Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Schumann Vittorio Forte PIANO

Schumann (1810-1856)

Fantasiestücke op.12
Arabesque op.18
Kreisleriana op.16

Vittorio Forte, piano

Interrogé sur son répertoire de prédilection en 2009, lors de la sortie de son premier disque d'oeuvres de Clementi, Vittorio Forte avait déjà fait part de son "amour profond" pour Schumann aux côtés d'autres compositeurs. Après ce premier succès discographique le label Lyrinx a offert au jeune pianiste de nouveau la possibilité d'enregistrer un disque et il a choisi le compositeur allemand il est vrai un peu oublié face à Chopin lors de leur bicentenaire de naissance en 2010 mais année au cours de laquelle Vittorio Forte a eu cependant l'occasion de jouer nombreuses fois les oeuvres de ce disque qui datent toutes trois de la fin de la période pendant laquelle Schumann a exclusivement composé pour le piano(1829-1839).
Comme dans la plupart de ses oeuvres Schumann y trouve son inspiration dans la littérature ainsi dans Fantasiestücke, recueil où la nuit est omniprésente, la cinquième pièce que vous pourrez écouter plus bas dans cette page "In der Narcht " traduit l'histoire tragique du couple d'amoureux Héro et Léandre tirée de la mythologie grecque (Héro guettant avec une lampe sur le rivage Léandre qui la nuit lutte contre les flots pour la rejoindre. Robert Schumann de son aveu, s'identifiait à Léandre par ces difficultés à atteindre l'inaccessible Clara). Le titre de Fantasiestücke étant lui-même emprunté à Hoffman, poète allemand qui a également inspiré Schumann dans ses "Kreisleriana" écrites l'année suivante où l'on retrouve tous les accents du romantisme allemand et oeuvre dans laquelle, explique Vittorio Forte qui a aussi écrit le livre de son disque "nous retrouvons " les deux personnages créés par la pensée "malade" de Schumann : Florestan et Eusebius. En effet chaque pièce impaire présente un caractère violent, halluciné déchiré, en contraste avec les pièces paires, lentes, intimistes, parfois presque mystiques." Les Kreisleriana sont très proches de l'opus 12 Fantasiestücke, ainsi elles ont le sous-titre de... "Fantaisies", en allemand ce mot signifie aussi l'acte d'improviser et en musique correspond à des compositions de structure assez libre et proche de l'improvisation... caractéristiques qui tiennent particulièrement à coeur au pianiste Vittorio Forte, ainsi le confie-t-il à l'occasion d'un nouvel entretien(voir ci-dessous), et le pianiste offre ici une interprétation très vivante et contrastée sans exagération respectant le caractère naturel de telles improvisations.
Vous aviez indiqué lors de l'interview sur votre parcours "avoir un amour profond " pour Schumann, pouvez-vous en dire un peu plus sur celui-ci alors que sort votre second disque consacré à ce compositeur ?
J'ai été séduit très jeune par la complexité de l'esprit schumannien. Je trouve que le mot "romantisme" prend tout son sens dans sa musique. J'ai vraiment senti le besoin de lui consacrer mon deuxième disque et j'ai été heureux que Lyrinx me suive dans cette "nouvelle aventure".
Quelle place a-t-il occupé ses deux dernières années dans votre planning de concerts et dans votre travail quotidien ?
Les œuvres de Schumann ont été les marqueurs de mon évolution artistique. Une grande partie de mon répertoire pianistique est consacrée à Chopin et Schumann, et depuis plus de trois ans ils sont, l'un comme l'autre, toujours présents dans mes programmes de concert. Ce n'est pas un hasard si pour mes premiers récitals aux USA mon programme leur a été presque entièrement dédié.
Comme pour mon premier disque, je voulais me sentir totalement à l'aise musicalement lors de l'enregistrement pour pouvoir laisser une place à l'imagination et c'est pour cela que j'ai énormément joué les pièces de ce disque en concert. J'ai alterné les périodes de travail intense et d'approfondissement au piano, avec des moments de repos consacré à la lecture de biographie et tout particulièrement du journal intime de Schumann que j'ai trouvé bouleversant et qui m'a encore plus rapproché de cet être humain dont le génie était égal à sa souffrance. Je me suis penché aussi sur les possibles pathologies dont Schumann était atteint et me suis interrogé sur les conséquences qu'elles pouvaient avoir sur son écriture.
Vous aviez déjà souligné votre " faible " pour les Kreisleriana, qu'aimez-vous plus précisément dans cette œuvre ?
Les contrastes. "Kreisleriana" représente la preuve tangible de la personnalité multi-facettes de Schumann, un peu comme l'Humoresque op.20, mais avec une audace remarquable et dans une construction plus architecturale de la pensée musicale. Je crois que les contrastes font la beauté d'une œuvre d'art quelle que soit l'esthétique propre de l'œuvre en question.
Vous avez choisi d'enregistrer également le recueil "Fantasiestücke" comme "Kriesleriana",où règne les tempéraments des personnages Eusebius et Florestan des contes d'Hoffman, avez-vous lu ces contes , et que pensez-vous de la façon dont Schumann s'en est inspiré ?
Je n'ai pas lu les contes d'Hoffmann dans leur intégralité. L'admiration de Schumann pour Hoffmann a certainement inspiré l'écriture des Kreisleriana mais j'ose croire que c'est plutôt le sens littéraire de Schumann lui-même qui s'exprime dans ses œuvres. Elles ont, selon moi, un pouvoir suggestif et pas forcément descriptif. Par exemple, il est assez exceptionnel de voir comment Schumann traduit dans les "Fantasiestücke" tous les sentiments liés à la nuit au sens propre comme figuré. Et nous savons combien les nuits étaient difficiles pour lui ! Cette poésie rêveuse mêlée à un tourment dévorant m'a incité à choisir ces pièces pour mon enregistrement.
Qu'est-ce qui vous a tenu le plus à cœur dans votre interprétation , quel travail particulier cela vous a-t-il demandé par rapport aux œuvres de Clementi ?
J'ai voulu encore une fois laisser une large place à l'improvisation du moment dans l'interprétation des œuvres de Schumann. Cela demande une grande liberté, donc a fortiori beaucoup de travail lent et réfléchi.
Comme pour le disque "Clementi", deux prises ont suffi pour cet enregistrement. Ce n'est pas du "live" mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il faut essayer de donner en studio la même ferveur et la même présence qu'en concert.
Vous sentez vous plus proche de l'un des personnages inspirateur Eusebius ou Florestan, l'un d'eux vous a-t-il demandé plus de travail que l'autre ?
J'aime penser qu'Eusebius et Florestan sont en chacun de nous!!! Il suffit d'écouter ce qu'ils ont à nous dire. Il faut "habiter" la musique de Schumann, comme lui était "habité" par ses personnages !!!
Pourquoi avez-vous choisi d'ajouter à ce programme l'"Arabesque" ?
C'est un petit bijou de simplicité et de légèreté. Une sorte de tendre commentaire musical pour séparer deux oeuvres majeures. Et en plus l'Arabesque a été la première pièce que j'ai jouée de Schumann... il y a quelques années.
Avez-vous vécu ce nouvel enregistrement de façon aussi agréable que le premier ?
C'est toujours une très belle expérience ! Suite au succès du disque des œuvres de Clementi j'ai été heureux que Suzanne et René Gambini me proposent un nouveau projet. Et même si le catalogue Lyrinx présente déjà des versions de référence des œuvres de Schumann, ils ont accepté que je choisisse le compositeur allemand pour ce deuxième album. J'apprécie beaucoup la façon de travailler de René Gambini. Il est de très bon conseil, et sait respecter le choix des artistes. Nous avons enregistré ce disque à Marseille dans une ancienne chapelle, où l'atmosphère est assez surréaliste et en complète opposition avec la "froideur" d'un studio. En plus j'ai un faible pour la cité phocéenne! C'est peut-être mes origines méridionales.
Quels sont vos prochains concerts et autres actualités ?
J'ai eu l'immense plaisir de jouer pour la première fois le deuxième concerto pour piano et orchestre de Brahms au théâtre de Vevey et au Victoria hall de Genève le 30 septembre et le 1er octobre dernier. Je crois que je garderais un souvenir impérissable de cette expérience. Je donnerais le 6 octobre un récital entièrement consacré aux œuvres de Schumann dans le cadre du 1er festival de piano organisé par Intermezzo, association dont je suis le fondateur avec mon épouse Inès Maleviolles. En Novembre j'animerais une causerie sur Franz Liszt et en Décembre je donnerais mon dernier récital de l'année dans le cadre de la série "Liszt en Provence" au Château Saint Estéve. L'année 2012 s'annonce aussi très riche, avec peut-être un retour aux USA à l'automne et une série de concerts de musique de chambre avec les musiciens de l'Orchestre des Pays de Savoie.  

Pour écouter
Schumann
Fantasiesctücke op.12
In der Nacht
Vittorio Forte, piano
avec l'aimable autorisation
du label
Lyrinx
cliquez sur le triangle du lecteur
ci-dessous

 

Pour vous procurer ce disque....

cliquez ici  (amazon)

indisponible (fnac)

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir lors de concerts mentionnés en rubrique Concerts

Think Bach 2
Edouard Ferlet

 



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano