Café & alegria Manuel Rocheman PIANO JAZZ

Café & alegria
Manuel Rocheman, piano
Toninho Horta, guitare,voix
Yuri Popoff, basse électrique
Marcio Bahia, batterie, percussions
Chico Amaral, saxophone soprano

De nouveau un "disque du moment" qui offre un voyage vers l'amérique latine, et l'on ne s'en plaindra certes pas, avec ce nouveau disque du pianiste de jazz Manuel Rocheman . Celui-ci est fan de la musique brésilienne depuis de nombreuses années et notamment de celle de Toninho Horta, d'ailleurs son disque "Cactus" sorti en 2007 comportait un arrangement d'une composition de ce guitariste compositeur brésilien.
A l'occasion d'un nouvel entretien pour la sortie de ce disque Manuel Rocheman explique qu'il apprécie particulièrement les progressions harmoniques et le sens de la mélodie de Toninho Horta.
Progressions harmoniques et mélodies effectivement très particulières ainsi le musicien brésilien qui a écrit un texte pour le disque explique la particularité de sa musique en ces mots très imagés : " La musique que nous jouons dans le Minas Gerais (sud est du Brésil) est un peu différente de celle des autres régions du Brésil. Dans nos compositions, nous nous concentrons plus sur les progressions harmoniques et utilisons des mélodies avec de larges intervalles, comme si nous courrions de bas en haut de montagnes de Minas Gerais"...
Des montagnes riches en or et pierres précieuses d'où d'ailleurs le nom de cet état qui a parait-il de nombreuses mines. Si la musique est à rapprocher du relief de ses montagnes force est de constater aussi qu'elle brille autant que les joyaux qu'elle renferme par ses facettes multicolores de joie et nostalgie, ainsi le titre éponyme du disque "Café & alegria" qui n'a rien à voir avec la boisson comme vous pourrez le découvrir dans l'entretien avec le pianiste à lire ci-dessous, composition que Toninho Horta lui a dédiée ainsi qu'à un certain Antonio Café. Manuel Rocheman qui signe trois des titres de l'album, six étant du guitariste et une du bassiste, a en retour nommé l'une de ses compositions "Toninho " et dédié une autre au bassiste Yuri Popoff : un splendide "Yuri's song" dont la douce mélodie nostalgique rejoint celle de l'unique composition de ce musicien dont le nom est certes russe mais la musique à l'âme latine est aussi à découvrir dans le très beau "Vertentes" autre ville du Brésil, le pianiste termine quant à lui ce voyage là où le projet est né : à " Belo Horizonte", avec une musique animée pour une ville que l'on dit "bouillonnante" !
Vous êtes fan de la musique de Toninho Horta depuis de nombreuses années, ainsi dans votre disque Cactus un titre était déjà inspiré de sa musique mais pouvez-vous expliquer plus précisément dans quelles circonstances vous avez découvert cette musique et ce que vous appréciez dans celle-ci ?
J'ai eu la grande chance de le rencontrer lors d'une tournée au Brésil , et c'est de façon simple et naturelle qu'est née l'idée de collaborer sur un projet commun. Il a été touché qu'un français débarque sur ses terres en connaissant sa musique. Etant fan de sa musique depuis de nombreuses années, tout était simple... Chez Toninho Horta j'apprécie tout particulièrement ses progressions harmoniques, toujours pleines de trouvailles, son grand sens de la mélodie , et surtout son énorme talent de compositeur. Pour toutes ces raisons : c'est un de mes musiciens préférés, tous styles confondus.
Vous avez toujours fait part de votre intérêt pour les guitaristes , est-ce un instrument que vous auriez aimé joué aussi et lorsque vous jouez du piano est-ce une sonorité similaire que vous recherchez parfois ?
J'adore la guitare, je pense qu'elle est construite de telle sorte qu'elle inspire celui qui en joue. J'aurais tellement aimé en jouer, les musiciens brésiliens, quel que soit leur instrument, jouent tous de la guitare. Le piano est plus prosaïque dans sa présentation du clavier. Il faut faire un effort d'imagination pour dépasser cela. Aussi on a tendance au piano à poser les doigts un peu partout, c'est souvent anti-musical...
Toninho Horta explique dans le texte de votre pochette que la musique du sud-est du Brésil est un peu différente de celles d'autres régions, notamment par la progression des harmonies et des mélodies à larges intervalles pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet...
La musique du Minas Gerais a une teinte, une sonorité particulière. C'est un peu le laboratoire brésilien de la musique instrumentale , en opposition à Rio qui est le temple de la samba et du choro actuellement. Et comme le dit si bien Toninho elle est à l'image du paysage montagneux de cette belle région dont Milton Nascimento et Toninho Horta sont les chefs de file musicaux.
Pouvez-vous présenter les autres musiciens qui partagent cette musique avec vous ?
J'aime beaucoup Marcio Bahia, très grand batteur qui joue avec Hermeto Pascoal, il possède un time parfait et a une grande connaissance de la percussion et du "brazilian drumming". Il joue merveilleusement sur l'album.
Yuri Popoff est un grand compositeur, et bassiste, on joue une de ses compositions : "vertentes", très douce, très belle. Je le remercie pour sa contribution et son enthousiasme.
Chico Amaral est un des meilleurs saxophonistes de Belo Horizonte, il enregistre ses propres cd´s sous son nom et se produit beaucoup au brésil avec son groupe. Je l'avais rencontré à Paris, il était venu me voir lorsque je jouais avec Rick Margitza. C'est par lui que tout est arrivé, il m'avait invité au festival savassi de Belo Horizonte...
Quant à Toninho Horta , on ne le présente plus...
Toninho Horta vous a dédié sa composition "Café & Alegria" il semble que ce titre n'est pas lié à la boisson mais aussi un certain Antoñio Café qui est-il ?
Effectivement cette composition nous est communément dédiée, Toninho avait une grande affection pour Antonio Café qui est décédé il y a un peu plus d'un an, il a voulu lui rendre hommage. Je ne le connaissais pas hélas.
Vous signez deux compositions de ce disque dont une au nom de la ville « Belo Horizonte » , lieu où vous avez enregistré ce disque , que représente pour vous cette ville et plus généralement le Brésil, est-ce notamment un pays où vous vous rendez souvent et comment s'est passé cet enregistrement ?
Belo Horizonte est la capitale de l'état du Minas Gerais, c'est là qu'habite Toninho Horta et mes amis Chico & Marrege Amaral qui m'ont reçu plusieurs fois, on fait de la musique, on rencontre des amis, on mange des mets très fins, il faut savoir que le Minas Gerais possède une gastronomie tout à fait particulière, des plats aux goûts délicieux et rares.
J'aime bien me rendre au Brésil, c'est un pays que j'affectionne particulièrement, j'aime les gens, leur esprit, leur façon de communiquer. C'est un pays immense qui fait 17 fois la superficie de la France...
Ce disque me tient à coeur, il représente une étape très importante pour moi, qui s'inscrit dans une longue histoire que j'entretiens avec la musique brésilienne. La réalisation de l'album était magique, nous étions tous réunis en studio, et 3, 4, ça jouait, comme en live, avec le maximum d'émotion. Toninho Horta a été particulièrement perfectionniste, il revenait le lendemain pour parfaire ses lignes de guitare, il a apporté un soin essentiel à la réalisation de l'album, je n'en revenais pas. Le résultat dépasse toutes mes espérances, il y a de la joie musicale permanente et aussi une profondeur.
Yuri Popoff auquel vous dédiez votre autre composition signe aussi une très belle composition, pouvez-vous nous en dire plus sur ce qu'il a déjà composé et ses "racines" brésiliennes ?
Je crois que c'est sa grand-mère qui était russe, lui est brésilien 100 %, son talent de compositeur est immense, il a écrit un nombre incalculable de belles mélodies, notamment pour Dori Caymmi avec qui il travaille actuellement. Toninho Horta a notamment enregistré de lui : "era so começo o nosso fim". Yuri collabore avec de nombreux musiciens brésiliens.
Vous sentez-vous une « âme latine » ?
Oui j'aime la latinité, dans son sens communicatif et chaleureux, passionné et sans limites. Je me sens proche de cela.
Votre pochette est d'un esprit très différent de la précédente quelle est l'oeuvre artistique devant laquelle vous posez ?
Les photos ont été prises à Favela Chic qui est une boîte brésilienne à Paris, c'était le choix du photographe. La photo finalement choisie pour la pochette n'est pas celle qui avait été initialement projetée. Ce sont les aléas des choix, des goûts, des couleurs... plusieurs personnes ont donné leur avis, notamment chez Naïve, je suis personnellement très content du résultat...
Quels sont les prochains concerts où le public pourra écouter le programme de ce disque ?
Une tournée Européenne pour l'été 2013 est en préparation, mon agent David Sadoun est à pied d'oeuvre, je tiens à le remercier pour tout ce qu'il fait pour moi, tout comme Patrick Schuster chez Naïve. Le projet a un bel avenir , au brésil et en Europe , des dates sont en train d'être calées dans les principales capitales européennes, il rassemble les amoureux du brésil et du jazz, on sort enfin des chapelles, la musique parle d'elle-même , sans artifice ou concept pseudo-intello. Just music , et ça déchire grave...
On peut voir sur youtube une récente vidéo « Epk « de votre trio avec Matthieu Charazenc et Mathias Allamane..avez-vous aussi des projets de concerts en début 2013 ou disques avec ce trio ?
Nous jouons bientôt au centre culturel les 3 pierrots à Saint-Cloud ainsi qu'au centre culturel de Villeneuve-le-roi, et nous attendons d'autres dates pour très bientôt...

Pour écouter des extraits de
Manuel Rocheman
Café & alegria
utilisez le widget amazon ci-dessous

 

Pour vous procurer ce disque....

cliquez ici (amazon)

ou

cliquez ici (fnac)

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano