Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Karol Beffa Improvisations

Karol Beffa
Improvisations

Le pianiste/compositeur Karol Beffa est également improvisateur depuis nombreuses années. Précédemment interviewé en 2006 il confiait ainsi comment il vivait ses concerts d'Improvisations : "Une fois le thème lancé, j'essaie d'attaquer tout de suite l'improvisation, en réfléchissant au minimum ; cela permet de donner une forme à la pièce au fur et à mesure que les idées vous viennent sous les doigts. Les sensations que je ressens à ces occasions s'apparentent un peu, j'imagine, à celles d'un funambule sur sa corde. Mais jusqu'à présent, je n'ai jamais eu le trac. Je peux même dire que le fait d'inclure des improvisations dans mes récitals m'a ôté tout trac pendant les interprétations d'œuvres du répertoire." L'enregistrement des 22 improvisations de ce CD, paraissant ce mois-ci chez le label Intrada, permet à ceux qui n'ont pu voir Karol Beffa en concert de le découvrir dans cette activité qu'il affectionne particulièrement. Ces improvisations ont été jouées sur un piano Pleyel 2004 dans l'espace de projection de l'IRCAM le 29 juillet 2007 devant un public présent lors de la séance qui lui a donné les thèmes.
On retrouve dans cette séance d'improvisations certaines des "obsessions" de Karol Beffa : les "Clocks"(rythmes saccadés d'inspiration Bartokienne ainsi "Le Mécano de la Générale" à écouter dans cette page) et les "Clouds"( harmonies, textures et couleurs d'inspiration Debussyste ainsi "Figures de diffraction" à écouter également dans cette page). Le tout offrant un univers où se croisent mélodies et sonorités profondes dans un climat propice à l'imaginaire.
Karol Beffa a bien voulu répondre à quelques nouvelles questions pour présenter ce disque et son actualité :
Vous avez obtenu votre premier prix d'Improvisations au CNSMP en 2002 mais depuis quand improvisez-vous précisément ?
Même si j'ai toujours un peu improvisé dès que j'ai su me mettre au piano, c'est Alain Kremski, avec qui j'ai pris des cours de composition et d'accompagnement au piano entre douze et quatorze ans, qui m'a fait véritablement découvrir les joies de l'improvisation. Je me souviens d'avoir improvisé avec lui à quatre mains au Moulin d'Andé à l'âge de treize ans. Il y a dans l'improvisation quelque chose de très spontané et naturel, qui me détend, me délasse.
Lors de votre précédent interview pour pianobleu.com vous disiez que les thèmes de vos improvisations peuvent être littéraires, musicaux, picturaux... ce disque en est un concentré, semble-t-il...

« Prière pour Jean-Sébastien » est le seul pastiche à proprement parler, et les références musicales ne sont pas rares : « L'Oiseau prophète », « Poissons d'or », « Prélude, Choral et Franck », voire « Haendelssohn » — une allusion à l'appellation guère flatteuse dont Wagner affublait Mendelssohn : le modèle baroque s'y fond dans un romantisme aux contours mouvants. « Sarcasmes » se réfère à Prokofiev, en garde la vigueur et la volonté de dynamiter toute emphase ; mais on y entend aussi des échos méphistophéliques de la Sonate de Liszt. Quant à « IRCAM » — titre visiblement inspiré à un auditeur par le lieu de l'enregistrement — et à « Bagatelle sans tonalité », ils lorgnent davantage du côté de la Seconde École de Vienne. Cette dernière improvisation, malgré son intitulé, est nettement plus webernienne que lisztienne.
Parfois, ce sont effectivement des climats moins expressément liés à des œuvres ou des compositeurs qui ont été suggérés par le public… L'Inde et ses envoûtements sont ainsi convoqués par « Raga », l'Espagne et ses sortilèges par « El Desdichado ». « Figures de diffraction » annonce jeux de lumière, ondes chatoyantes et miroitements. « Attente » et « Tempête » présagent des atmosphères tragiques — « Tempête » en particulier, où le Dies Irae plusieurs fois entendu sous des travestissements divers suggère l'imminence d'un danger. Enfin, deux private jokes, les improvisations nommées « Pour la main droite » et « B.E.F.F.A. » : la première a été exécutée main gauche hors clavier, la seconde est construite sur les cinq notes si b, mi, fa, fa, la, selon l'analogie lettres/notes du système allemand.
Depuis quelques mois vous multipliez les expériences d'écriture de musiques pour l'image…pouvez-vous en parler ?

Il y a deux ans, Arnaud Desplechins a fait découvrir ma musique au réalisateur Benoît Rossel. Celui-ci m'a commandé une musique originale pour son documentaire "Le Théâtre des opérations" qui est sorti sur les écrans suisse et français. C'est par l'intermédiaire de Benoît Rossel que deux réalisateurs sont entrés en contact avec moi : Stéphane Breton, qui a utilisé ma musique pour deux films réalisés en 2007, pour "Le Monde extérieur" et pour "Nuages annonçant la nuit", diffusés sur Arte ; et Jean-Xavier de Lestrade (Oscar du meilleur film documentaire en 2002, pour "Un coupable idéal"), dont j'ai composé la musique de la première fiction : "Sur ta joue ennemie…" (Le film sort le 3 démbre 2008, Jean-Xavier m'a d'ailleurs confié un petit rôle de médecin dans le film. Je lui en suis très reconnaissant.) Je dois par ailleurs écrire prochainement la musique du film "Le Fil" de Mehdi ben Attia et j'ai des projets de collaboration avec Ollivier Pourriol.
Les séances d'enregistrement de musique de film se passent-elles très différemment ?

Lors de l'enregistrement du "Théâtre des opérations" et de "Sur ta joue ennemie…", Johan Farjot était à la direction et c'est moi qui tenais la partie de piano. Outre les contraintes propres au fait de composer pour l'image (temps compté, syncronisation), enregistrer soi-même une musique de film oblige à réagir à ce que font les autres musiciens tout en se concentrant sur sa propre partie. Lorsque j'ai écrit la musique d'un film muet, « Roméo et Juliette », pour Arte, Johan Farjot dirigeait mais c'est Lorène de Ratuld qui tenait la partie de piano. Cela me permettait de suivre attentivement les parties des cinq autres musiciens (une clarinette et un quatuor à cordes).

Pour écouter Le Mécano de la Générale avec l'aimable autorisation de Karol Beffa utilisez ce lecteur, cliquez sur le triangle

Pour écouter Figures de diffraction avec l'aimable autorisation de Karol Beffa utilisez ce lecteur, cliquez sur le triangle

Pour vous procurer ce disque.....cliquez ici(amazon) ou cliquez ici(fnac)

Pour en savoir plus sur Karol Beffa...cliquez ici

Pour visiter la page archive des " Disques du moment"...cliquez ici et
écoutez nombreux autres disques de musique de piano classique, jazz, variétés...

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir lors de concerts mentionnés en rubrique Concerts

Think Bach 2
Edouard Ferlet

 



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano