide !
Nombre de sonates de Beethoven ont été pourvues de surnoms ainsi la sonate n°8 op.13 a reçu celui de "Pathétique" et fut l'une des plus célèbre du compositeur. Publiée en 1799, elle marque l'aboutissement d'une première période créatrice chez Beethoven et annonce la dimension plus symphonique qu'il donnera ensuite à ses oeuvres. Le caractère tragique de cette sonate est en grande partie du à l'entrée lente et effectivement "Grave" qui précéde l'allegro initial, une entrée en matière de quelques notes au pouvoir évocateur étonnant sans doute en raison de ce caractère symphonique. Le second mouvement est d'un si grand lyrisme qu'il a inspiré quelques chanteur(se)s mais c'est sans conteste possible au piano seul qu'il est le plus émouvant...et Jean-Marc Luisada fait chanter son piano à merveille. Suit un Rondo mélodique d'un caractère plutôt enjoué mais aussi orageux et dramatique par quelques accords disséminés à divers endroits.
La sonate n°30 op.109, composée en 1820, est la première des trois dernières sonates de Beethoven qui représentent un aboutissement dans l'évolution de sa conception de cette forme. Les trois mouvements qui la composent sont dans un ordre inhabituel : elle se termine par un mouvement lent habituellement central. Ce dernier mouvement, dont Jean-Marc Luisada donne une interprétation très lumineuse, est construit sur un splendide thème chantant et expressif qui se méthamorphose dans plusieurs variations dont la dernière est particulièrement émouvante, le thème renaissant après une incroyable trille explosive de plus d'une vingtaine de mesure, qui aurait voulu un autre mouvement derrière cette merveilleuse odyssée musicale ?

Pour en savoir plus sur le pianiste Jean-Marc Luisada...cliquez ici

Pour écouter des extaits et/ou vous procurer ce disque cliquez ici(fnac) oucliquez ici(amazon) ou cliquez ici(alapage)

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de musique de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano