Visions Fugitives Stephan Oliva PIANO Jean Marc Foltz CLARINETTES

Visions fugitives
Stephan Oliva, piano
Jean-Marc Foltz, clarinettes

Visions Fugitives (Serguei Prokofiev)
Adage (Jean-Marc Foltz - Stephan Oliva)
Cinq Préludes de Danses (Witld Lutoslowski)
Récit(Jean-Marc Foltz)
Romanza (Francis Poulenc)
Between Green and Grey(Stephan Oliva)
Naïma (John Coltrane)
Vier Stücke (Alban Berg)
Variation Berg (Jean-Marc Foltz - Stephan Oliva)
Variation Berg (Jean-Marc Foltz - Stephan Oliva)
Vier Stücke (Alban Berg)
Andante un poco adagio (Johannes Brahms)
Lonnie's Lament (John Coltrane)
Il n'est pas impossible que les musiciens soient actuellement particulièrement sensibles à la nature, ou que les arbres se prêtent bien à l'illustration de la musique car voici un autre disque avec un très beau livret de près d'une trentaine de pages ne comprenant que des illustrations d'arbres, de très beaux arbres imaginés par Emmanuel Guibet qui, hormis des arbres ensanglantés de rouge ont le plus souvent, des feuilles de couleur noire, vert, ou ...bleue et se dressent dans un ciel bleu ou au bord d'un eau bleue ! Une couleur et un univers qui sied particulièrement à l'univers poétique du pianiste Stephan Oliva et du clarinettiste Jean-Marc Foltz, duo que l'on avait pu découvrir lors d'un précédent enregistrement : "Pandore" paru en 2008, ces deux musiciens jouent ensemble depuis plus d'une dizaine d'années et l'on peut aussi les trouver dans différents enregistrements de formations plus nombreuses. Ce nouveau projet résulte d'une remarque qui a souvent été faite à leur duo confie Stephan Oliva à l'occasion d'un nouvel entretien à lire ci-dessous : "on nous a toujours fait remarquer, dans nos concert, que notre duo sonnait comme de la musique de chambre. C'est donc tout naturellement que nous en sommes venu à inclure des pièces écrites et à jouer sans sonorisation, sur le mode du " récital " .
Dans cet album ne figure aucun mot même pas les noms des deux musiciens ni car ceux-ci comme le titre du disque (qui a perdu un i ... fugitif ?! ) sont en fait imprimés sur une étiquette collée sur l'enveloppe transparente du disque. Certes on pourrait regretter de perdre ensuite ces informations mais il est vrai quand même, vérification faite, qu'un peu de texte à l'intérieur du boîtier lui-même qui est en carton permet de les retrouver . Y figurent également les titres des oeuvres que vous pouvez voir en début de cette page et leurs compositeurs car en fait cette fois la musique n'est pas comme précédemment uniquement des deux musiciens, ceux-ci ont choisi dans ce nouveau projet d'"imaginer l'écriture comme une improvisation idéale et l'improvisation comme une écriture en soi en questionnant le répertoire classique "... Hormis la pièce éponyme de l'album issue de "Visions fugitives" (lentamente) de Prokofiev, que Stephan Oliva interprète seul au piano, fidèle à la partition mais en la jouant d'un tempo effectivement très lent qui exalte chaque note , toutes les autres pièces choisies dans le répertoire "classique" sont pour clarinette et piano et ouvrent sur une ou deux compositions / improvisations originales des deux musiciens.
Il serait bien difficile de retrouver sans ce repère ce qui est composition classique ou pas car si certaines pièces sont relativement connues comme celles de Francis Poulenc et Brahms, dont on reconnait les belles mélodies, celles de Berg ou Lutoslowski le sont moins voire pas du tout pour être honnête ... Or ici il n'est pas question de mélanger arbitrairement de la musique classique et du jazz mais bien d'offrir un voyage musical cohérent, et ce mélange s'avère de fait parfaitement homogène et montre combien un interprète (enfin deux) peuvent donner leur "griffe" personnelle à une musique qui n'est pas d'eux, dire qu'elle n'est pas d'eux s'avèrent d'ailleurs sonner un peu faux car celles ci se révèlent ici dans une même esthétique que leur propres compositions... et ils font bien de cette musique composer par d'autres la leur !
Un album qui confirme, si besoin en était, qu'il ne faut pas croire connaître une oeuvre parce qu'on l'a déjà écoutée par d'autres interprètes... oui assurément s'il faut mettre un point sur le i de interprète comme sur celui d'improvisateur... ne vous contentez pas d'écouter une oeuvre sous les doigts de l'interprète que l'on vous aura déclaré comme ayant donné la meilleure version d'une oeuvre... faites vous aussi vos propres jugements en écoutant de nombreuses interprétations car pour leurs caractéristiques différentes elles en demeurent toutes aussi plaisantes et rares sont les interprétations qui remportent l'unanimité ! Certes Stephan Oliva et Jean-Marc Foltz peuvent en tant que jazzmen se permettre d'aller très loin dans leur originalité et par cette originalité extrème d'interprète improvisateur leur enregistrement va aussi cependant bien au delà... valorisant celle de chaque interprète dont on peut imaginer toute l'étendue possible dans leurs propre choix d'interprétation car la frontière n'est pas toujours définie clairement par les compositeurs eux-mêmes. Et pour ce qui concerne le pianiste Stephan Oliva et le clarinettiste Jean-Marc Foltz c'est bien sûr leur univers poétique qui n'a rien de comparable que l'on apprécie doublement dans ce disque que ce soit lorsqu'ils interprètent en improvisant ou lorsqu'ils improvisent en composant ... improvisations non pas totalement fugitives mais aussi faites pour durer longtemps. Ainsi pourrez-vous vous en rendre compte dans la vidéo vidéo d'extraits plus bas dans cette page où vous pourrez également admirer quelques illustrations du livret.
Lors de notre dernier entretien (en octobre 2009) vous aviez évoqué ce projet avec Jean-Marc Foltz comment a-t-il évolué durant cette période jusqu'à l'enregistrement en 2011 pour ce nouveau label de Philippe Ghielmetti ?
Le label Vision Fugitive est avant tout une initiative de musiciens. Il est né sous l'impulsion du guitariste Philippe Mouratoglou, qui l'a imaginé avec Jean-Marc Foltz, puis ils ont invité Philippe Ghielmetti à les rejoindre pour une histoire neuve et originale : un label mené "en trio ", avec une triple direction artistique, dans laquelle chacun est souverain dans son propre projet.
Jean-Marc et moi avons enregistré les premiers et assuré nous-même notre propre direction artistique, puis c'est le label qui s'est inspiré du nom de notre opus, car il semblait porteur pour l'ensemble de la collection.
Depuis notre premier concert en Guyane en 2001 nous pensions déjà jouer toutes sortes de musique différentes appartenant à notre culture. La musique classique qui nous entourait dès notre naissance est un peu comme notre musique folklorique et je pense d'ailleurs que la musique classique elle-même de Bach à Bartok n'est pas si éloignée des musiques folkloriques et traditionnelles, ni-même du jazz d'aujourd'hui. D'autre part on nous a toujours fait remarquer, dans nos concert, que notre duo sonnait comme de la musique de chambre. C'est donc tout naturellement que nous en sommes venu à inclure des pièces écrites et à jouer sans sonorisation, sur le mode du " récital ". Nous avons fait une grande tournée organisée par Charles Gil en Finlande et dans les pays baltes en rencontrant partout un vif intérêt aussi bien de la part du public "classique" que de celui du jazz. Malheureusement les programmateurs français n'ont pour l'instant que très peu donné suite et nous espérons que notre disque va éveiller leur intérêt, d'autant que, depuis, une quantité de musiciens de jazz s'intéresse de façon plus ou moins heureuse à inclure de la musique classique dans leurs projets. En 2001, peu de gens comprenaient notre démarche et aujourd'hui on risque de dire encore un projet avec de la musique classique ! Mais la seule chose qui nous importe c'est d'avoir la liberté de faire ce que l'on aime.
Cette fois contrairement à votre précédent enregistrement avec Jean Marc Foltz (Pandore) où le produit n'était vendu qu'en " fichiers virtuels " votre enregistrement paraît en vrai CD accompagné d'un beau livret d'une quarantaine de pages ? Que pensez-vous de ce livret qui ne comporte aucun texte comme la pochette car il faut le préciser vos noms sont en fait collés sur une étiquette sur le papier transparent qui enveloppe le disque ?
Au début nous pensions à un texte du genre de ceux que l'on trouve dans les disques classiques. Puis nous avons pensé qu'il serait plus intéressant d'avoir un texte d'un écrivain qui réagirait librement et uniquement sur ses sentiments et sur son ressenti. Et finalement nous avons proposé à Emmanuel Guibert de peindre ses propres Visions Fugitives et lorsque nous avons reçu ses magnifiques dessins et peintures, nous avons immédiatement décidé qu'il n'y avait rien de plus à ajouter, l'absence de tout texte rendant étrangement actives ses oeuvres, qui continuent d'évoluer en fusionnant avec les écoutes de notre musique.
L'image et l'absence de texte donne à ce disque une valeur esthétique en soi et chacun a la liberté de se raconter sa propre histoire, avec ses yeux et ses oreilles...
Vous qui n'aimez pas réécouter vos disques ce livret vous donnera-t-il plus l'envie de le reprendre dans vos mains et pourquoi pas le réécouter ? ou bien désormais est-ce plus naturel pour vous de vous réécouter ou non ?
Je n'aime toujours pas me réécouter, mais étrangement et grâce au visuel d' Emmanuel Guibert, j'aime beaucoup regarder le petit clip qu'a confectionné Jean-Marc à partir du livret et d'extraits de notre musique [nota : à voir plus bas dans cette page].
Pouvez vous expliquer en quoi consiste précisément votre idée d'" imaginer l'écriture comme une improvisation idéale et l'improvisation comme une écriture en soi en questionnant le répertoire classique " ?
Toutes nos interprétations suivent le texte à la lettre, avec la subjectivité inhérente aux choix d'un interprète ; nous les réalisons simplement avec le son que nous avons développé après plus de dix années d'expériences multiples en commun. De plus, nous cherchons à insuffler aux pages de répertoire le son "vivant" unique de la musique improvisée et du jazz, dans lesquels le texte rencontre, dans l'instant, en quelque sorte son interprétation idéale.
On improvise deux petites variations en écho à Berg, entre les deux pièces écrites et Réminiscence est une improvisation qui prend sa source dans la Vision Fugitive qui ouvre le disque. Mais bien entendu, il y a beaucoup plus d'improvisation et de compositions dans nos concerts. Nous avons fait des choix pour rendre notre disque cohérent dans sa durée relativement courte par rapports aux concerts (en Finlande on jouait parfois deux heures comme un véritable voyage où on oubliait toute contraintes!). Les tempi sont également respectés, mais pour la Visions Fugitive n.1 qui ouvre le disque, je la joue exactement comme si c'était une de mes compositions personnelles. Elle est notée "Lentamente" par Prokofiev, ce qui laisse beaucoup de latitude, mais justement je n'y cherche aucune interprétation. Seul compte ici pour moi l'état d'esprit et l'ouverture vers la suite de notre voyage musical. Pour moi c'est presque comme une introduction improvisée par un Bill Evans pour un morceau de jazz.
La première pièce , qui donne le titre au disque , est la première pièces du recueil " visions fugitives " de Prokofiev et c'est la seule pièce de ce recueil que vous ayez sélectionnée ; est-ce parce que vous vouliez éviter de jouer trop souvent piano solo ou bien parce que aucune autre de cet" herbier d'émotions " ne vous a donnez envie d'y " butiner " de nouveau " selon votre humeur " ?
Oui, dans le disque, un ou deux morceaux solo, c'était le maximum pour sauvegarder la cohérence générale et le coté fusionnel du duo.
Vos autres sélections sont toutes des oeuvres de la fin 19ème siècle ou du 20ème siècle avec plusieurs pièces de Berg , une de Francis Poulenc , une d'un compositeur moins connu : Lutoslawski, est-ce vous ou Jean-Marc Foltz qui avez proposé ces pièces et sur quels critères les avez retenues ou choisies ?
La plupart des pièces, que nous avons choisies ensemble dans le répertoire de clarinette proposé par Jean-Marc, ont une histoire intéressante en soi. Cela est toujours lié au compagnonnage occasionné par cette combinaison " clarinette et piano ", qui a traversé l'histoire de la musique : hier Brahms et Mühlfeld, Weber et Baërmann, Mozart et Stadler... aujourd'hui par exemple Portal et Pludermacher sans oublier les complicités historiques de Benny Goodman avec Stravinsky, Bartok, Copland et Bernstein.
La Sonate de Poulenc était, par exemple, une commande de Benny Goodman, qui menait conjointement une brillante carrière d'interprète classique et de musicien de jazz. Elle fut écrite en 1962, au cours de la dernière année de la vie du compositeur. Prévue pour être donnée en première par le clarinettiste et Poulenc lui-même, elle dut finalement être créée trois mois après la disparition subite de ce-dernier, par Benny Goodman et Leonard Bernstein, le 10 avril 1963 au Carnegie Hall de New York. Le 2ème mouvement, que nous avons choisi pour notre programme, fut composé par Poulenc en tout premier, en hommage à son défunt ami Arthur Honegger du Groupe des Six. Le compositeur le décrivait comme un " Lamento ", c'est une des raisons qui nous a conduit à choisir Lonnie's Lament de Coltrane pour lui faire, en quelque sorte, écho.
Effectivement un jazzman est aussi dans ce programme : John Coltrane, là encore pourquoi avez-vous choisis deux compositions de lui ?
Pour nous, un musicien de l'envergure de Coltrane est un créateur symbolique de l'abolition de toutes frontières musicales et un des plus grands "soufflants" de tous les temps.
Ce programme sera-t-il bientôt de nouveau joué en concert et/ou quels sont vos projets actuels ?
Nous jouerons le 28 novembre au Réservoir à Paris. J'espère bien que d'autres concerts suivront...Pour ce qui est des nouveaux projets j'en ai malheureusement beaucoup trop par rapport à la demande actuelle. Pourtant ils me tiennent vraiment à coeur et j'espère pouvoir vous en parler très prochainement.

Pour vous procurer ce disque....cliquez ici   (amazon) ou cliquez ici(fnac)

A voir Jean-Marc Foltz & Stephan Oliva avec Emmanuel Guibert - Visions Fugitives

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano