Trios russes par le TRIO ELEGIAQUE

TRIOS RUSSES

Anton Stepanovith Arensky(1861-1906)
Tri en ré mineur opus 32

Nikolaï Andreîvich Rimsky-Korsakov(1844-1908)
Trio en ut mineur

Sergueï Vassilievitch Rachmaninov (1873-1945)
Trio élégiaque n°1

TRIO ELEGIAQUE
Virginie Constant, violoncelle
Laurent Le Flêcher, violon
François Dumont, piano

Le pianiste François Dumont, récemment lauréat du Concours Chopin de Varsovie, qu'on imagine avoir été très pris par la préparation de ce concours ne délaisse pas pour autant la musique de chambre qui lui tient aussi beaucoup à coeur ainsi ce disque qui vient de sortir permet de l'entendre à nouveau dans le trio qu'il a constitué en 2003 avec deux autres lauréats de concours : Virginie Constant est lauréate du concours Maria Canals et Laurent Le flècher de l'ARD de Munich et que l'on avait pu découvrir dans un disque du label Peyrolle comportant un trio de Dovorak et de Haydn... Après avoir enregistré depuis celui-ci un disque de musique contemporaine pour le label Triton c'est à un répertoire de musique russe que le trio consacre son nouveau disque chez ce même label, un disque important pour ce trio puisque sur celui-ci figure notamment le trio élégiaque de Rachmaninov à l'origine précisément du nom de leur propre formation, confie François Dumont à l'occasion d'un nouvel entretien(voir ci-dessous) .  
Certes le propos n'est guère des plus joyeux puisque le terme élégiaque se rapporte à l'élégie (du mot grec elegeia, « chant de mort ») , et qu'il désigne souvent une musique mélancolique, mais à cette ligne directrice qu'est l'élégie s'ajoute dans ces trios russes celle de la danse, c'est d'ailleurs une oeuvre originale d'Ezio Frigerio : "Tombeau de Rudolf Noureev au cimetière russe de Sainte Geneviève des bois" qui illustre la pochette de ce disque... choix qui se justifie donc parfaitement par ces deux caractéristiques puisque Rudolf Noureev était un danseur renommé est-il d'ailleurs besoin de le préciser .

Bruno Gousset auteur du livret présente ainsi ces trios : "Sans chercher à atteindre la conception grandiose de Brahms, ou de l'Archétype national signé Tchaïkovsky, ces trois trios illustrent les efforts des musiciens russes en faveur de la ligne pure au tournant du siècle, avec comme ligne directrice les deux composantes essentielles et opposées de l'âme slave : l'élégie et la danse"... indiquant également que c'est sous l'impulsion d'un mécène , industriel et éditeur , Mitrophane Belaiev, passionné de musique de chambre que nombreux compositeurs russes se mirent à écrire de grandes pages instrumentales. "Sans lui n'auraient probablement pas vu le jour aucun de ces trios produits en l'espace de cinq ans et dont le point commun est de débuter tous par une phrase mélodique magnifique destinée à s'imprimer durablement dans l'esprit des auditeurs"... certes et sans les interprètes qui les portent jusqu'à nos oreilles nous ne profiterions pas non plus de ces belles compositions ! ... ainsi cet admirable trio de Rimsky Korsakov dont vous pourrez entendre un extrait, moins connu que le "Vol du bourdon" du même compositeur mais qui n'est pas sans le rappeler à partir de la seconde minute, et dont le trio Elégiaque dans une interprétation très contrastée et elle fort heureusement... vive nous permet d'apprécier tant le lyrisme élégiaque que l'effervescence dansante.
Qu’est-ce qui a donné envie à votre trio d’enregistrer ces trios russes ?

Nous jouons depuis longtemps le trio élégiaque de Rachmaninov. Laurent connaissait le trio d'Arensky et nous avons découvert ensemble le trio de Rimsky-Korsakov qui est totalement méconnu. Je dois dire que ce fut une découverte particulièrement excitante et stimulante du point de vue artistique car ce trio est un monument, un véritable opéra pour trio avec piano !
Votre disque comporte le premier trio « élégiaque » de Rachmaninov, c’est également le nom de votre formation avec Virginie Constant et Laurent Leflêcher… cette œuvre est-elle à l’origine du choix du nom de votre trio ou est-ce simplement ce qualificatif commun à plusieurs trios en fait
qui qui vous a attiré l’attention sur ce trio ?
En effet, notre nom fait directement référence à cette oeuvre, bien que plusieurs oeuvres (notamment de compositeurs russes) soient qualifiées d'"élégiaques": le deuxième trio de Rachmaninov s'appelle également "trio élégiaque", on pense également au "Pezzo elegiaco" du trio de Tchaikovsky, le troisième mouvement du trio d'Arensky s'intitule "élégie"... C'est donc un thème récurrent chez ces compositeurs, c'est pourquoi ce disque a également une signification très personnelle par rapport à notre trio !
Nous jouons ensemble depuis 2003, mais Virginie et Laurent se connaissaient auparavant de même que Virginie et moi. Nous sommes tous issus du Conservatoire de Paris mais avons des parcours variés. Je dois dire que cette expérience du trio est extrêmement importante et gratifiante pour moi, je suis attaché à ce répertoire et à produire un travail intense de musique de chambre avec les même partenaires, c'est tout l'avantage d'un groupe constitué.
Votre disque débute par un trio d’un compositeur peu connu et peu joué en France : Anton Arensky … connaissez vous également ses œuvres pour piano seul et qu’appréciez-vous dans ce trio ?
Je vous avoue ne pas très bien connaître ses oeuvres pour piano, vous aiguisez ma curiosité !
Il a écrit deux trios mais le trio no 1 en ré mineur est très certainement un de ses chef d'oeuvres, et un chef d'oeuvre du genre par la spontanéité de son inspiration, son lyrisme et l'équilibre de l'écriture. Arensky était l'élève de Rimsky-Korsakov et fut le professeur de Rachmaninov, il y a donc une véritable filiation entre ce trois oeuvres ! On peut même entendre une parenté thématique entre l'Elégie (le troisième mouvement d'Arensky) et le thème du trio de Rachmaninov; ces deux mouvements sont d'ailleurs tous les deux en sol mineur, tonalité élégiaque par excellence...
Il existe un enregistrement par Arensky lui-même de son trio ; bien que la qualité sonore soit assez mauvaise (il s'agit d'un enregistrement sur rouleaux), cela donne une assez bonne idée de la liberté déclamatoire des interprètes de cette époque; tout est élan, vie, prise de risque... Le tout avec une élégance, un charme assez 'fin de siècle' qui donnent un cachet très personnel à ce trio. ( nota : à écouter plus bas un extrait trouvé sur youtube, mais effectivement la qualité sonore est mauvaise )
Votre disque comporte également un trio de Rimsky Korsakov écrit dans la même période que les deux trios précédents , celui considérait que la musique de chambre n’était pas son terrain d’élection et la partition ne fut publiée qu’après sa mort…que pensez-vous personnellement de ce trio par rapport aux précédents ?

Ce trio est tout à fait à part, par ses dimensions et par son écriture qui est véritablement symphonique. Je le ressens comme une vaste fresque relatant une épopée slave, qui se termine dans une ambiance festive et exubérante, avec un thème de danse comme refrain dans le dernier mouvement; dans ce mouvement, Rimsky-Korsakov utilise tour à tour une écriture savante (une fugue au chromatisme audacieux commence le mouvement) et populaire, presque improvisée avec une ritournelle de danse au violon et une virtuosité presque tzigane. Le coeur du trio de Rimsky-Korsakov est le mouvement lent qui est pour moi un pur moment de grâce ; le thème lyrique et intime se développe dans une atmosphère de rêve, avant de se mêler aux souples dessins chromatiques du violon. Cela me rappelle les grands ballets de Tchaikovsky...
La place du piano est-elle différente dans chacun de ces trios ? Quel travail particulier vous a demandé l’interprétation de ces œuvres russes ? A quoi avez-vous attaché le plus d’importance ?

Le trio le plus pianistique est certainement celui de Rachmaninov, qui réserve au piano la première exposition du thème. Dans le trio d'Arensky, les cordes ont en général la part belle au niveau thématique, de même que chez Rimsky-Korsakov, bien que l'écriture soit plus virtuose; il réserve d'ailleurs au piano un grand solo dans le dernier mouvement.
Nous nous sommes attachés au travail de la sonorité ainsi qu'à l'équilibre de la structure (notamment dans le trio de Rimsky-Korsakov). Mais la chose la plus importante dans cette musique demeure pour moi la flamme, l'ardeur et le souffle de l'interprétation, l'exaltation du sentiment passionné qui anime ces oeuvres.
Vous avez récemment reçu un prix au concours Chopin de Varsovie, comment avez-vous vécu ce concours ? Pourquoi avez-vous changé de piano pour la dernière épreuve ?
Ce concours possède une aura gigantesque, historique, et je n'oublierai jamais ce mois passé à Varsovie ! L'atmosphère, la ferveur du public sont vraiment indescriptibles, il s'agit d'un événement national en Pologne ! J'ai beaucoup aimé le timbre chaleureux et raffiné du piano Fazioli, c'est pourquoi j'ai choisi ce piano pour les trois premières épreuves. Néanmoins, par expérience, je préfère presque toujours Steinway lorsque que je joue avec orchestre, c'est pourquoi j'ai changé de piano pour la finale; je pense que cela était un bon choix. Il s'agit d'une question d'équilibre sonore, il faut que le piano possède la masse sonore suffisante pour faire face à l'orchestre, ce qui est en général le cas des Steinway.

Comment conciliez-vous votre activité de pianiste soliste avec celle de musique de chambre ?

Ces deux activités sont pour moi complémentaires et s'enrichissent mutuellement. Il serait d'ailleurs pour moi difficile d'imaginer l'un sans l'autre, à savoir une carrière exclusivement soliste ou uniquement chambriste; il y a bien sûr de nombreux exemples prestigieux qui démontrent le contraire mais personnellement cela ne me conviendrait pas. Bien que l'essentiel de mon activité soit de jouer en récital ou concerto, je ne cèderais jamais le plaisir de partager la musique avec d'autres et le privilège de découvrir et de vivre avec des oeuvres d'une beauté extraordinaire !
Comment s’est passé l’enregistrement de votre disque ?
L'enregistrement a eu lieu en l'église de la Grave ; il s'agit d'une petit église de montagne qui possède une acoustique extraordinaire. En vérité, c'est lors du festival de la Meije que nous avons découvert ce lieu, et nous sommes immédiatement tombés d'accord avec Geneviève et André Thiébault qui étaient également sous le charme de l'ambiance sonore du lieu.
Ces trios exigent un investissement émotionnel de chaque instant, c'est une musique qui doit être défendue et ne supporte pas la répétition sans perdre de sa spontanéité. Autant dire que les séances d'enregistrement ont été intenses, il fallait lutter pour sortir constamment le meilleur de soi-même, il faisait également assez froid ce qui, oserais-je dire, nous mettait en condition pour cette musique !...
Je souhaiterais remercier particulièrement Olivier Légeret qui a assuré la direction artistique ; son écoute à la fois détaillée et synthétique nous a été extrêmement précieuse !
Quels sont vos projets et concerts à venir tant en trio que seul qui vous tiennent particulièrement à cœur ?

Suite au concours Chopin, une tournée au Japon aura lieu en janvier 2011 avec l'orchestre philarmonique de Varsovie (sous la direction d'Antoni Wit). Je donnerai à mon retour un récital à Verdun puis deux concerts en trio au Parlement de Bretagne à Rennes (programme russe). Je donnerai début février un récital au musée d'Orsay avec un programme "impressionnisme et pré-impressionnisme" (Liszt, Debussy, Ravel); en avril nous donnerons l'intégrale des Trios de Beethoven à l'Opéra Comique, ce qui est un projet extrêmement enthousiasmant !

Pour écouter le
Nikolaï Andreîvich Rimsky-Korsakov
Trio en ut mineur, adagio-allegro
par le Trio Elegiaque
avec l'aimable autorisation
du label
Triton
cliquez sur le triangle du lecteur
ci-dessous

 

Pour vous procurer ce disque....

cliquez ici (amazon)

ou

cliquez ici(fnac)

 

A écouter ... par curiosité car il est vrai que la qualité sonore est horrible !
Anton Arensky (1861-1906): Arensky - Piano Trio: I Allegro moderato

 

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano