Tristan Pfaff Live

Tristan Pfaff, piano
" Live " à Auvers-sur-Oise

Bach/Siloti : Prélude
Mozart : 12 variations sur "Ah vous dirais-je maman"
Glinka/ Volodos : Variations sur Ruslan et Ludmilla
Claude Debussy : Sérénade à la poupée
Strauss/ Grünfeld : Soirée de Vienne
Riccardo Pick-Mangiagalli : 2 lunaires opus33
Franz Liszt/ Volodos : Rhapsodie Hongroise
Depuis 1990, le festival d'Auvers-sur-Oise, un des plus prestigieux festival d'Europe, a découvert un grand nombre de jeunes artistes (ainsi pour n'en citez que quelques-uns Jean Frédéric Neuburger, Claire-Marie Le Guay, le Trio Wanderer) et s'est fixé comme mission de les accueillir dans un esprit de résidence pour le développement de leur carrière scénique et discographique. La mission "Discauvers" fête donc sa 19ème année d'existence et pour confirmer son identité de découvreur de talents dans le paysage musical français elle donne naissance à sa nouvelle collection "Carte de visite" qui privilégie les enregistrements "live". C'est le jeune pianiste Tristan Pfaff, âgé de seulement 24 ans, qui inaugure cette nouvelle collection au travers d'un programme d'oeuvres exigeant une grande virtuosité technique qui ne fait nullement défaut au lauréat de nombreux concours qui les interprète dans une très belle sonorité, celui-ci a bien voulu répondre à quelques questions.
C'est le festival d'Auvers qui produit votre disque , comment avez-vous été remarqué par les responsables de ce festival et dans quelle condition s'est fait l'enregistrement ?
A la fin d'un concert " carte blanche " à Michel Béroff, donné par plusieurs de ses élèves, Pascal Escande m'a proposé de donner un récital au festival d' Annecy. Il m'a ensuite programmé une première fois au Festival d'Auvers-sur-Oise, puis il m'a régulièrement réinvité depuis. L'année dernière, il a souhaité enregistrer le concert au festival (un vrai " live " donc) et en faire un disque. Le programme n'a donc pas été conçu spécialement pour un disque, mais pour un concert.
Comment les internautes peuvent-ils se procurer votre disque ?
Le disque sortira officiellement d'ici la fin de l'année.
Votre programme comportent quatre transcriptions , est-ce un genre que vous appréciez particulièrement ?
Les premières transcriptions que j'ai abordées ont été celles de Liszt sur Wagner. Wagner est l'un de mes compositeurs préferés, et c'est très frustrant de ne pouvoir le jouer au piano (les quelques oeuvres qu'il a écrites pour le piano n'ont que peu à voir avec ses opéras). C'est donc grâce à Liszt que l'on peut combler un peu ce manque. J'ai découvert ensuite tout naturellement les autres transcriptions de Liszt, - celles des opéras italiens, et un peu plus tard les lieder de Schubert- et je me suis progressivement interessé de plus en plus à la musique symphonique et lyrique, en particulier Schubert et Brahms. On peut dire que mon ontogenèse artistique est passée en grande partie par les transcriptions, qui m'ont fait découvrir un répertoire infiniment plus vaste que je ne l'aurais jamais imaginé dans mes plus jeunes années. Emile Guilels jouait le prélude de Bach/Siloti comme dernier bis, on savait qu'il ne revenait plus sur scène après l'avoir joué...
Votre disque comporte des enregistrements d'un compositeur peu connu : Riccardo Pick-Miangiagalli, pouvez-vous nous en parler ?
J'ai découvert par hasard Riccardo Pick-Mangiagalli dans le dvd classique archives d'Aldo Ciccolini (la danse d'Olaf). C'est un compositeur italien (1882-1945), qui fut l'élève de Richard Strauss, et que je trouve injustement méconnu.
Que ressentez-vous dans le fait d'avoir ainsi été sélectionné par le festival d'Auvers-sur-Oise qui a découvert des musiciens qui depuis ont réalisé un beau parcours ?
Je suis très heureux que mon premier disque ait bénéficié d'une réalisation d'une telle qualité, surtout pour une prise de son "live"
Pouvez-vous présenter l'extrait que vous voulez faire partager aux internautes de pianobleu.com ?
Liszt/Volodos, Rhapsodie hongroise n°13. J'ai ressenti un peu la même magie en entendant Volodos jouer son propre arrangement de cette rhapsodie qu'en entendant Horowitz jouer ses variations sur Carmen… L'idée est de parvenir, tout en surmontant les difficultés techniques, à donner une lecture juste stylistiquement (le côté improvisation, les références au violon, le rythme, etc).. Volodos a délicieusement réharmonisé cette rhapsodie, apporté un éclairage différent ; c'est un vrai plaisir, une vraie jubilation de la jouer.
Pour écouter Liszt/Volodos, Rhapsodie hongroise n°13
Interprétée par Tristan Pfaff

cliquez sur le triangle du lecteur ci-dessous

Pour vous procurer ce disque cliquez ici(fnac)

Pour en savoir plus sur Tristan Pfaff ...cliquez ici

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano