Pandore Stéphan Oliva Jean-Marc Foltz

Pandore
Stéphan Oliva, piano
Jean-Marc Foltz, clarinette

En fait voici un enregistrement qui ne devrait pas être ici puisqu'il n'est pas disponible en support disque mais uniquement en téléchargement sur le nouveau site "Sans bruit", mais comme Stephan Oliva l'a fait parvenir à titre exceptionnel à pianobleu.com sur un cd de fichiers avant compression, donc comme un disque, il est malgré tout présenté en "Disque du moment" . Il est difficile de vous dire si une écoute en son compressé vous donnera la même satisfaction que celle en disque car cela dépend aussi de votre propre exigence mais elle aura certainement le mérite de vous faire découvrir à prix juste(six euros seulement, ce qui est moindre que la plupart des autres téléchargements) une oeuvre qui serait restée inconnue sans ce support : un univers musical très poétique où le mystère plane, à l'image du mystère du contenu de la boite de Pandore... Que renferme la boite du mythe de Pandore : la Crainte ou l'Espérance... on ne s'étonnera pas que les deux musiciens aient ici finalement opté pour la seconde solution. Il reste à espérer que cet enregistrement leur ouvrent la porte de nombreux concerts pour partager cette oeuvre dans les meilleures conditions. Stephan Oliva a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter cet enregistrement.
Comment est né ce projet « Pandore » ?
Il n'est pas aisé de répondre a cette question ni à toutes celles concernant directement le projet "Pandore" car il est avant tout le fruit d'un processus irrationnel, non formaté et assez mystérieux basé sur une connivence de longue date entre Jean-Marc Foltz, Stéphane Oskéritzian et moi-même. De plus la musique y est quasi entièrement improvisée et issue d'uniques interprétations captées dans plusieurs situations différentes. Notre principal objectif étant la fluidité et la cohérence de la narration musicale. Raconter une histoire que l'on peut rêver chacun à sa façon et la musique ouvre encore d'autres portes que les mots. En jazz, rien n'est pire pour moi que ces disques "carte de visite" qui ressemblent à des démos de tout ce que l'on peut faire: la compo, le standard, le morceau free, la balade, le morceau de bravoure etc... Suivre un fil d'Ariane intéressant comme le mythe de Pandore nous invite à ne garder que l'essentiel de notre discours même si pour ce faire, nous n'exposons qu'une partie judicieusement sélectionnée de toutes les bandes que nous avions en notre possession.
Pourquoi le choix de cette histoire de la mythologie grecque ? Comment avez-vous travaillé pour réaliser ces compositions ?
Lorsque je travaillais sur le film "Loulou" de Georges Willem Pabst pour un ciné-concert (qui a été enregistré et qui accompagne le film dans les éditions DVD de Carlotta et de Critérion), j'ai écrit le morceau intitulé "Pandore" au moment du procès lors du réquisitoire lorsque l'avocat utilise la métaphore du mythe de Pandore pour accuser Loulou. Le charme et le magnétisme du personnage de Louise Brooks associés à la poésie des images et du voile de Loulou ce sont définitivement focalisés pour moi avec l'évocation du mythe de Pandore. A partir de là le subconscient se charge de traduire cet imaginaire en musique chacun à notre façon dans la fusion de notre dialogue.
Après Loulou nous avons intégré cette composition à notre répertoire en duo et de fil en aiguille l'idée de construire une histoire autour du mythe de Pandore nous est souvent apparue. La commande de Stéphane Oskéritzian nous a offert l'occasion de réaliser restée cette idée restée en suspens jusque là. Dès lors nous avons songé à un agencement de morceau choisis qui "raconte" et transpose notre vision poétique du mythe, la musique permettant à chacun finalement de se forger sa propre lecture, sa propre histoire.
Comment s'est passée votre rencontre avec Jean- Marc Foltz ?
Je connais Jean-Marc depuis environ une dizaine d'année et nous avons vécu une multitude d'expériences ensemble, allant du Grand Lousadzak de Claude Tchamitchian, en passant par mon quintet "Itinéraire Imaginaire", un trio avec bruno Chevillon ("Soffio di Scelsi") , des musiques de films et récemment un spectacle avec la grande actrice et chanteuse Hanna Schygulla... Après toutes ces expériences nous pratiquons la musique de façon quasi télépathique. Nous sommes devenus les partitions organiques de ce que nous interprétons spontanément et nous pouvons parcourir des répertoires très variés avec le même bonheur. La clarinette est un instrument dont le timbre sonne merveilleusement bien avec le piano, ensemble ils constituent une formule "de chambre" magnifique qui a traversé l'histoire de la musique classique et qui reste peu développée dans le jazz. Jean-Marc Foltz a un parcours riche et singulier qui m'intéresse, et le plus beau son de clarinette que je connaisse... Entre lui et moi au fil de ces années, tout est simplement... évident.
Dans un précédent interview pour pianobleu.com vous aviez dit ne plus écouter vos disques une fois enregistrés , qu’en est-il de cet enregistrement ? L’avez-vous réécouté en son normal et/ou en son compressé, qu’en avez vos pensé si vous l’avez écouté ? Ne réécoutez vous toujours pas d’anciens enregistrements ou dernièrement avez vous dérogé à ce principe ?
J'écoute beaucoup un projet au moment de sa réalisation pour le porter jusqu'à sa réalisation définitive. Quand il cesse d'être un projet, je l'écoute une fois ou deux avec des amis pour le plaisir puis je le range et ne l'écoute plus.
Pourquoi cet enregistrement ne sera-t-il pas vendu en disque mais restera-t-il uniquement disponible en format compressé ? Ne craignez vous pas que ce format peu apprécié pour la musique jazz ne réduise la qualité et l’intérêt pour votre musique ? Est-ce un « mal » incontournable ?
Dans notre cas il ne s'agit pas d'un « mal » incontournable mais au contraire d'une solution dynamique et originale pour diffuser une musique qui n'aurait peut-être pas été publiée dans le circuit traditionnel. Le label "Sans bruit" n'a pas pour vocation d'exister sous forme matérielle ni de se substituer au disque "traditionnel" . Mais je pense que la qualité technique passe après la nécessité de la musique d'exister sous quelque forme que ce soit. Quand j'étais jeune j'écoutais énormément de musiques enregistrées déplorablement avec mon walkman ! C'est peut être en l'occurence un moyen de toucher un public que nous n'aurions jamais pu atteindre autrement, par exemple à l'étranger où les jeunes générations qui sont me semble-t-il de plus en plus "cybernautes"... et peut-être cela leur donnera-t-il l'idée de nous voir en concert, dans de nouveaux circuits au delà des frontières habituelles.
Avez-vous d’autres projets d’enregistrements en cours ?
Oui mais c'est trop tôt pour en parler. Sinon le dvd du film "Les Liens du Sang" dont j'ai écrit la musique devrait sortir fin août (le disque est sorti chez Cristal Records)

Pour écouter un extrait et vous procurer ce téléchargement sur le site " Sans Bruit "...cliquez ici

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de musique de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano