Maurice Ravel par Georges Pludermacher

Ravel
Complete piano works
Georges Pludermacher

Lorsqu'ils enregistrent Ravel(1875-1937), la plupart des pianistes choisissent d'en interpréter l'intégralité, et cela se comprend tout à fait, car il est vrai que Ravel, pourtant pianiste, n'a pas écrit beaucoup d'œuvres pour cet instrument, la dernière de celles-ci "Le Tombeau de Couperin" ayant été terminée 20 ans avant son décès, mais sans doute la véritable raison en est la particularité de l'univers qui s'ouvre avec ce compositeur et dont personne ne souhaite s'évader. Certains musiciens font même le choix de tout jouer lors d'un concert, ce qui est délicat car parfois les applaudissements troublent cet univers. Dans cet enregistrement de Georges Pludermacher capté lors du festival de Flâneries musicales de Reims en 2003 ce n'est fort heureusement que très rarement le cas.
Georges Pludermacher a voulu rendre un hommage à Jacques Février qui fut son professeur et qu'il a eu la chance, selon ses propos, d'entendre répéter et d'interpréter, et avec qui il a pu étudier les principales oeuvres, bénéficiant ainsi de quelques précieux conseils que Jacques Février tenait quant à lui du compositeur lui-même.
Ce coffret est donc en quelque sorte un héritage que le pianiste souhaite partager ! Et ce sont de véritables joyaux qu'il renferme car Ravel a subi la fascination du fantastique : "Il lui fallait cette ouverture du merveilleux pour compenser sa rigueur de pensée" explique Rémi Jacobs auteur du commentaire des œuvres de cet album édité par le label Transart. Mais paradoxalement, c'est avant tout le noir et la transparence qui étincellent quand par exemple Ravel prend prétexte pour écrire "Gaspard de la nuit"dans le romantisme le plus noir, ou est inspiré par le bruit des cascades et des ruisseaux pour ses "Jeux d'eau" , l'ombre et la lumière se reflétant avec intensité dans ses "Miroirs", sans doute reflets d'impressions diffuses relevées ça et là en présence de tableaux ou d'observation de la nature.
La danse également a souvent inspiré Ravel, certes il y a le Boléro (pour orchestre) mais ainsi que le montre la seule lecture de quelques titres de cette intégrale : "Pavane pour un infante défunte" qui a de cette danse de cour le rythme lent et solennel, "La Valse", ici dans sa version originale pour deux mains, un grand tableau viennois qui contraste avec la suite de pièces "Valses nobles et sentimentales" que le public ne sut lui attribuer, et n'apprécia guère( on se demande aujourd'hui bien pourquoi...), lors d'une première "dégustation à l'aveugle" y croyant reconnaître Satie, Kodaly ou Théodore Dubois. Il en existe une version pour Ballet , de même que du "Tombeau de Couperin" où apparaissent d'ailleurs parmi les titres de pièces "Menuet" et, cette danse très vive qu'est le "Rigaudon". Georges Pludermacher rend également un hommage au chorégraphe Georges Balanchine : " Ces spectacles m'ont ouvert , approfondi, éclairé sur le sens de bien des œuvres autrement austères et abstraites, en l'absence de cette géniale justification visuelle[...]Les représentations du "Tombeau de Couperin" mais surtout "La Valse"(Ballet associant les "Valses nobles et sentimentales" et la "Valse" en une vision continue et fantomatique) m'ont marqué d'images indélébiles, et irrésistiblement motivé pour réaliser à mon tour au concert cette version amplifiée de la suite des Valses". Il ne reste donc plus qu'à fermer les yeux en écoutant cette intégrale et profiter de l'interprétation fortement inspirée de Georges Pludermacher, mais déjà l'illustration de la pochette n'invite-t-elle pas à entrer dans le rêve ?
Georges Pludermacher, piano
Associant aux qualités d'un virtuose prestigieux, les audaces d'un interprète souvent original et exigeant, Georges Pludermacher est aujourd'hui un pianiste unanimement reconnu. Le jeune pianiste Pludermacher a trois ans lorsqu'il débute le piano, onze ans lorsqu'il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris pour y suivre l'enseignement de Lucette Descaves, Jacques Février puis Geneviève Joy et Henriette Puig. Aux nombreux Premiers Prix qu'il obtient, vont se succéder les récompenses internationales: Seconds Prix des Concours Vianna da Mota et Leeds et surtout, en 1979, unique prix du Concours Geza Anda.
Rapidement sa carrière de soliste le conduit à se produire sous la direction de chefs prestigieux tels Sir Georg Solti (Chicago Symphony), Christophe von Dohnannyi (Orchestre National de France), Pierre Boulez (à la tête de laSinfonietta de Londres). D'autre part, il affectionne la musique de chambre, dont il avoue s'être particulièrement nourri, notamment au contact des violonistes Christian Ferras, Ivry Gitlis, et de son maître incontesté, le grand Nathan Milstein. Avec le trio Pasquier, le Quatuor Amadeus et les partenaires émérites que sont Ernst Haffliger (cycles de Schubert, Schumann et Schonberg), Michel Portal, Youri Bashmet, et Jean-François Heisser, Georges Pludermacher poursuit aujourd'hui une fructueuse collaboration.
Invité régulièrement dans les plus grands Festivals en France comme à l'étranger (Salzbourg, Vienne, Montreux, Aix-en-Provence, Edimbourg, Avignon, Florence, Tours, Prades, Strasbourg, Barcelone, Madrid etc.) Georges Pludermacher s'illustre dans un répertoire diversifié qui lui permet de concilier son goût du défit et son amour du secret. En effet, loin de se dérober aux gageurs de l'interprétation, il est l'homme de relectures personnelles et novatrices des oeuvres de référence -intégrales des sonates de Mozart et de Schubert -mais aussi celui qui privilégie l'intériorité et la concentration. Ainsi ses Etudes de Debussy, marquée du triple sceau Monde de la, Musique, Diapason, Grand Prix de l' Académie du Disque, ou bien encore ses Variations Diabelli de Beethoven,
Grand Prix de l' Académie Charles CROS, témoignent-elles de cette prédilection.
Invité chaque année du festival des" Flâneries Musicales d'Eté de Reims ", Georges Pludermacher y enregistre très régulièrement des disques en concert pour la maison TRANSART LlVE. C'est ainsi qu'il réalise en 1998 le défi d'enregistrer l'Intégrale des Sonates pour piano de Beethoven sur un piano Steinway muni d'une 4ème pédale harmonique. Un coffret de 10 CD voit le jour en 1999, et reçoit de nombreuses récompenses. En 2002, il enregistre sur le même piano l'intégrale de la musique pour piano de Schubert qui donne naissance à un magnifique coffret de 8 CDs.
En 2003, Georges Pludermacher enregistre un magnifique coffret de 2 CD des pièces pour piano de Claude Debussy.
En 2004, il enregistre les 5 concertos pour piano de Beethoven avec l'Orchestre de Bretagne sous la direction de Moshe Atzmon. Les enregistrements de Georges Pludermacher sont vendus dans le monde entier .
Tout en s'accomplissant brillamment dans sa carrière pianistique, Georges Pludermacher reste un artiste multiple. Eclaireur précieux de la musique contemporaine à ses débuts (Domaine Musical, Musique Vivante, etc.), grand amateur de jazz dans lequel il retrouve ce sens de" l'invention" qui lui est cher, il n'entend pas par ailleurs renoncer ni à ses activités d'enseignant (au C.N.S.M.), ni à celles, plus occasionnelles il est vrai, d'écrivain de la musique ou de meneur de débats, toutes choses dont il s'acquitte avec panache et efficacité. Ennemi des interprétations figées, ce musicien met donc au service des textes qu'il sert avec ce mélange particulier de rigueur et d'invention, de profondeur et de virtuosité, les qualités stylistiques d'un piano placé sous le signe de la re-création.

Pour écouter et/ou vous procurer ce disque... cliquez ici(fnac.com) ou cliquez ici(amazon) ou cliquez ici(alapage)

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de musique de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano