La pianiste Brigitte Engerer est morte HOMMAGES

Les Concerts de Valmalète ont annoncé hier le décès de la pianiste Brigitte Engerer, survenu ce 23 juin 2012 à Paris et fait part de leur fierté d'avoir été à ses côtés tout au long de sa carrière.
"Aujourd'hui, le monde musical porte le deuil de cette Grande Dame. Elle restera inoubliable et nous manquera profondément."

Oui elle manquera, outre les déclarations du Président François Hollande : "C'est avec beaucoup de tristesse que j'apprends le décès de Brigitte Engerer. Pianiste de réputation internationale, elle avait su faire honneur à la France et faire partager son talent",
du Premier ministre Jean Marc Ayrault "Cette artiste de réputation internationale, qui avait étudié le piano à Moscou, avait illuminé les Folles journées de Nantes, dès leur origine et jusqu'en 2012, et enchanté les spectateurs du Théâtre des Champs-Elysées il y a quelques jours encore avec le concerto pour piano de Schumann. Elle avait su renouveler l'interprétation de Chopin, de Schubert et celle de Rachmaninov avec son complice Boris Berezovsky. Son interprétation des concertos pour piano de Saint-Saëns restera comme l'une des grandes révélations pianistiques de ces vingt dernières années.",
et de la ministre de la culture Aurelia Fillipetti "La disparition de Brigitte Engerer laisse la musique orpheline de l'une de ses plus grandes interprètes tant la pianiste française était un être humain exceptionnel au-delà de l'immense virtuose acclamée dans les salles du monde entier",
sur facebook et twitter nombreux musiciens, responsables de salles de concerts, journalistes... font part de leur émotion, il serait beaucoup trop long de tout rapporter.
Pianobleu.com a eu le plaisir de voir cette pianiste une dernière fois en concert lors de la folle Journée de Nantes en janvier 2012, un lieu où l'on pouvait la voir chaque année, ainsi qu'à la Roque d'Anthéron où elle sera sans nul doute grande absente cette année : " C'était une artiste rare qui ne trichait jamais. Elle n'essayait pas de séduire, elle était toujours dans la vérité" a confié René Martin(cf Le télégramme). Cette folle journée de Nantes 2012 était consacrée précisément à des compositeurs qu'elle aimait beaucoup : Les compositeurs russes , un concert durant lequel elle a joué un titre extrait de ses "souvenirs d'enfance" ... A l'annonce de sa disparition seul un hommage musical semble s'imposer par sa musique qui nous émouvait si souvent. Que ce soit seule ou avec son complice le pianiste Boris Berezovsky , tant de fois elle a pu émouvoir... ainsi ci-dessous deux extraits, l'un repris sur la page de son dernier disque Brahlms enregistré avec lui paru sous le label Mirare en 2011 et l'autre sur youtube, extrait précisément de ce disque "Souvenir d'enfance" paru aussi chez Mirare.
Piano quatre mains
Danse hongroise n°4
Brigitte Engerer
Boris Berezovsky

cliquez sur le triangle du lecteur
ci-dessous

 
écouter Moussorgsky - Brigitte Engerer - Une Larme , piano
Brigitte Engerer,
A 17 ans, cette native de Tunis quitte Paris et accepte l'invitation du Conservatoire de Moscou et part étudier en Russie, bien avant la perestroïka.
« Brigitte Engerer est l'une des pianistes les plus brillantes et les plus originales de sa génération. Son jeu se caractérise par son sens artistique, son esprit romantique, son ampleur, la perfection de sa technique, ainsi que par un science innée d'établir le contact avec l'auditoire ». Celui qui parle ainsi, Stanislas Neuhaus, a été son professeur pendant cinq ans. Les leçons de ce grand maître et magnifique pianiste la marquent de façon indélébile et influent toute sa carrière et sa pensée musicale. Une partie d'elle-même est devenue russe à jamais.
Brigitte Engerer a joué avec les plus grands : A l'âge de 25 ans, Herbert van Karajan l'invite à jouer avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin puis à participer aux fêtes du centenaire de l'orchestre. Par la suite, elle fera ses débuts avec l'Orchestre de Paris sous la baguette de Daniel Barenboïm, puis avec le New York Philharmonic Orchestre sous la direction de Zubin Mehta. Sa carrière internationale la mènera dans toutes les plus grandes villes du monde, avec les orchestres les plus renommés, et sous la baguette de prestigieux chefs d'orchestres.
Mais elle aimait aussi partager et ne concevait pas sa vie de pianiste sans la musique de chambre avec ses amis de toujours : Boris Berezowski, Michel Beroff, Gérard Caussé, Olivier Charlier, Henri Demarquette, David Geringas, Alexander Kniazev, Oleg Maisenberg, Hélène Mercier, Dimitri Sitkovetsky, ou encore Laurence Equilbey et le Choeur Accentus... Tout au long de sa carrière, elle a gravé de nombreux disques dans de prestigieuses maisons comme Philips, Denon, Warner, Mirare, Harmonia Mundi, ou Decca/Universal.
Une inlassable quête de la vérité musicale à laquelle elle apporta la somme de ses talents : infaillibilité des doigts, instabilité des sentiments, entre ces deux pôles, Brigitte Engerer joua les équilibristes. A la perfection : c'était une Artiste.
Chevalier de l'Ordre National de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'ordre National du Mérite, Commandeur de l'Ordre National des Arts et Lettres, Membre de l'Institut de France et de l'Académie des Beaux-Arts, elle s'est vue remettre en 2011 la « Victoire d'Honneur » pour l'ensemble de sa carrière, par les Victoires de la Musique Classique.

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano