Lovro Pogorelich Liszt

Franz Liszt,
Œuvres pour piano
Lovro Pogorelich

Wouah(orthographe non certifiée..)...c'est l'exclamation qu'on ne peut retenir à l'écoute du Liszt de Lovro Pogorelich... comme le dit le texte de présentation inscrit sur le boîtier du disque : " Le croate Lovro Pogorelich laisse rarement indifférent"...certes non, à moins d'être complètement sourd nul ne peut rester indifférent à une telle passion, son jeu vif et puissant à de quoi remuer les tripes. La main gauche particulièrement ferme maintient toujours une grande tension.

Préparez-vous aussi à baisser parfois le son au risque sinon de voir débarquer vos voisins... car la Sonate en si mineur, est certes parfois proche d'une prière chuchotée...mais atteint aussi des niveaux sonores digne d'un gigantesque orchestre. Et Lovro Pogorelich sait particulièrement bien faire en ce domaine : il a parfois été dit, et certains en doute, qu'il arrivait à Franz Liszt de casser les cordes de son piano ...en entendant Lovro Pogorelich on s'inquiète de celui qu'il a sous les mains, heureusement la facture de piano a fait de gros progrès. Il parait que lors de la création de l'oeuvre en 1857, à Berlin, le facteur Bechstein- dont on entendait le premier piano à queue- recueillit plus d"éloge que l'insolite sonate, sans remettre ne cause les qualités de ce piano on peut se demander si les auditeurs se sont trompés quant à l'origine de cette sonorité hors du commun...
De même le fracas des flots déchaînés de la célèbre "Légende de Saint Paule traversant les flots", frise une tempête au delà d'un force 10, sous une grande amplitude sonore, et que le pianiste ramène à l'apaisement avec autant de virtuosité.
Selon Claire Delamarche, qui a écrit le livret, il parait que "surpassant tous ses rivaux, Liszt fît se pâmer les belles et créa sur son passage de véritables hystéries collectives, ameutant telle une star de rock, des villes entières." Effectivement le romantisme semble bien loin dans cette interprétation très virile , mais non brutale, et c'est sans doute là le secret d'un jeu qui ne manque pas non plus d'être séduisant et accrocheur.
Lovro Pogorelich n'est certes pas non plus une star de rock, mais avec par son jeu incandescent et ce piano qui déménage...des profondeurs diaboliques aux envolées passionnées, il en a quelques caractéristiques. Que l'on retrouve aussi d'ailleurs un peu dans son apparence : pas de queue de pie mais un blouson de cuir et un jean, qui semblent confirmer que c'est là un pianiste "vrai", au tempérament affirmé, qui s'habille comme bon lui semble, et qui joue comme il le ressent, avec intensité, fermeté et détermination. Mais n'allez pas croire que Lovro Pogorelich est juste un frappeur ou nouvel "Attila" des pianos, car il sait aussi traduire avec grande justesse des interrogations et émotions tant dans ces deux œuvres que la Vallée D'Obermann et la Ballade n'°2 , qui "complètent le disque et dans lesquels il sait aussi montrer beaucoup de sagesse. Il sera sans doute plus sage aussi, comme son nom de famille n'est pas facile à retenir, de se contenter du prénom... pour éviter toute confusion.
Pour vous procurer ce disque, cliquez ici ou sur l'image

Pour en savoir plus sur Lovro Pogorelich, visitez son site internet...cliquez ici

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano