Edwin Berg Trio Volume deux JAZZ

Edwin Berg Trio
Volume deux

Meditatie
Doe Maar
The Way You Look Tonight
Ma dernière volonté
Poussière D'ange
Who Can I Turn To ?
Con Alma
Les Trois soeurs de Salamanca
Carroussel
Quatorze
Edelweiss

Edwin Berg, piano
Eric Surmenian, contrebasse
Fred Jeanne, batterie

Le deuxième album du trio du pianiste hollandais Edwin Berg, a certes une pochette moins attractive que son précédent disque( sélectionné pour noël 2010 -voir ici) avec cette fois en illustration une station service d'essence même si les couleurs lumineuses en sont splendides, l'augmentation du prix du pétrole nous donne de moins en moins envie de nous attarder dans ce lieu au risque d'avoir une "note salée"... mais il ne faut pas bien sûr s'arrêter à ces simples considérations... et au contraire allez voir quel or noir se cache dans la musique du trio d'Edwin Berg qui s'est déjà fait remarquer par son précédent disque Perpetuum (soit A perpuétuité). Point de titre significatif, du moins en apparence, pour ce nouvel album : "Vol. II ou Volume deux"... que chacun analysera comme bon lui semblera, le premier morceau de l'album "Meditatie " s'avérant tout à fait propice à un court temps pour la réflexion ou de méditation. Celui-ci est une des rares compositions d'Edwin Berg qui ne signe en fait, on pourrait le regretter à l'écoute de ce "Meditatie", que deux autres titres(Doe maar et Carroussel) mais Eric Surménian et Fred Jeanne ont eux aussi chacun apporté des compositions personnelles , notamment un très beau morceau du contrebassiste : "les trois soeurs de Salamanca" aux splendides couleurs orientales, cependant c'est la reprise de la très triste chanson "Ma dernière volonté " de Serge Reggiani qui fait de ce disque un "disque du moment" parmi ceux à sortir actuellement... Oui , l'or noir se cache là ... et dans une autre émotion ultime,reprise d'une chanson co-écrite par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein , au nom d'une jolie fleur blanche "Edelweiss"qu'Edwin Berg offre en piano solo.
Présentation de l'éditeur
Deuxième album du trio d'Edwin Berg avec le lyrique Eric Surménian à la contrebasse et le subtil Fred Jeanne à la batterie.
Le premier album "Perpetuum" avait vu cet élève doué de Kenny Werner recueillir un beau succès d'estime avec la reconnaissance "d'un album parfaitement abouti au lyrisme rare et aux charmes intemporels " (Jazz Magazine) et défini par ailleurs par le site Citizen Jazz comme "un vrai bijou, pur éclat de musique ".
Depuis le trio a été programmé en divers endroits de la scène européenne dont le moindre ne fût pas le célèbre "Bimhuis Jazz Club " d'Amsterdam pour un concert très remarqué. Au fil de ces concerts on peut dire sans hésiter que le trio a encore évolué, par la vertu du "work in progress" que représentent des prestations régulières en public. De nouveaux morceaux ont été écrits par les trois musiciens et l'adjonction de standards revisités de manière constamment originale complète la composition de l'album. Il est toujours passionnant de faire des paris sur le devenir d'un musicien, aussi ce deuxième permettra sans aucun doute de vérifier que les espoirs suscités par le premier étaient amplement justifiés.
Trois, c'est le seuil de l'équilibre ; ce peut être aussi celui du désordre. Pour qui les connaît, ces
trois musiciens-là sont à l'abri de ce dernier péril. Parce que leur façon de faire de la musique est en harmonie avec ce qu'ils sont. En eux-mêmes. Entre eux. Avec le souci commun d'accéder à une musique sensible et acoustique, à jouer l'essentiel en étant constamment attentifs à la beauté et à l'équilibre du son. Il suffit de les regarder pour comprendre que c'est avant tout une rencontre.
EDWIN BERG, piano
Encore inconnu en France, Edwin Berg y sera bientôt LA révélation. Comme c'est le cas en Hollande, son pays d'origine, ainsi qu'en Espagne, où il a remporté récemment le Best European Jazzband Award, et où il a enchanté le public du célèbre club "Calle 54" de Madrid. Le critique Juan Garcia n'hésite pas à écrire dans le magazine espagnol "IDEAL" que Berg exprime au piano "une fantaisie, un lyrisme, qui renvoie à la beauté des albums enregistrés dans les années 70 par Keith Jarrett, Garbarek et Charlie Haden".
De formation classique (Conservatoire d'Utrecht), il a acquis depuis une culture musicale foisonnante, de la musique du dix-septième siècle au jazz le plus contemporain, en faisant ça et la quelques détours par la pop music ou les musiques du monde. Cette multi-culture lui permet d'investir à sa manière tous les genres avec le même bonheur. Il suffit d'entendre son interpretation du deuxième prélude de Bach pour s'en convaincre. Et c'est un pianiste doté d'une capacité à improviser qui fait dire de lui qu'il n'est jamais aussi à l'aise que dans l'imprévu. Sa
formation s'est enrichie au contact de nombreuses rencontres dont la moindre n'est pas celle de Kenny Werner, dont il fut l'élève à New York, et qui dit de lui "c'est un musicien sensible, avec un talent énorme, une superbe technique, et de plus un spectre très large en tant que compositeur".
Il a déjà enregistré dans sa Hollande natale trois albums en tant que leader, puis avec d'autres musiciens, comme Kurt Rosenwinkel. Le trio qui est ici présenté est une formation qui existe depuis six ans, et qui promène sa passion un peu partout en Europe.
ERIC SURMÉNIAN, contrebasse
Eric Surménian commence son éducation musicale par la pratique du chant, de la danse et des
percussions. Il entre ensuite au Conservatoire de Marseille, où il étudie la contrebasse classique et jazz. Il en sort avec le premier prix de jazz. Il s'installe alors aux Pays-Bas et obtient la mention "cum laude" en contrebasse jazz au Conservatoire d' Amsterdam.
Il joue avec Diederick Wissel, Toots Thielemans, Ronnie Patterson, Olivier Ker Ourio, Guillaume de Chassy, Tom Rainey. Il dirige également Surménian String Project avec le violoniste Jeffrey Bruinsma et le violoncelliste classique Tom van Lent. Avec cet ensemble, il utilise sa voix ainsi que l'aspect percussif de la contrebasse, qui apporte une singularité propre au projet. Enfin il réalise en 2009 l'album Aghtamar qu'il a entièrement composé, et qui a reçu les éloges de la presse. Musicien virtuose, il allie beauté du son, lyrisme et inventivité.
FRED JEANNE, batterie
Fred Jeanne commence l'étude du piano à sept ans, puis étudie la percussion classique au conservatoire de Rennes, ainsi que la batterie en autodidacte. Il suit alors l'enseignement de l'American School of Modern Music et s'initie à la composition contemporaine. Il s'installe pendant quatre ans en Ardèche, loin du bruit de la ville, et y développe un style de jeu très personnel et compose ses premiers morceaux. Il joue avec de nombreux musiciens parmis lesquels on peut citer Eric Le Lann, Olivier Ker Ourio, Bob Dorough, Guillaume de Chassy, Ronnie Patterson,
Rick Margitza, Louis Winsberg, Emmanuel Bex, ou encore Didier Squiban. Subtil rythmicien, c'est un batteur recherché. Il crée un quintet où il rassemble sous sa direction des timbres choisis pour leur complémentarité originale : un harmonica (Olivier Ker Ourio), un vibraphone (David Patrois), un bugle et une trompette (Yohann Loustalot), ainsi qu'une contrebasse (Eric Surménian). Par une présence discrète mais active en permanence, il est de ceux qui garantissent généralement au tout d'être supérieur à la somme des parties.

Pour écouter des extraits
utilisez le widget ci-dessous

 

Pour vous procurer ce disque....

 cliquez ici (amazon)

ou

cliquez ici()

 

A voir : Edwin Berg, Eric Surmenian, Fred Jeanne, BACH PRELUDE BWV 847, Bimhuis Jazz Club, Amsterdam , ce titre était dans leur précédent disuqe, il n'a y semble-t-il pas de vidéo avec des titres de leur nouveau album

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano