Les larmes de Pythagore Bertrand Ravalard

Les larmes de Pythagore
Bertrand Ravalard

Pianiste, improvisateur, compositeur, et même occasionnellement chanteur ainsi dans l'un des morceaux de ce disque, Bertrand Ravalard s'il n'avait suivi cette voie de musicien aurait aimé travailler pour le cinéma mais finalement écouter son disque c'est aussi découvrir un film, avec un scénario qu'il sait d'ailleurs fort bien exposer dans le court texte de la pochette de son disque qui reprend nombreux titres de son CD : " Neuf sages se tenaient autour du tombeau de Sydney Bechet. Par des antithèses, des définitions, des correspondances symétriques, ils célébraient ce qu'il y a de plus pur dans le soleil et la mer. Au loin, à contre-jour, un trombone de fantaisie chantait de plus calmes chaconnes. C'était l'été et sur l'écume une voile rouge combattait un grand vent. Le temps était venu pour ceux qui rêvent avec des ailes parallèles et se cognent contre les frontières : des linges bleu marine flottaient sur les genoux mais déjà le soir arrivaient avec ses peurs étranges et insondables. Neufs sages pensaient alors au jugement qui se fait aux enfers et comment l'un d'eux joua au derviche tourneur dans la tourmente des premiers inventeurs. Et comment un autre entendit le pas du loup près des marécages. Et comment un troisième échappant aux lois de l'attraction des sphères , valsa si loin qu'il recueillit les larmes de Pythagore"...
Mais ce pourrait être aussi une autre histoire, une histoire épique ou une histoire en trompe-l'oeil ou plutôt "trompe-l'oreille", une histoire aux multiples rebondissements, frissonnements et tourbillons, que Bertrand Ravalard raconte avec humour et clarté dans un jeu souvent détaché mais pas toujours car ne vous y trompez pas ce pianiste qui se juge aussi "une sorte de chanteur frustré"(cf son interview sur sa biographie) ajoute une bonne dose de lyrisme dans ces compositions et c'est ainsi une histoire dense qui débute et finit par une splendide mélancolique valse...pour Ana, qu'il serait trop facile de dire qu'elle est belle à pleurer mais en tout cas qu'une certaine Amélie d'un autre célèbre film n'aurait pas tort de lui envier, il ne reste plus qu'à réaliser un nouveau film... dans votre tête mais pour cela vous n'aurez aucune difficulté. Bertrand Ravalard a bien voulu répondre à quelques questions autour de son disque et son travail de compositeur en complément de celles sur sa biographie :
Pythagore est-il très important pour vous dans l’évolution de la musique, pourquoi en avez-vous fait le thème de votre disque, et pourquoi les larmes … ?

Pythagore est plutôt une sorte de fantasme, une sorte de génie de la lanterne qui a tout inventé. J'ai surtout trouvé amusant de mêler quelque chose d'intime (les larmes) avec une grande figure de la pensée grecque. Pythagore, "inventeur" de la gamme qui porte son nom, fut le premier à associer des rapports numériques aux sons. La gamme de Pythagore est à
l'origine de celle que l'on utilise aujourd'hui et que l'on peut matérialiser sur les touches blanches et noires du piano, mais les intervalles musicaux actuels sont des approximations des fractions nommées par Pythagore. Enfin, pour le philosophe grec, tout est nombre. Pour composer, et ceci comme beaucoup de jazzmen actuels, j'utilise abondamment les nombres afin de me donner des contraintes. Puis, l'oreille et les doigts prennent le dessus...
Vous citez Sidney Bechet dans le texte que vous avez écrit pour votre disque, qu’appréciez-vous dans sa musique ? ce disque se veut-il un hommage celui-ci ?
Pour moi Bechet est un génie du jazz au même titre que Charlie Parker. J'apprécie la puissance de son jeu et de son inspiration, et aussi son lyrisme un peu furieux. Le morceau "Tombeau de Bechet", que Xavier Prévost a eu la gentillesse de diffuser récemment sur France-Musique, lui rend hommage.
Vous mentionnez aussi « neuf sages » mais sur le disque on ne trouve que deux morceaux l’un mentionnant Erroll Garner et l’autre Bill Evans, qui sont les sept autres sages qui se cachent dans votre disque ? Que pensez vous précisément de ces musiciens ?
J'aime bien l'idée de suite (de morceaux) et la série des Neuf sages étaient construites comme cela, malheureusement sept des numéros ont disparu corps et biens ! J'ai aussi composé une suite d'après les tours absurdes du grand magicien Houdini, dont il ne reste (sur l'album) que Living Burial. Erroll Garner et Bill Evans sont évidemment des pianistes de jazz que j'admire, des piliers de l'histoire du jazz. "Les larmes de Pythagore", comme un petit musée quelque peu désordonné, présente un large tissu de références, dont certaines sont disons plus apparentes que d'autres - si vous me pardonnez cette pudeur...Il y a des poutres apparentes et des faux plafonds...
Comment travaillez-vous
Avec un bon métronome !
Quelles sont vos conditions idéales pour créer ?
Etre en forme !
Qu’est-ce qui vous inspire le mieux ?
Un bon piano
A quoi attachez-vous particulièrement d’importance dans votre recherche de composition une fois que l’idée est née ?
Pour moi qui ne suis qu'un modeste compositeur-improvisateur, une bonne composition est avant tout un bon véhicule pour improviser. Mais je tiens également à avoir une mélodie astucieuse et plaisante, et à une certaine qualité cinématographique de ma composition.
Vous faut-il beaucoup de temps pour composer un morceau, en créez-vous beaucoup et éliminez beaucoup ou pas ?
Non, c'est très rapide, j'espère que cela ne s'entend pas trop ! En revanche, et comme tout bon artisan, j'ai beaucoup composé (thèmes, chansons, instrumentaux destinés à des pièces de théâtre, petits morceaux pour piano...etc).
Préférez-vous composer pour formation plus large ou solo ?
En temps de crise, le solo, c'est bien. De plus, j'apprécie surtout les petites formations.
Vous avez été formé au jazz et la musique classique et avez précédement enregistré un disque de musique électronique, quelles autres musiques appréciez-vous ? Sont-elles aussi à la source de votre inspiration ?
Oui, j'écoute toutes sortes de musiques : beaucoup de rock et de chanson française, mais aussi du fado et de la musique cap-verdienne. Je n'écoute pas vraiment de musique électronique, à l'exception de Bjork, dont j'adore toutes les facettes. Toutes les musiques sont bonnes à piller !
Hormis la musique, quelles sont vos autres passions ou centres d’intérêts ? Vous sont-ils éventuellement source d'inspiration ?
Même si la musique est ma préoccupation de tous les instants, je suis passionné par l'histoire et la politique internationale. Et effectivement, j'essaie d'inclure tout ce que je cotoie dans la
composition - mais c'est un grand challenge !
Pour écouter des extraits de ce disque, visitez le myspace qui lui est consacré ...cliquez ici

Pour vous procurer ce disque.....cliquez ici(amazon) , indisponible à la fnac.

Pour en savoir plus sur Bertrand Ravalard...cliquez ici

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano