Viret Ferlet Moreau

Jean-Philippe Viret Trio
Le temps qu'il faut
Jean-Philippe Viret, contrebasse
Édouard Ferlet, piano
Fabrice Moreau, batterie

1-Peine Perdue
2. Les Arbres Sans Fin
3. En Un Rien
4. Esthétique Ou Pathétique ?
5. 7 A Voir
6. Dans La Peau D'Un Autre
7. Ailée Au Sud
8. Si Peu De Choses

Ce quatrième album du label de jazz contemporain "Mélisse" créé en 2006 par le pianiste/compositeur Edouard Ferlet permet de le retrouver cette fois en "sideman" dans le trio du contrebassiste Jean-Philippe Viret. A vrai dire ce titre de sideman ne parait pas vraiment approprié car si ce disque est effectivement présenté en tant que celui du Trio de Jean-Philippe Viret force est de constater que finalement rien dans ce disque que ce soit sa musique ou même sa pochette tant externe qu'interne ne le montre...si ce n'est que son nom figure en premier, mais bien évidement cela n'a aucune importance... l'important c'est le temps qu'il faut, le titre à retenir pour vous procurer ce disque, et celui pour l'écouter....
...Ce disque d'un trio "classique" en jazz : contrebasse, piano, batterie avec trois intelligentes et belles têtes pensantes(que l'on peut voir ci-contre) qui d'ailleurs ont toutes contribuées aux compositions : 4 sont du contrebassiste, 3 du pianiste et l'une du batteur, ce dernier nouveau venu dans le trio de Jean-Philippe Viret dont il s'agit ici du cinquième disque d'autres étant parus chez notamment le disparu label Sketch.
Mais sous des apparences classiques ce trio ne l'est pas vraiment, se singularisant déjà par le fait que Jean-Philippe Viret utilise un archet donnant ainsi à l'instrument un capacité mélodique et lyrique très intense, et il est donc vrai que cet instrument est particulièrement remarquable dans ce trio jazz finalement très original et à la sonorité qui le rapproche aussi de formations de musique contemporaine. Le contrebassiste ne prend pas pour autant une place particulièrement dominante et que les amateurs de piano soient rassurés Edouard Ferlet "réjouira" grandement leurs oreilles avec son piano toujours poétique et multicolore.  

Quoique "réjouir" ne semble pas non plus le terme approprié et, même si l'on peut certes voir dans cette musique celle d'un sombre film passionnant c'est là fort réducteur, ce serait peine perdue que de vouloir en donner le scénario, l'imposer à votre propre sensibilité sauf à savoir se mettre dans la peau d'un autre. Car plus impressionniste que descriptive, c'est à dire plus musique intime que musique d'un film, cette musique intérieure, d'une grande mélancolie touche l'homme au plus profond de ses émotions personnelles, l'interroge, telle cette autre illustration du disque, textuelle cette fois (Extrait de Prodige de Nancy Huston)  : "Mon coeur bat, bat, bat la mesure : pourquoi ? pour cesser de battre, pour que le silence rejoigne enfin le silence. Nous sommes à peine là. Notre temps est compté. Ecoute-le, il se compte. Nous mourrons : voilà ce que, dans le même moment la musique fait oublier et fait éclater". Prenons le temps d'écouter ses huit morceaux, de vivre et respirer avec elle, en contempler la richesse, en apprécier les méandres et humeurs car c'est finalement si peu de choses que de prendre son temps lorsque la beauté vous tend les bras, ne passez pas à côté....

Pour écouter des extraits et/ou vous procurer ce disque.....cliquez ici (amazon) ou cliquez ici(fnac)

Pour en savoir plus sur le pianiste Edouard Ferlet...cliquez ici

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano