Olivier Chauzu en concert

4 avril 2009 – 20h30

L'Archipel - Paris

Olivier Chauzu, piano

dans un programme

Beethoven
Schumann
Albéniz

Pour Olivier Chauzu, l'année 2009 sera placée sous le signe d'Isaac Albéniz dont on fête le centenaire de sa disparition. Il vient de se produire en récital à l'Auditorium de Dijon où il a été vivement applaudit par 800 personnes. Oliver Chauzu affectionne les parcours artistiques mettant en valeur une idée conductrice musicale.

Pour ce concertà l'Archipel à Paris, Olivier Chauzu a voulu nous faire part d'un aspect du XIXe siècle allemand, par une sonate assez peu conventionnelle et pas très souvent jouée du Beethoven de la dernière manière (ou presque), qui se termine par un chant serein et apaisé. Ce même chant intérieur se retrouve dans l'Humoresque de Schumann, mais beaucoup plus tourmenté.
Olivier Chauzu a souhaité, dans la seconde partie, rompre radicalement avec cette atmosphère et rendre hommage à Isaac Albéniz, dont nous célébrons actuellement le centième anniversaire de sa mort. Son choix a porté sur le troisième livre d'Iberia, qui est un sommet dans cette suite, en ce sens que les trois impressions pourraient très bien s'assimiler à trois mouvements de sonate, dont le mouvement lent (El Polo) est un chant décharné et morbide, le premier mouvement très romantique (El Albaicín, quartier de Grenade) et le final (Lavapies) une re-création colorée et primesautière d'un quartier gitan de Madrid.
Ils en ont dit :
« Olivier Chauzu, le maître des couleurs »
(Le Monde, 21 novembre 2006).
« Comment fait ce diable de pianiste pour avoir un son si plein, si rond, si riche et atteindre une telle clarté ? ». […] « Présent dans chaque note qu'il joue, bien que jamais la moindre facilité ne se manifeste dans sa diction, Chauzu impose son temps, qui est celui de l'oeuvre, avec un jusqu'au-boutisme qui frôle la possession chamanique ». (Alain Lompech, Diapason n°543 S)
« Il ne recherche jamais l'effet, mais une vérité plus profonde » (Jean Roy, Le Monde de la Musique, février 2006).
« Une interprétation d'un naturel, d'une évidence et, en même temps, d'une profondeur rares, conciliant l'inconciliable grâce à un toucher d'une liberté supérieure et des phrasés d'une intuition, d'une invention singulière. Superbe et fascinant ». (Luc Bourrousse).
« Beaucoup mieux qu'un bon pianiste: un vrai musicien » (Gérard Gefen, Lettre du musicien n°93).
Programme détaillé :


Ludwig van Beethoven (1770 – 1827)
Sonate opus 90
- Mit Lebhaftigkeit und durchaus mit Empfindung und Ausdruck
- Nicht zu gescwind und sehr singbar vorgetragen
Robert Schumann (1810-1856)
Humoresque
Isaac Albéniz (1860-1909)
Iberia, troisième cahier
- El Albaicin
- El Polo
- Lavapiés

Renseignements et réservations : L'Archipel - 17 bd de Strasbourg
Tel : 08 26 02 99 24

Pour en savoir plus sur Olivier Chauzu ...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano