Disque du moment Laurent De Wilde The Present

Laurent De Wilde
The Present

"Authentique trio d’un jazz d’aujourd’hui ouvert au monde et curieux de tout, l’orchestre de Laurent semble illustrer les paroles qu’écrivait la poétesse Dana Bryant pour The Present il y a quelques années : «Yesterday is history, tomorrow is a mistery. But today is a gift. That’s why they call it : The Present (Hier, c’est l’Histoire, demain est un mystère. Mais aujourd’hui est un cadeau (présent)."...sans doute cet extrait du site du label Nocturne, éditeur de ce disque, dévoile à lui seul une bonne part de ce que cache ce CD : un véritable cadeau.

Laurent de Wilde cache en effet derrière ses mains (et sous ses doigts) un nouvel enregistrement acoustique qui comblera même les grincheux qui ne l'avaient pas suivi dans sa recherche électro-jazz (trois albums précédents) et ravira aussi les autres qui le découvrent présentement dans un son unique ou avaient déjà apprécié auparavant le nouveau souffle apporté au jazz lors de son expérience de musicien-ingénieur du son. Laurent de Wilde est en effet un spécialiste des claviers au sens très très large puisque au piano acoustique, électrique.. s'y inclut même celui de l'ordinateur.

Il n'aurait pas été surprenant de découvrir dans le passé de Laurent de Wilde , une formation en électronique et bien il n'en est rien : c'est quelques temps après avoir intégré la section philosophie de L'école normale de Paris , qu'il a choisi finalement la musique pour unique ligne de pensée. Et il a montré depuis combien il a à exprimer par les notes(cela dit Laurent de Wilde a aussi beaucoup à exprimer par les mots : son blog est un véritable régal(pour ne pas dire regalo), tout comme le livre qu'il a écrit sur Thelonious Monk à lire absolument).
Mais pour revenir à ce "cadeau" : Acoustique ne veut pas dire entendu, faut-il le rappeler...et avec Laurent De Wilde le piano se transforme encore en véritable instrument de recherche sonore. Le cadeau c'est sans nul doute un nouveau langage jazz à découvrir par cet album en trio avec Darryl Hall à la contrebasse et Laurent Robbins aux drums(ainsi que Dian Persons(drums) également invitée pour deux morceaux).
Un langage d'inspiration multi-musicale (jazz, techno, reggae, blues....)dont l'univers résultant est cependant unique et identique tout au long du disque et ramène bien fondamentalement à la source jazz. Un véritable bain sonore très rafraichissant, relaxant et essentiellement tonique, ce qui est fort appréciable par ces jours de grande chaleur estivale.

Il faudrait juste que le très beau "Late late blues" qui conclut l'album en douceur se prolonge un peu plus lontemps pour ramener en douceur l'auditeur vers son espace sonore traditionnel car à vrai dire, c'est un univers sonore fort dépaysant et plaisant, que l'on a du mal à quitter. Il donne le sentiment de voyager à la fois dans l'espace- De l'Afrique, à L'Europe en passant par l'Amérique, et de voyager dans le temps vers...le présent de la seconde qui va suivre, et que l'on attend toujours sans lassitude, par une rythmique fort moderne mais bien d'aujourd'hui. C'est "LE Cadeau " des temps actuels qu'il faut vous empresser de déballer en premier lieu ou d'offrir quelque soit l'âge de son destinataire : les mélodies accompagnent en beauté le rythme (et/ou l'inverse...) : l'auditeur est dépaysé mais nullement perdu.

Cliquez ici ou sur l'image pour vous le procurer et en écouter des extraits
Laurent de Wilde,
Laurent de Wilde est né à Washington en 1960. Elevé en France à partir de 1964, il intègre l’Ecole Normale Supérieure en 1981, section philosophie. En 1983, à l’occasion d’une bourse d’études musicales, il se rend à New York au Brooklyn campus de la Long Island University. A l’expiration de sa bourse six mois plus tard, il décide de s’installer définitivement à New York. Avec les encouragements et les conseils de ses aînés, il se produit en ville et rejoint le groupe régulier du trompettiste Eddie Henderson.

En 1987, il enregistre le premier d’une série de quatre disques pour Ida Records : « Off The Boat ». En 1989, paraît « Odd And Blue » . En 1990, c’est « Colors of Manhattan ». Il rentre alors à Paris pour s’y installer, mais retourne en 1992 à New York pour y enregistrer un album en trio, « Open Changes », avec Coleman et Billy Drummond (drums). Le succès de ce disque lui vaudra en 1993 le prix Django Reinhart, récompensant le meilleur musicien de l’année, allongeant ainsi la liste de ses illustres aînés Martial Solal, Henri Texier ou Michel Petrucciani.
Il partage alors son temps à Paris entre sa carrière de leader et l’accompagnement d’artistes comme Barney Wilen, Aldo Romano ou André Ceccarelli. En 1994, il signe un contrat d'artiste avec Sony Jazz et enregistre en 1995 « The Back Burner».
C’est en 1996 que paraît un livre sur lequel Laurent de Wilde travaillait depuis longtemps, une biographie de Thelonious Monk, aux éditions L’Arpenteur/Gallimard. L’ouvrage rencontre un succès immédiat, et rejoint en octobre 97 le catalogue permanent de la collection Folio. Il recueille également en 96 le prix Charles Delaunay du meilleur livre sur le jazz ainsi que le prix Pelléas, et a été traduit et publié à New York, Londres, Tokyo et Milan.

En 1997, Laurent de Wilde sort son album en trio-quartet, « Spoon-a-Rhythm », qui lui vaudra d’être récompensé aux Victoires de la Musique 1998 comme nouvel artiste jazz de l’année. C’est à la suite de cet album qu'il décide de s’intéresser à la révolution électronique qui selon lui redéfinit radicalement le jazz contemporain. Parallèlement à sa participation au groupe d’Ernest Ranglin, véritable père fondateur du reggae Jamaïcain, il multiplie les rencontres avec des univers musicaux aussi variés que Samia, Cosmik Connection ou Roudoudou.
Il en résulte un album en rupture avec les formations acoustiques précédemment enregistrées et qui revendique un jazz en mutation : « Time For Change » (Warner Jazz, 2000). Le groupe issu de cet enregistrement , composé de Flavio Boltro, Gael Horellou, Minino Garay, Jules Bikoko et Stéphane Huchard, donnera plus d’une centaine de concerts en France et à l’étranger, progressant à chaque fois dans son exploration de cette musique en devenir. Enrichi de cette expérience, de Wilde entre à nouveau en studio en 2002 pour Warner et y enregistre ses nouvelles histoires, « Stories », sorti en 2003. Ce nouveau groupe, qui accueille DJ Ben aux
platines, tournera dans la foulée toute l’année 2003.

2004 le retrouve au travail avec une nouvelle formation, Organics, avec lesquels il enregistre un disque paru en octobre chez Nocturne. Ce groupe, composé de Gael Horellou au sax et machines, Philippe Bussonnet à la basse et le jeune prodige Yoann Serra à la batterie, élargit sans concessions les règles et les sonorités de ce genre en constante évolution. Cette année aura ausssi vu la sortie des collaborations de Laurent avec André Ceccarelli (Dreyfus), Eddie Henderson (Marge) et Rick Margitza (Nocturne). 2005 sera l’année du retour du trio acoustique, parallèlement aux apparitions d’Organics. Composé de Laurent Robin à la batterie et de Mathias Alamane à la contrebasse, ce trio témoigne de l’amour toujours plus profond de Laurent de Wilde pour le piano.

Pour en savoir plus sur Laurent de Wilde....cliquez ici

Pour en savoir plus sur ce disque , visitez le site du label Nocturne....cliquez ici

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano