Olivier Greif Sonate de Requiem Trio avec piano

 

 

 

Olivier Greif
Sonate de Requiem pour violoncelle et piano
Trio avec piano
Emmanuelle Bertrand
Pascal Amoyel
Antje Weithaas

Olivier Greif(1950-2000) est un compositeur qui, semble-t-il, a très peu donné lieu à littérature, il est ainsi très surprenant de ne pas le trouver dans l'imposant dictionnaire de la musique Larousse alors que d'autres compositeurs contemporains y figurent pourtant, et l'on peut se demander pourquoi car en 2005, le cinquième "anniversaire" de sa disparition a donné lieu à multiples concerts tous fort bien accueillis par la presse.
Fort heureusement le livret qui accompagne ce disque, et Internet(voir plus bas les liens donnés en référence), permettent d'en savoir un peu plus . Sans doute est-ce finalement le prix de la liberté qu'il a toujours voulu avoir...car ainsi que le témoigne Brigitte François-Sappey qui donne quelques repères sur Olivier Greif dans ce livret : " Olivier Greif s'est toujours voulu libre, au dessus de la mêlée. Issue d'une famille juive d'origine polonaise établie à Paris, lui-même épris de la langue anglo-américaine,et attiré par les enseignements de l'Inde millénaire, il se sentait citoyen du monde. Ce monde, qu'il a toujours continuer de fréquenter et sillonner, il s'en est retiré musicalement parlant plus de dix ans(1981-1993) au profit d'une qu^ete spirituelle étirée,elle, sur quelque vingt ans(1978-1998) durant lesquels il prit le prénom d'Haridas, serviteur de Dieu en sanscrit...". Pour ce qui concerne sa formation en musique classique, il est entré à 10 ans au conservatoire de Paris, a obtenu un premier prix de composition à 17 ans avec une sonate pour piano et violon. Il a poursuivi par un cycle de perfectionnement en musique de chambre et deux ans aux Etats-Unis dont plusieurs mois auprès de Luciano Bério à la Juilliard School de New-York. On retiendra également parmi les autres repères donnés par Brigitte François-Sappey : "Pianiste prodigieux, déchiffreur "surnaturel", il pétrit son clavier à longueur de journée, même s'il ne le travaille jamais. Mais pour chanter une élégie sans texte, rien ne vaut s'adjoindre la voix du violoncelle".
Violoncelle et piano...sont justement les instruments de la Sonate de Requiem, écrite par Olivier Greif après la mort de sa mère en 1979 (Il revisa l'oeuvre en 1993 afin de l'alléger essentiellement en supprimant les répétitions). Olivier Greif indique que cette sonate est : "une méditiation sur la mort, vue sous trois aspects principaux. En premier, la mort comme perte. Perte de la vie pour celui qui s'en va, perte de l'être cher pour ceux qui restent. En second la mort comme voyage. L'âme du défunt quittant peu à peu "les régions terrestres" (dont elle discerne encore les musiques), traverse les plans successifs de conscience qui la séparent de son séjour ultime. Enfin la mort comme contemplation. L'âme arrivée au terme de son ascension, fait face à sa Source et s'y laisse absorber."... L'image de la tempête de neige(de Paul Amasy) qui illustre ce disque reflête parfaitement l'atmosphère froide, angoissante et tumultueuse de cette oeuvre, même si l'on peut parfois reconnaître une ballade, un hymne ou une berceuse qui relie la naissance et la mort, c'est assurément bien l'oeuvre d'un compositeur qui définissait l’essence de sa musique, comme "pessimisme mystique" et dont on ne ressort pas allègre, si ce n'est rassuré d'être encore en vie...
N'espérez pas trouver un chaleureux refuge dans l'oeuvre suivante de cet album"Trio pour piano, violon et violoncelle" ...quoique...la lumière se cache parfois où on ne l'attend pas...ou a une couleur qui "sort de l'ordinaire"...: Olivier Greif explique :" le titre ""De profondis" a beau ne désigner que son premier mouvement, il donne pourtant sa couleur émotionnelle à l'oeuvre toute entière(dont il fut pendant un temps le sous-titre général) : celle d'un absolu désespoir , à peine adouci vers son terme. Pour autant, ce désespoir n'est pas une finalité en soi, mais- à l'instar de ce qui est dit dans le psaume 130 - un moyen de tendre vers Dieu et de l'atteindre. Aussi noir qu'il soit ce désespoir est un absolu.", reprenant à son compte cette phrase d'Albert Camus : "Au centre de notre oeuvre, fût-elle noire, rayonne un soleil inépuisable". Pour vous donner une idée de son atmosphère assez effroyable sachez que le premier mouvement est ponctué au piano par nombreux clusters des avant bras dont l'effet sonore est pour le moins terrorisant... Si le second mouvement porte le nom rassurant de Java et commence assez "bien" ou du moins dans une certaine sérénité, elle se détructure totalement à en devenir morcelée et tout autant funèbre, fantomatique... le soleil ne rayonne qu'à partir du troisième mouvement "Romanze" un peu plus paisible. Olivier Grief estime le quatrième mouvement "Alla breve" comme "une progression intinterrompue vers la l'éclat et la lumière", mais l'oeuvre s'achevant sur une reprise brillante et affirmative, du discours sombre du 1er mouvement De Profundis. Une oeuvre torturante et violente, émouvante, certes loin du bel canto italien mais qui va droit au coeur ou plus exactement à l'âme.
Le pianiste Pascal Amoyel a eu la chance de collaborer étroitement avec Olivier Greif, dont il a déjà enregistré, en 2000, la "Sonate de guerre" et c'est donc sur des terres(et cieux...) particulièrement bien connus de lui qu'il nous conduit avec une grande maîtrise, accompagnée une nouvelle fois par sa femme la violoncelliste Emmanuelle Bertrand, avec laquelle il a enregistré nombreux disques récompensés par la presse et récemment créé un émouvant spectacle "Block 15" dans lequel on peut d'ailleurs entendre des extraits de la Sonate Requiem, et dont le propos se recoupe tout à fait avec le spectacle qui relate la vie des musiciens dans un camp pendant la seconde guerre mondiale. La violoniste Antje Weithaas, qui a remporté nombreux concours internationaux, les rejoint dans une parfaite symbiose dans le Trio pour piano, violon et violoncelle.
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et vous procurer ce disque, qui a obtenu un diapason d'or et un R10 Classica/Répertoire.
* : sites à visiter pour en savoir plus sur Olivier Greif
Site de l'association Olivier Greif...cliquez ici
Plusieurs pages sur le site Musique Nouvelles en Liberté...cliquez ici

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et découvrez nombreux autres disques de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano