Concertos pour piano et improvisations

Francesco Tristano Schlimé
Concertos pour piano
Ravel-Prokofiev
Improvisations
Schlimé

Le pianiste/compositeur Francesco Tristano Schlimé, lauréat de plusieurs prix au Concours international de piano XXème siècle d'Orléans, et qui a donné son premier récital dès l'âge de treize ans, retrouve pour cet enregistrement l'Orchestre National Russe, sous la Direction du célèbre pianiste/chef d'orchestre/ compositeur Mikhaïl Pletnev, avec lequel il avait fait ses débuts dés l'an 2000.
Programme du XXème (et XXI siècle) pour ce disque comportant deux concertos créés tous deux en 1932 et des improvisations de Francesco Tristano Schlimé lui-même, basées sur ces deux concertos.
Si le concerto pour piano en Sol majeur de Ravel( 1875-1937) partage sa date de création et sa tonalité avec le 5ème concerto en Sol majeur de Prokofiev, d'autres coincidences les rapprochent : tous deux sont les derniers qu'ils aient composés, tous deux suivent un concerto dont les deux compositeurs avaient eu commande par la même personne : le pianiste Paul Wittgenstein, qui avait perdu le bras droit au début de la 1ère guerre mondiale. Ravel, qui n'a créé que deux concertos, avait alors composé le célèbre "Concerto pour la main gauche" , qui si l'on s'en fit au roman de Jean Echenoz "Ravel", Wittgenstein "ne trouva pas terrible" et arrangea pour le plus grand mécontentement de Ravel, quand au quatrième concerto de Prokofiev, Wittengstein ne le joua même pas ...disant " Je vous remercie pour ce concerto mais je n'y comprends pas une note et je ne le jouerai pas"!!! Comme quoi les pianistes sont parfois plus capricieux qu'on ne l'imaginerait.
Francesco Tristano Schlimé , nullement capricieux semble-t-il, et à la double casquette de pianiste/compositeur, se charge donc avec son talent et avec sa fougue déjà célèbres et récompensées, d'interprèter ici les deux concertos qui suivirent ... car se sont des concertos qui assurément exigent du pianiste un dynamisme des plus élevés . Plutôt que le nommer "Concerto" , Ravel avait d'abord penser l'appeler "Divertissement" , quant à Prokofiev il songeait plutôt à "musique pour piano et orchestre" , afin tous deux de s'éloigner de l'image dramatique à laquelle le terme concerto était trop souvent associé.
Ravel se ravisa cependant en se rappelant de "l'esprit joyeux et vif des concertos de Mozart et Saint Saëns" et déclara que la musique d'un concerto peut-être gaie et brillante. Quant à Prokofiev, qui composa ce concerto alors qu'il était à Paris, il tenta de trouver une "nouvelle simplicité". Gaieté et simplicité , sont typiques de l 'esprit ambiant des années de l'entre-deux-guerres à Paris. C'est Marguerite Long sous la direction de Ravel lui-même qui créa le concerto en Sol majeur. Si le second mouvement de celui-ci est cependant mélancolique(avec une splendide mélodie au piano qui le débute), le premier mouvement est influencé par le jazz de cette époque, et le troisième est tout aussi vif voire carrément burlesque.
Comme on n'est parfois jamais mieux servi que par soi-même , et au moins assuré d'aucune défection, Prokofiev créa lui-même son Concerto en sol majeur, à Berlin. Celui-ci ne comporte pas moins de cinq mouvements, structure inhabituelle, mais il est vrai que l'un d'eux (le troisième est très bref : moins de deux minutes). Un seul mouvement lent dans cette oeuvre très rythmée où le piano ne joue jamais seul.
C'est précisément autour des deux mouvements les plus lents que Francesco Tristano Schlimé improvise tout d'abord "Reveal" et "Progression", à la demande De Mikhail Pletnev : " La salle de Tchaikovsky à Moscou a été réservée pour une séance d'enregistrement. Dans cette salle magnifique, rien que le piano, les micros, et puis quelques amis dispersés dans l'auditorium : telle fut l'ambiance insolite et nocturne de ces quelques heures, durant lesquelles j'ai pu m'explorer, m'évader...bref jouer" est-il rapporté dans le livret de l'album... Trois improvisations dont la splendide première n'est pas sans faire penser aussi à un jazzman plus contemporain : Keith Jarrett. La troisième improvisation " Return " aux belles notes réverbées termine avec douceur et chaleur ce disque édité par le label Pentatone. Francesco Tristano Schlimé cumule décidément tous les talents mais peut-être ne faut il pas trop le dire au risque de finir par le rendre "chat- pricieux"....puisqu'il paraitrait, selon un critique musical, qu'il joue avec la souplesse d'un chat, mais pour le confirmer il faudrait en plus de l'écouter le voir ce qui sera possible pour certains, précisément en ce qui concerne les oeuvres de ce disque : Le mardi 23 mai 2006, à la Philharmonie de Luxembourg à 20.00, puisque Francesco Tristano Schlimé interprétera de nouveau le concerto 5 de Prokofiev avec l'Orchestre National Russe sous la direction de Mikhail Pletnev lors du Festival d’Echternach.
Pour écouter des extraits de ce disque et/ou vous le procurer cliquez ici ou sur l'image
Pour en savoir plus sur le pianiste Francesco Tristano Schlimé...visitez son site officiel...cliquez ici

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et découvrez nombreux autres disques de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano