Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

 

Raulin Piano Solo

François Raulin
Piano solo

Il a fallu nombreuses années, presque une vingtaine, pour que le pianiste compositeur arrangeur François Raulin réalise un deuxième disque piano solo... un nouvel enregistrement qui lui tenait pourtant à coeur, parmi nombreux autres cd produits dans cet intervalle, mais les circonstances et ... le hasard ont fait qu'il ne le réalise que maintenant ainsi l'explique-t-il dans l'entretien ci-dessous.

C'est une véritable parenthèse, pour lui tout seul, dans son emploi du temps chargé par des projets collectifs, pendant laquelle non seulement il a pu enfin se consacrer à d'anciennes compositions mais aussi profiter de cette liberté pour en créer de nouvelles "porté par l'ambiance de la grande salle vide et faiblement éclairée". Ce n'est cependant pas dans un univers sombre et vide, mais souvent animé que François Raulin fait entrer l'auditeur, dans ces moments de créativité intense où la poésie d'un "Little Némo" côtoie le suspense et l'humour d'un "Meccano de la générale", impulsé par une polyrythmie extraordinaire à base d'ostinato qui consiste à répéter... obstinément une formule rythmique ou mélodique.

Oui peut-être aura-t-il fallu beaucoup d'années pour que François Raulin sorte ce deuxième piano solo, mais même si le hasard fait parfois bien les choses, sans doute lui aura-t-il aussi fallu beaucoup d'obstination pour construire et enrichir au fil des ans sa musique si personnelle et inventive. Il est évident que celle-ci n'est, elle, pas le fruit du hasard mais de sa connaissance du jazz et de la musique contemporaine fortifiée durant tout ce temps. Et ce disque laisse maintenant espérer très vite un troisième...aussi espérons, en cette période de voeux, que le hasard fera encore mieux les choses à l'avenir.
Ce disque est votre second disque piano solo, quand aviez-vous réalisé le premier et en quoi ce nouveau disque piano solo est-il différent du premier ?
Le premier disque "First Flush " paru en 1993, et édité chez ZZ et distribué pas Harmonia Mundi, était un CD "carte de visite" avec différentes directions proposées (c'est un peu la volonté dans un premier disque de montrer son travail et de faire un "état des lieux" ...). Il y avait du multipiste, du piano préparé, du mélodica...
Je jouais encore avec Louis Sclavis, ce qui était une activité à plein temps ! Quelle chance à l'époque de pouvoir tourner avec le même groupe pendant plusieurs années, trouver un son d' orchestre,prendre le temps de chercher, de découvrir ensemble et sur scène... J'ai voulu avec mon premier solo, commencer à proposer un espace plus personnel et plus pianistique,et explorer des compositions qui n'avaient pas leur place avec Louis.
J'envisageais depuis 2002 un autre CD solo, j'avais même enregistré une journée à Pernes les Fontaines en 2004...mais ça s'est passé différemment : A la fin d'une réunion en Mai 2009 avec Michel Orier au sujet des projets en cours avec la scène nationale qu'il dirige à Grenoble, j'ai demandé presque par hasard si, les vacances approchant, le Steinway récemment acquis par la MC2 était libre 2 jours. Après avoir eu l'accord pour pouvoir accéder à la salle et au piano quelques après-midi , j'ai profité d'un moment calme de ma vie au mois de juin 2009 où je n'avais pas beaucoup de concerts. C'était une bonne "fenêtre".
Je dois dire que l'ambiance de la grande salle vide et faiblement éclairée (une des plus belles de France, l'instrument lui-même qui est assez exceptionnel à mon goût, m'ont mis dans un état de calme et de concentration propice à la création.
A ce moment, j'ai encore par hasard repris le Tai Shi, cette "gymnastique" chinoise (enchainements de mouvements d'art martiaux au ralenti). Cela me convient parfaitement comme pratique car je trouve cela assez proche du travail que nous faisons sur nous même avec la musique . Ayant traversé des moments difficiles et mouvementés sur le plan personnel, j'avais envie de quelque chose de posé, de me faire plaisir avec la musique sincèrement et sans volonté de briller ou de prouver quoi que ce soit. Pour certaines pièces, j'ai pensé à ma compagne-orthophoniste, mais musicienne- à qui je dédie ce disque.

A votre avis est-il plus difficile de réaliser un second disque piano solo qu’un premier ?
Non, je n'ai pas eu cette sensation. Tout c'est déroulé assez naturellement. Tout d'abord parce que le label "label forge" est un label associatif que nous dirigeons collégialement et nous nous faisons confiance musicalement. Ceci m'a vraiment permis d'être entièrement libre sur le contenu, ce qui est rare. Et puis parce que j'ai maintenant à mon actif pas mal de concerts solos.
Ce n'était pas le cas en 1992, j'avais bien plus de pression, il fallait vraiment (me) prouver que j'étais capable de tenir ce pari, de sortir du rôle de sideman, la pression était assez forte.
Comment avez-vous travaillé pour la réalisation d’ « Ostinato » ?
J'ai progressivement découvert de nouvelles choses en jouant sur ce magnifique piano, un bon numéro, bien choisi par Alain Planés... Et pourtant, Il est encore vert ! Je me suis fait un "SongBook" de mes propres compositions (il y en a beaucoup, depuis le temps !), j'en ai abandonnées beaucoup parce que j'étais plus excité par les nouvelles que je trouvais au fur et à mesure. De petites idées de jeux que je ré-écrivais en rentrant chez moi et que je reconfrontais au piano le lendemain. Plus le moment de l'enregistrement se rapprochait , et plus j'avais de pistes de compositions, dont certaines assez abouties et d'autres en chantier.
Un problème : écrivant jusqu'à la veille de la séance, je ne savais pas jouer les nouvelles pièces , il a donc fallu que je les apprenne en jouant ! (notamment "le Meccano de la générale")...
Vous êtes allé plusieurs années en en Afrique pour y étudier les rythmes et le balafon, cette musique imprègne-t-elle toujours vos compositions ? On trouve notamment le titre « Les zèbres » dans votre disque …est-ce aussi toujours votre référence à l’Afrique qui vous a inspiré pour celui-ci ?
J'ai depuis le début voulu adapter quelques principes du balafon au piano, cela m'a permis de trouver ma propre manière de travailler l'indépendance à base d'ostinato .
Au balafon, c'est souvent la main gauche qui fait le chant et la droite qui tient un ostinato, au piano c'est très souvent l'inverse. J'expérimente les deux. Il y a beaucoup d'exemple dans ce CD ("Hélas Bérénice"= impro main gauche/ ostinato Main droite,"Mahalia","images de Décembre" =le contraire ). Mais je ne suis pas le seul à creuser ce coté polyrythmique du piano, il y avait déjà le boogie woogie, le stride, Dollar Brand dans "African piano", Randy Weston, Keith Jarrett...
Il y a dans la musique africaine, cachée sous l'image simple de la danse , une grande complexité rythmique qui a été analysée par de grands musicologues. Sous un angle plus technique ,le chiffre 12 (les 12 pulsations du 12/8 africain) est divisible par 2,3 et 4 ,on peut donc le battre de 3 manières différentes et même simultanément,ce qui est potentiellement très puissant pour la polyrythmie,mais on peut aussi le battre en 7+5. J'utilise ce principe-un peu élargi- dans "Mahalia",ou la main gauche joue 7+7+5+5,alors que la droite improvise en 12/8 .(Cela parlera aux matheux !) Pour "les Zébres", ce n'est qu'une image que me donnait ce morceaux court et rapide. Ce n'était pas lié à l'Afrique musicalement.
Toutes les compositions sont originales sauf l’une d’elle : Lotus blossom de Billy Strayhorn, pourquoi avez vous choisi ce morceau ?
Trois jours avant d'enregistrer, je suis tombé sur "Lotus Blossom" joué par Duke en solo. Il disait que c'était sa pièce préférée en solo. J'ai toujours aimé cette petite mélodie. Je me suis dit que ce serait ma seule pièce "standard" (bien que ça n'en soit pas vraiment un, peu de musiciens la connaissent) .Elle fait le lien avec le jazz et le cortège de tous ces artistes qui m'accompagnent mentalement depuis que je joue du piano. J'ai tenu à la mettre au milieu du disque comme une clé de voûte qui charpente l'écoute de la musique...

Vous avez eu l’occasion de collaborer avec le pianiste Stephan Oliva, notamment pour un disque en quintet, et vous préparez pour 2010 une nouvelle création avec lui , “Little Némo” pouvez vous en dire plus sur ce projet et votre travail avec ce musicien ?
C'est drôle, j'ai pensé à Stephan pour certains morceaux de ce CD : "Little Némo s'éveille" est un clin d'oeil à ce nouveau projet que nous avons ; ça fait 13 ans que je travaille avec Stephan. Tout d'abord, c'est un ami, et une personne très agréable, avec un humour que j'apprécie énormément. Et même si le fait d'avoir 2 pianos est un peu une hérésie sonore et coûteuse ! (les organisateurs ne se privent pas de nous le rappeler) c'est l'artiste/pianiste Oliva qui m'intéresse. Je crois que nous sommes très complémentaires. Je suis assez axé sur l'énergie, le rythme, la musique du 20eme, il est un peu plus sur le jazz, la mélodie, la douceur. Quand nous travaillons ensemble, les idées se bousculent, ça n'arrête pas, c'est assez joyeux et débridé, et nous partageons vraiment le processus créatif à égalité. Nous avons trouvé des sujets qui nous enthousiasment -Lennie Tristano,le piano Stride- et qui nous donnent envie de jouer et d'écrire. Le prochain est vraiment un challenge car il y a un côté visuel ce qui est nouveau pour nous (nous projetons les images de la merveilleuse BD de Windsor Mc Kay "Little Nemo" 1906/1913). Nous sommes fidèles à nos musiciens, car ce sont de grands artistes, dont nous apprécions la fantaisie (qualité rare) la poésie et la polyvalence.
Votre disque piano solo est édité par le label Laforge, créé par un collectif de musiciens, dans lequel vous tenez le rôle de directeur artistique , pouvez-vous en dire plus sur ce collectif et votre rôle au sein de celui-ci ?
La Forge est une association basée sur Rhône Alpes depuis 10 ans. Nous la dirigeons artistiquement avec Pascal Berne et Michel Mandel. Là aussi, il y a complémentarité et gestion collégiale. Nous montons quantité de projets et de collaborations avec la ville de Grenoble, le Département de l'Isére, la Région Rhône Alpes, la Drac, les équipements culturels, écoles de musiques, Conservatoires, harmonies, profs de musiques, danse, théâtres, résidences... et il y a beaucoup de projets lourds qui demandent un très gros travail de préparation,de conceptualisation, de montage de dossier, de composition, répétitions etc...Nous avons un administrateur, une secrétaire, et tout récemment, une chargée de diffusion..
Quelques projets emblématiques :
"sous le ciel" :le travail que nous menons avec les musiciens traditionnels chinois de Shanghai depuis 2002 ("sous le ciel" CD sur le label),
"Cartoune" ciné concert à base de films d'animations de toutes sortes créé en 2000,et qui a beaucoup tourné déjà...
"Portrait de femme" création pour harmonie et solistes improvisateurs créé salle Gaveau en 2006,
"jardins extraordinaires",mise en espace et musique de lieux du patrimoine,avec un acteur qui guide le public vers les différents tableaux sonores...
le "Label forge" qui compte à ce jour 6 références (prochaine sortie "la grande forge" 8 musiciens pour mars 2010),
L'orchestre "école" Micromegas que je dirige depuis 13 ans et qui mélange pros amateurs et invités "prestigieux",
Un prochain projet sur Erik Satie avec acteur (Gilles Arbona) et orchestre (Mandel, Monniot, Chevallier, Thuillier, Raulin, Berne, Spirli) Un projet Européen en cours pour 2012
En ce qui me concerne, le trio TNT "trio non tempéré" avec Jean Jacques Avenel et le griot Adama Dramé (cd sur le label forge) qui joue entre impro,jazz et tradition mandingue...
Le duo "Mou Ak" avec la danseuse coréenne Hee Jin Kim...
et ce nouveau solo "Ostinato"

Pour écouter des extraits et/ou vous procurer ce disque.....cliquez ici (amazon) ou cliquez ici(fnac)

Pour en savoir plus sur François Raulin...cliquez ici

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir

Bach: French Suites, Bwv 812-817
Vladimir Ashkenazy, piano

Boogie on the ball
Sébastien Troendlé, piano

Rafal Blechacz, piano
Bach



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano