Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

 

Leave Damien Poupart Taussat

Leave
Damien Poupart-Taussat, piano et compositions
Orchestra Symphonifilm
dirigé par Steve Journey
Piano et cordes

Depuis nombreuses années Damien Poupart-Taussat , qui a déjà enregistré plusieurs disques de différents styles : jazz, électronique... avait le rêve de composer une musique de film avec un orchestre à cordes. Certes il a été finaliste au concours de composition de musique de film cinémauteur (1987) et finaliste au concours international de composition pour orchestre à cordes Ernest Bloch (1994) mais c'est seulement cette année que son rêve s'est enfin réalisé par ce disque qui vient de paraître chez le label Sergent Major records (distribué par Mosaic Music).
C'est grâce à internet qu'il a trouvé l'orchestre avec lequel il a enregistré cet album : un ensemble de seize musiciens (9 violonistes, 3 altistes, 3 violoncellistes, et un contrebassiste) qui parfois se limite à un quatuor pour interpréter sa musique, une musique qu'il écrit dans le but de partager et faire vivre des émotions confie-t-il.

Certes il n'y a pas de film pour accompagner cette musique mais son cousin Antoine Poupart a réalisé un clip, tel un générique, sur l'un des titres "A Free man", avec des images, et quelques sons complémentaires, pris pendant les séances d'enregistrements du disque, vous pourrez le voir plus bas dans cette page ainsi que le "teaser" du disque.
Et pour illustrer près d'une dizaine de pages de son livret il a choisi d'ajouter de très beaux clichés d'un jeune photographe reporter qu'il a aussi déniché en surfant sur la toile : David Bross... Des photographies en noir et blanc très expressives prises lors d'un de ces nombreux voyages à l'étranger ainsi au Tibet dont plusieurs particulièrement poignantes par la détresse humaine qu'elles expriment, regards cachés ou non, de face ou, plus souvent, de dos, mais des photographies où restent parfois une lueur d'espoir telle celle de l'illustration de la pochette qui interroge vers où courrent ces enfants... Des images en parfait accord avec la musique émouvante de Damien Poupart-Taussat, et que l'on peut contempler longuement, en imaginant la suite tout en écoutant ses belles mélodies très nostalgiques.
Damien Poupart-Taussat a bien voulu répondre à quelques questions :
Vous êtes pianiste et compositeur, quelles ont été les étapes primordiales de chacune de ces activités activités qui vous ont conduit à en faire un "métier " … pourquoi notamment avez-vous choisi le piano comme instrument, est-ce le seul instrument que vous jouez et quand avez-vous commencé à composer ?
J'ai commencé le piano à 4 ans, un enseignement classique dans des écoles dépendantes du conservatoire. De bons professeurs la plupart du temps, mais c'est surtout Alain Perez qui a su me convaincre de ne pas arrêter dans la tranche difficile de l'adolescence et qui m' a autorisé de sortir des partitions "classiques" à proprement dit. J'ai commencé à composer vers 14 ans lorsque je suis rentré dans mon premier groupe (Sand Dune à Bordeaux), cela n'a pas été fameux et je me suis tourné quelques temps vers la guitare. En effet, rien de plus dur pour un pianiste "classique" de sortir de sa partition, on a un bon niveau d'interprète mais on nous bride souvent notre originalité, même dans l'interprétation... ou peut être que était-ce moi qui avais du mal à évoluer... bref, c'est à partir de 17-18 ans que j'ai composé quelque chose d'écoutable ce qui m'a permis de rentrer en classe de composition au conservatoire de Bordeaux.
Et c'est là qu'on parle des étapes primordiales pour en faire un métier... j'ai dû malheureusement passer à côté de ces étapes que beaucoup d'entre nous espèrent croiser un jour pou vivre de leur passion. Pour ma part, j'en ai fait le deuil et je fais parti de ces nombreux musiciens et compositeurs dont la musique a une place primordiale dans leur vie... Je compose pour faire plaisir et me faire plaisir, et toute reconnaissance, comme... une interview sur pianobleu.com est la meilleure des récompenses à mon travail.
Vous avez été professeur de piano à l'école de musique de Carbonne....
J'ai été professeur de piano et solfège pendant 8 ans à Carbonne. C'était bien sûr un emploi du temps idéal pour travailler son instrument et ses compositions pendant la journée et finir par transmettre sa passion en soirée. De plus les 4 mois de vacances (non payées..) laissaient tout le temps libre aux répétitions et concerts.... J'ai appréhendé l'enseignement du piano et surtout du solfège de la façon la plus ludique possible : travailler le jazz et la variété dés que possible et essayer de communiquer l'essentiel... le plaisir de jouer ! J'espère que mon passage à l'école de musique de Carbonne aura éveillé quelques petites têtes brunes ou blondes... ou grises à ce plaisir qu'est la musique...
J'ai par la suite changé de métier pour des raisons financières et créé une entreprise d'infographie sur Toulouse, et c'est cela qui m' a permis par la suite de produire des CD de meilleure qualité même s'il m'est plus difficile de maintenir mon niveau de pianiste. Mon activité de compositeur s'apparente à un travail que je m'impose à côté de mon activité professionnelle. Par exemple, pour cet album, je me suis donné un jour par semaine pendant 6 mois en prenant soin de réserver la date d'enregistrement... pression nécessaire pour ne pas faire marche arrière ou abandonner en cours de route...

Vous aviez le rêve de composer une musique de film avec un orchestre à cordes, expliquez vous dans le livret, comment avez-vous réussi à le concrétiser, et notamment réussi à convaincre des producteurs de disque à défaut de celui d'un film... Vous aviez remporté des prix à deux concours en 1987 et 1994, ceux-ci vous ont-ils été d'une quelconque utilité à un moment de votre carrière et/ou pour ce projet ?
J'ai en effet toujours eu le rêve de faire une musique de film car il me semble que mes compositions sont essentiellement tournées vers l'émotion plus que la performance instrumentale... Ce sont les instruments à cordes qui représentent le plus la formation classique
d'une musique de film. J'ai été baigné pas les musiques d'Ennio Morricone et John Barry, et comment ne pas ressentir des frissons par leurs arrangements... C'est pour cela que j'ai voulu enregistrer avec juste un orchestre à cordes, c'est une famille d'instruments très expressives.
Etant à chaque fois producteur de mes CD, j'ai au moins l'avantage d'avoir une totale liberté sur la production... Je me lance un défi pour chaque album, les ventes des précédents financent les futurs... Je ne vends mes albums que dans le seul objectif de continuer à me faire plaisir et à découvrir de nouveaux horizons et rencontres. J'espère bien rencontrer par la suite des réalisateurs par l'intermédiaire de cet album et ce serait une immense expérience que d'échanger avec eux, me plier à leurs désirs tout en amenant ma sensibilité.
J'ai effectivement participé à deux concours de composition étant jeune, j'aimais ce défi imparti dans le temps, cela ne serait plus possible maintenant même si le désir de participer à d'autres m'intéresserait ... cependant, ils ne m'ont rien apporté à proprement dit à part l'expérience de composer à la demande. Participer à des concours est une bonne façon pour un jeune compositeur de s'imposer un objectif et de se confronter à d'autres. Par la suite, on trouve sa voie dans la recherche, on est conscient que la compétition est veine dans la création musicale... En tout cas, pour ma part, je suis admiratif du travail des autres et sévère avec ma propre production, cela me permet, je l'espère, de progresser.
Comment avez-vous choisi l'orchestre Symphonifilm ?
J'ai cherché sur internet des orchestres spécialisés pour les studios d'enregistrement et je suis tombé sur leur site. Le discours me paraissait simple et convivial. J'ai pris contact par mail avec Steve Journey, et après quelques échanges sur la faisabilité financière du projet, je suis monté à Paris pour le rencontrer. Nous avons mangé devant une assiette mexicaine, la rencontre a été très simple, je ne suis pas du genre à me prendre au sérieux même si je suis par la suite exigeant sur le résultat. Je pense que Steve Journey partage ce fonctionnement. Il sait détendre l'atmosphère pour mettre à l'aise les musiciens tout en étant très professionnel et à l'écoute du compositeur.
Le travail d'échange que nous avons eu sur l'orchestration a été très intéressant. Je lui ai d'abord envoyé ma version, puis il a amené sa patte et je lui ai laissé carte blanche (tout ça par mail)... je pense que cela lui a plu. Pour les musiciens, je n'ai malheureusement pas pu beaucoup partager à part avec le premier violon car deux jours d'enregistrement pour un tel album a relevé du défi et on n'a pas perdu une minute...
A défaut d'un film vous avez choisi de présenter avec votre disque des photographies de David Bross. Celles-ci vous ont-elles inspirées pour les compositions ou bien avez-vous choisi les photographies de David Bross parce que leur univers correspond bien à votre musique ?
Il aurait été intéressant que je travaille mes compositions en ayant les photos de David Bross. Malheureusement, l'idée m'est venue bien après. J'ai donc effectivement choisi les photos qui me touchaient le plus une fois l'album terminé ou presque.... Je trouvais que cet album avait besoin d'un support visuel fort tellement la musique s'apparente à une musique de film. J'ai découvert par hasard le site internet de David Bross et cet échange s'est effectué le plus simplement du monde par mail interposé.
Plus généralement comment composez-vous : quelles sont pour vous les conditions idéales , vos sources d'inspiration , et comment travaillez-vous ?
Toute bonne composition commence par un bon café (attention à ne pas renverser le café dans le piano ! ). Comme je l'ai dit précédemment, mon activité professionnelle m'a imposé mon emploi du temps d'inspiration... cela parait contradictoire mais c'est ainsi... Reprenons... après le café, je m'isole dans ma salle piano, je me laisse envahir par des images, une émotion, et je laisse mes doigts me guider. Tout commence par une improvisation assez longue. Ensuite soit je suis interpellé par un bon passage, soit je recommence. Je travaille autour de ce thème au piano et je me mets ensuite sur l'ordinateur pour enregistrer les cordes. Tout se passe en général très vite, je compose un morceau en 4 ou 6 heures en moyenne et je ne reviens quasiment jamais dessus, mais bien-sûr, certains jours, l'inspiration ne vient pas ou le morceau ne me convient pas assez et je préfère le jeter plutôt que de le retravailler. Un bon morceau, pour moi, doit me paraitre naturel , m'émouvoir à la première écoute et me donner envie de prendre un deuxième café... ultime récompense...
Dans quelle lignée musicale vous inscrivez vous … quels sont vos compositeurs de référence ? Et éventuellement vos musiques de films préférées…
La fameuse question à laquelle j'ai beaucoup de mal à répondre. En quatre albums, je suis passé de la musique électronique, au jazz pour finir par de la musique de film, c'est à dire de la musique contemporaine plutôt classique... Je dirais que je me dirige de plus en plus vers ce que j'aime... les musiques de film. Cela me semble répondre à mes attentes et mon style, c'est à dire orienter une composition exclusivement vers l'émotion qu'elle dégage, la prouesse technique instrumentale ne m'intéresse pas du tout.
Mes compositeurs de références sont très nombreux mais certains ont une inspiration telle que j'aimerai les inviter à la maison à un barbecue pour discuter jusqu'à pas d'heure de leur façon de composer...
Dans le jazz: Keith Jarret, Michel Petrucciani, Brad Mehldau
Dans la musique de film: Thomas Newman, Ennio Morricone, Alexandre Desplat et John Barry.
Comment s'est passé l'enregistrement ?
J'ai enregistré le piano à domicile dans un premier temps. Ce fut très plaisant même si j'ai enregistré la nuit à cause des bruits intempestifs... Enregistrer chez soi enlève pas mal de pression et permet surtout de travailler 24h/24 car l'ingénieur du son n'est pas indispensable tout le temps...
Pour les cordes, on a enregistré le quatuor dans le studio de Steve Journey et le lendemain l'orchestre ( 16 cordes) au Studio de la Seine. Studio luxueux avec un sympathique accueil, des gens simples et professionnels. La journée devait être très productive et ce fut le cas. J'ai fait plus tard le mixage avec Luc Filatéros ; on a eu un peu de mal à trouver la couleur que j'imaginais, mais une fois deux ou trois morceaux calés , ce fut plus facile. Et au final, j'ai fait le mastering dans une petite structure québécoise... tout simplement magnifique... je vous le recommande ( Trillium Sound ).
En résumé, beaucoup de plaisir, moins difficile que ce que j'imaginais malgré une petite période de doute vers la fin.
Antoine Poupart a réalisé le clip de votre disque …
Antoine Poupart est mon cousin germain et mon associé dans le cadre professionnel. On s'entend vraiment bien et il est passionné par le cinéma, en plus d'avoir les compétences. Je lui ai donc tout naturellement demandé de me suivre pendant l'enregistrement et lui ai laissé carte blanche pour en faire un clip.....
Votre disque est sorti en mars 2010 …quel en a été l'accueil, comment cela se passe-t-il depuis cette date et notamment avez- vous de nouveaux projets, ou avez-vous eu l'occasion de rencontrer des réalisateurs ?
Pendant ce temps j'ai de bons retours. Je pense que c'est un album de bonne qualité mais il est vrai qu'il est difficile de trouver sa place dans ce style. Je suis entrain de préparer un concert chorégraphié avec une troupe de danseurs de Jezabel Amaya, chorégraphe et professeur de danse pour le 10-11 Mars 2011 au Théâtre de St Gaudens. Cela me permettra de revivre le plaisir de jouer avec des cordes mais en live cette fois !
J'aimerai aussi évidemment que cet album tombe dans les mains d'un réalisateur afin de pouvoir concevoir réellement une musique de film. Je pense de tout façon continuer à orienter mes prochaines compositions dans ce genre de formation et de style.
Damien Poupart-Taussat
Né en 1973 en Gironde, Damien Poupart Taussat, par son caractère, donne à ses créations une
valeur humaine, une sensibilité et une émotion qui rendent sa musique accessible sous
l'influence de grands compositeurs: Keith Jarrett, Bill Evans, Thomas Newman, John Barry.
Il commence le piano à l'école de musique de Talence , poursuit au Conservatoire national de
Bordeaux dans les classes de composition et d'harmonie de Mr Fustet Lambezat.
Jeune adulte il participe à des concours de composition :
- finaliste au concours de composition de musique de film cinémauteur (1987)
- finaliste au concours international de composition pour orchestre à cordes Ernest Bloch (1994)

Passionné, ses projets se basent autour de la musique d'illustration et de spectacle:
- album Virus ( 1995)
- musique de BD " Matiel" (1996)
- musique pour une pièce de théâtre: Gran de Milh .(1998)

De 1993 à 2001, Il enseigne comme professeur de piano et de solfège à l'école de musique de Carbonne.
En 2000, il monte un trio de Jazz: GaroJazz trio avec lequel il sort un album : GaroJazz, et, participe au Festival de Jazz sur Son 31.
2007: il enregistre un album solo piano: Graf Zeppelin : musique acoustique improvisée entre le classique, le contemporain et le Jazz.
Infographiste depuis 10 ans, il maîtrise les techniques de l'image 3D et réalise des films 3D.(Création de la musique et du Clip Exodus sélectionné au Festival international du clip à Aix en Provence en 2007).
En 2009, la chorégraphe et professeur de danse Jezabel Amaya intègre un morceau de Graf Zeppelin dans la programmation musicale de son spectacle " Champs libre".

C'est la composition qu'il le passionne le plus, aujourd'hui, avec la sortie de l'album Leave, il réalise son rêve: composer une musique de film avec un orchestre à cordes: Symphonifilm dirigé par Steve Journey.
Cette musique orchestrale va se jouer sur scène en 2011 autour d'une chorégraphie imaginée par Jezabel Amaya. Ce projet réunira 9 musiciens ( instruments à cordes) , un percussionniste, Damien Poupart Taussat au piano et une troupe de danseuses expérimentées autour de Jezabel Amaya.

Pour vous procurer ce disque et/ou en écouter des extraits....cliquez ici (amazon) ou cliquez ici(fnac)

A voir le clip du titre "Free man"
A voir : le teaser du disque Leave

Visitez le site internet de Damien Poupart-Taussat...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir

Bach: French Suites, Bwv 812-817
Vladimir Ashkenazy, piano

Boogie on the ball
Sébastien Troendlé, piano

Rafal Blechacz, piano
Bach



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano