The other side Alessandro Candini PIANO SOLO

The other side
Piano solo improvisations
Alessandro Candini, piano

Behind the Mirror
The Other Side
A New World
Open the Door
101
Repeat
Rewind
Bug
The Edge of the World
Breath of Soul
The Frontier
Breaking the Surface
Si le mois de mai 2012 a été riche en pianistes jazz à découvrir, le mois de juin, outre les nouvelles sorties de pianistes déjà présents auparavant sur ce site internet, l'est aussi et voici donc pour clore une série de cinq pianistes découverts au cours de ces deux mois, le pianiste italien compositeur et improvisateur, Alessandro Candini. Un pianiste que l'on peut voir sur youtube interpréter des oeuvres de musique classique car il est diplômé du Conservatoire de Musique Arrigo Boito de Parme et apprécie toujours de jouer également des oeuvres du répertoire classique. La musique l'a conduit à Paris puisque après quelques années de concerts, ayant découvert la création musicale contemporaine et l'univers du jazz français, il décide de s'installer à Paris... Un parcours finalement pas si différent des quatre autres pianistes présentés pour la première fois en mai ou juin 2012 puisque presque tous (quatre ) ont quitté leur pays d'origine !
De là à penser que l'exil ou le voyage sont les meilleures sources d'inspiration des musiciens, il pourrait n'y avoir qu'un pas et pourtant pour ce qui concerne Alessandro Candini ce n'est pas le cas... enfin pas tout à fait. Ainsi vous constaterez dans l'entretien ci-dessous que c'est en fait dans la littérature anglaise , l'art et le cinéma que le pianiste, compositeur et improvisateur, a puisé son inspiration pour improviser les 12 morceaux de ce disque. Une improvisation et non pas des compositions puisque cet enregistrement a été créé "en live" sur une journée d'enregistrement en studio... mais vous verrez que l'on revient au voyage puisque il y raconte "un cheminement solitaire, les 12 étapes d'un voyage initiatique au cours duquel le pianiste s'engouffre dans des espaces de création inattendus" ainsi l'indique la présentation de son disque, un voyage vers une autre terre d'exil possible ?
Ici il n'est pas question de voyage sur terre, enfin pas tout à fait... Ce monde est un espace trop petit pour offrir l'espace de liberté souhaité par le pianiste, partant pour un voyage imaginaire, Alessandro Candini cite Picasso : "Tout ce qui peut être imaginé est réel " ... Une phrase qui déjà en elle-même porte à multiples réflexions et pas si éloignée d'une autre de Pablo Neruda : "La vérité c'est qu'il n'y a pas de vérité" illustrant un autre projet qu'il a réalisé avec Pierre Santini en hommage à ce poète et un autre poète : Garcia Lorca. Le musicien se révèle lui-même grand poète dans ce périple fantastique, voyage intérieur qui conduit vers "A new world" (Un nouveau monde) dont les doux flots lyriques offrent une paix intérieure mais où le mystère et la folie règnent aussi dans d'autres morceaux agités par d'autres flots de notes répétitives, "Bug" de ce monde..." Le temps de cet enregistrement le pianiste part en exil dans un monde sans frontière, que celles peut-être de l'imagination, frontières rompues par les cris libérateurs qu'il ajoute à sa musique dans le dernier titre "Breaking the surface" après ce voyage de l'autre côté ou vers un autre côté. Oui ici il n'est pas question de voyage sur terre mais dans un monde fantastique quoique "il n'y a pas de vérité" et "tout ce qui est imaginé est réel", tout demeure possible d'un côté ou l'autre du miroir, d'ailleurs les livres de la littérature imaginés il y a quelques années auxquels se rapporte le pianiste sont aussi parfois très troublants quelques années plus tard pour leur réalisme visionnaire.
Alessandro Candini explique aussi (voir la page sur son parcours qu'après avoir écouter le disque Concerto Köln de Keith Jarrett il avait été fasciné par cette liberté incroyable que lui offrait l'improvisation, la possibilité de créer en direct une musique si belle. "Ce disque a été pour moi une révélation : il m'a ouvert des perspectives insoupçonnées sur la musique et sur l'acte de création en tant que musicien." La belle musique improvisée qu'il offre ici ne pourra aussi qu'encourager d'autres musiciens !
Pourquoi avez-vous choisi de réaliser au piano solo ce disque qui est semble-t-il le premier que vous enregistriez ?
C'est mon premier album au piano consacré à l'improvisation. Tous ces concerts et performances m'ont permis de faire de belles découvertes et de belles rencontres. J'ai eu envie à moment donné de permettre à un public plus large de découvrir mon univers musical. C'est pour cela que je me suis lancé dans l'aventure de ce projet ; le choix du piano solo est venu naturellement car j'avais envie de me recentrer sur mon instrument de prédilection.
Vous avez conçu votre disque sous la forme d'une improvisation totale, comment avez vous travaillé pour le préparer car une improvisation a bien quelques point de départs ?
J'ai choisi dès le départ de concevoir ce disque sous la forme d'une improvisation totale car j'aimais l'idée de la création musicale comme expérimentation de soi et du monde. Quand j'improvise je me trouve confronté quelque part à une sorte de vide ; je vais alors puiser au plus profond de moi-même pour laisser la place à la création d'un univers où se mélangent rationnel et émotionnel, ordre et désordre, fragilité et équilibre.
Quelles sont vos sources d'inspiration de prédilection (littérature, cinéma, musiciens de références…) et musiciens de références ?
Mes sources d'inspiration ont été très diverses : pour cet album c'est la littérature fantastique qui m'a inspiré avec Les Portes de la Perception d'Huxley, Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, ou encore 1984 de Georges Orwell. Des personnalités comme Picasso, expérimentateur visionnaire, ou encore Escher, inventeur des formes et de perspectives impossibles, m'ont intéressé pour leur façon de réinterpréter la réalité. D'une manière générale, je suis passionné de cinéma, et grand admirateur de réalisateurs italiens comme Fellini, Dino Risi, Scola, De Sica…
Comment définiriez-vous votre musique ? Celle enregistrée sur ce disque est-elle à l'image de vos autres compositions ou très différente du fait de son caractère improvisée ?
Je laisserai volontiers à mon public le soin de définir ma musique… La musique de ce disque a été créée " in vivo " , sur l'instant. Elle est donc par essence unique.
Vous êtes italien et vivez à Paris, vous avez cependant choisi de donner douze titres en anglais à vos improvisations, pourquoi ce choix ?
Chaque titre a un sens dans le déroulement de l'histoire qui est racontée par le disque. Certains s'inspirent directement de littérature comme " A new World ", (clin d'œil à " Brave New World " d'Aldous Huxley), " 101 " (référence à la chambre de torture citée dans 1984 d'Orwell) d'autres à l'univers informatique " Repeat ", " Rewind ", " Bug ". Mes sources d'inspiration n'ayant pas de frontières, j'ai choisi de mettre tous les titres en anglais.
Pouvez-vous notamment expliquer le titre éponyme : " The other side " ?
" The other side " fait référence au passage de l'autre côté du miroir (Alice au pays des merveilles Lewis Carroll) ; métaphoriquement c'est une façon de nommer le passage vers un état de conscience supérieur qui découle de la façon dont j'improvise. On s'oublie pour passer à un état presque second, jusqu'à ce que le flot créatif nous envahisse et guide nos doigts sur le clavier. Avec cet album j'ai voulu raconter mon voyage intérieur dans cet univers imaginaire. J'ai voulu me donner un espace de liberté complet. Au fil des morceaux une histoire prend naissance ; elle est le reflet de ce temps de parole libre.
Dans quelles circonstances votre disque a-t-il pu être enregistré et comment avez-vous vécu son enregistrement ?
Pour cet album j'avais besoin de me recentrer dans un lieu intime, c'est pourquoi je me suis dirigé vers le Studio La Buissonne, près d'Avignon. Mon concept était assez original, j'avais besoin de me sentir à l'aise avec une équipe à l'écoute. Gérard De Haro et Nicolas Baillard ont tout de suite compris mon projet et m'ont épaulé sur toute sa durée. Le projet a été coproduit avec le label indépendant Instant Présent (créé en 2011) qui accompagne les musiciens dans le développement de projets artistiques hors des sentiers battus.

Pour écouter
des extraits de
The other side
Piano solo improvisations
Alessandro Candini, piano

 

Pour vous procurer ce disque....

cliquez ici   (amazon)

ou

cliquez ici(fnac)

 

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano