HOTEL CHOPIN Nuit blanche pour une note bleue

Communiqué

HOTEL CHOPIN
Nuit blanche pour une note bleue

Texte et mise en scène Pierre Desmaret

Avec Isabelle Eschenbrenner, soprano,
Denys Oehler, pianiste,
Yves Pignard, comédien

Du 16 janvier au 3 février 2008
(mer 16 à 20h30, ven 18 à 18 h 30, di 20 à 17 h, ma 22 à 20h30, jeu 24 à 20h30, sam 26 à 20h30, mer 30 à 20h30, ven 01 à 20h30, sam 2 à 20 h 30, dim 3 à 17h)
Au Théâtre des Marronniers
7 rue des Marronniers - 69002 Lyon

 
Une création en deux étapes

1. Un spectacle de théâtre musical
2. La sortie d'un CD


Un spectacle de théâtre musical
Hôtel Chopin, c'est une entrée par l'intime dans le génie de cet artiste unique qui a donné à la France un caractère qui lui manquait peut-être, la nostalgie. Une nostalgie créatrice et non pas molle ou alanguie, une élégance de l'âme, un art de survivre dans ces temps tumultueux. Les mélodies, les très rares mélodies, sont les uniques compositions pour chant d'un Chopin exilé, irrémédiablement seul. Des mélodies gaies ou tristes, enlevées ou martiales, composées tout au long de sa vie sur des poèmes d'amis, des fragments d'histoires, des images flottantes.

Cette pièce écrite et conçue par Pierre Desmaret prend pour décor un hôtel le temps d'une nuit, une nuit blanche pour une note bleue. Comme le disque, le spectacle « Hôtel Chopin* » répond à la volonté de redonner à ces mélodies leur destination naturelle, le grand public. En Pologne ce lien n'a jamais été rompu, en France c'est encore un objectif impérieux. Ce spectacle vivant permet aussi de pénétrer comme dans un film, dans certains épisodes du « roman » chopinien, de la Pologne des jeunes années, au Paris romantique

Le thème de la pièce
Au bout du passage Jouffroy, à Paris, le Paris des grands boulevards, on trouve l'Hôtel Chopin. Poussez la porte vitrée, et vous voilà plongé dans un romantisme d'opérette, de cinoche, tout un décorum réinventé par le maître des lieux, François le réceptionniste. Réceptionniste sans doute, mais aussi metteur en scène à ses heures perdues, de toute façon perdues et de préférence de nuit. Une interprète, la soprano, et son pianiste, rentrent ce soir de leur concert et de l'inévitable repas d'après représentation. Ils vont découvrir l'oeuvre au noir de cet être étrange, ce Méphisto de l'hôtel Chopin : un film, une fresque plutôt, dans un scénario prêt à être joué là, immédiatement, dans le hall d'entrée. Ensemble, ils vont parcourir le répertoire des mélodies et suivre le cheminement de la caméra mentale de ce réalisateur d'un soir à la recherche de l'image parfaite, la note bleue, une note bleue pour une nuit blanche.
La sortie du CD des mélodies de Chopin
C'est en janvier que sortira le CD (chez Polymnie) des 19 mélodies de Chopin enregistrées par Isabelle Eschenbrenner et Denys Oehler.

Les mélodies
"Sans prendre garde à l'ouragan
Qui fouettait mes vitres fermées,
Moi, j'ai fait Emaux et camées
".
Théophile Gauthier

Chopin qui s'est éteint en 1849 n'a pas pu lire le célèbre recueil de Théophile Gauthier, et pourtant les mélodies s'apparentent à ces « Emaux et Camées » symbolistes, dont certains poèmes ont les mêmes titres : « le voeu », « le printemps ».Les mélodies sont passionnantes car on les sent composées vitres fermées, ou plus exactement ouvertes, oui mais sur le paysage intérieur. Eté 1824, Chopin a quatorze ans. Le jeune musicien est en vacances à Szafarnia. Pour écrire à sa famille il anagramme par jeu son nom qui devient Pichon, encore plus français. Une après-midi, il interprète sa mazurka « le petit juif » qui ravit le public populaire de la ferme. Le succès immédiat de l'air folklorique face au répertoire plus virtuose restera inscrit dans la mémoire du compositeur. Aux notes, il ajoutera plus tard les mots, ceux de ces amis poètes. Poètes nationaux qui chantent si bien la terre polonaise (Witwicki, Mickiewicz, Zaleski-).
On retrouve ces mélodies, chemin faisant, dans la biographie, dans les interlignes de la correspondance, comme paquets cadeaux de séparation (Constance Glakdowska, Maria Wodsinski), ou encore comme projet de compilation posthume. Certaines comme « le Guerrier » répondent tel un journal ouvert à la situation politique en Pologne (Soulèvement de Novembre 1830) et ferment ce dramatique épisode par « Les feuilles tombent/Chant de la tombe » en 1836. D'autres nous montrent un Chopin inconnu, drôle, insouciant, parisien, comme dans « Le beau garçon ».
La composition des mélodies s'interrompt pendant la longue période de liaison avec George Sand. Cela correspond effectivement au moment de la maturité et de la grande création Chopinienne. C'est sans doute ce qui a provoqué ce désamour vis à vis des mélodies et de tout le répertoire irrégulier, Barcarolle, Berceuse, Boléro, le tout relégué en fin de catalogue.
Notre temps connaît une réelle évolution vis à vis de ces chefs d'oeuvre en péril, monuments tombés dans l'oubli. Dans le cas de Chopin, dont on croyait tout
connaître il reste encore, si ce n'est des découvertes, au moins une réhabilitation.

Les interprètes

Denys Oehler
Denys OEHLER est entré à l'âge de neuf ans dans la classe d'Andrée SUZON, formée par Louis HIILTBRAND, professeur au Conservatoire de Genève.
Il intervient dans un large répertoire des XVIII, XIX et XX siècles, avec une prédilection pour BACH, CHOPIN et BEETHOVEN.
Denys OEHLER accompagne régulièrement la soprano Isabelle ESCHENBRENNER lors de récitals. Avec la complicité du comédien Yves PIGNARD, ils ont joué dans le spectacle De Varsovie à Paris, créé au Théâtre des Marronniers et qui a été programmé au Festival International de la Voix d'Autrans, au Théâtre de Tarare et à l'Auditorium de Villefranche sur Saône. Ils ont ensuite renouvelé cette aventure musicale et théâtrale avec la comédienne Florence MARGUIER pour la création du spectacle OZANAM - BERLIOZ, spectacle radiophonique en deux volets.
Il aborde aussi le répertoire du Tango Argentin. Lors de soirées Milonga, il interprète PUGLIESE, BARDI, PIAZZOLLA, notamment au Festival de la ville de Chassieu ou aux Impromptus Musicaux du parc de Lacroix Laval. Il se produit aussi en duo « Tango Chanson » avec Isabelle PAQUET.
En Janvier 2006, c'est avec isabelle PAQUET et le danseur Michel GLAIZE qu'est créé à Lyon le spectacle « Tango Nuit » écrit par le poète Patrick DUBOST. Il se consacre également a l'enseignement du piano et a dirigé une école de musique pendant plusieurs années.
Isabelle Eschenbrenner
C'est donc sur les planches que Denys Oehler rencontrera Isabelle Eschenbrenner, qui, elle non plus, n'apprécie ni les formatages, ni le « main stream » culturel. Après un prix de virtuosité au conservatoire de Lausanne, elle est engagée dans la troupe de l'Opéra de Lyon où elle chante sous la direction de J. E. Gardiner, K. Nagano, P. Eôtvös et travaille avec des metteurs en scène tel que Bob Wilson, L. Erlo, M. Leiser et P. Caurier. Elle aurait pu poursuivre une carrière plus traditionnelle, mais elle préfère un parcours plus éclectique (oratorio, musique de chambre, musique contemporaine, théâtre musical). Son goût pour l'enseignement l'a poussé à créer le Centre de la voix Rhône-Alpes, dont elle est la directrice artistique. Elle enseigne aussi à la Maîtrise de l'Opéra de Lyon depuis sa création et au CNSMD de Lyon.
Yves Pignard
Comédien, metteur en scène, directeur de structures culturelles, il mène de front ce triptyque artistique depuis plusieurs années. En tant que comédien, il a servi des textes de Jean Anouilh, Victor Hugo, Federico Garcia Lorca, Jean-Paul Sartre, Guy Foissy, Alfred de Musset, Alphonse de Lamartine, Istvan Orkeny, Anton Tchekhov...
Il a participé à plusieurs spectacles de théâtre musical: A mon seul désir d'après Louise Labé, Et Arthus, Monsieur Chausson?, Les XXIII Manières de Maître Mouche, fatrasie médiévale, Carolan's Dream.
Il mène également un travail sur la mise en théâtre de textes puisés dans l'oralité ou dans des paroles d'habitants de quartiers, Je t'écris de mon coeur lointain de Jean-Yves Loude, Des deux côtés de la mer. Il a adapté à la scène le roman populaire Sans Famille d'Hector Malot.
En tant que metteur en scène, Yves Pignard s'est investi dans plusieurs projets associant Théâtre et Musique: Le Livre Vermeil de Montserrat, Fauré à la Madeleine, Tous les Matins du Monde de Pascal Quignard, La Tempête de Henry Purcell et William Shakespeare, Instants de vie d'après l'oeuvre d'Antoine de Saint-Exupéry, Le jardin du Prophète de Khalil Gibran, etc. Il dirige le Théâtre des Marronniers de Lyon, structure de création et de diffusion théâtrale, et le Centre Culturel Associatif Beaujolais, structure culturelle itinérante regroupant plusieurs communes au Nord du département du Rhône, et productrice, entre autres, du Festival en Beaujolais - Continents et cultures
Pierre Desmaret
Comédien, auteur et metteur en scène, Pierre Desmaret a d'abord adapté plusieurs genres d'oeuvres littéraires : Machiavel et la Mandragore, Rabelais et Gargantua. Il est également le concepteur de réalisations de « médiation culturelle » (réunion publique TJA 2002, l'animal et l'objet muséum d'histoire naturelle 2002, Chalier et la révolution à Lyon, les Gadagne en leur palais, la véritable histoire du 8 décembre-).
En 2005, création de l'architecte et la mer, sur la vie de Le Corbusier et en 2007, conception du spectacle Au Grand Guignol pour l'événement « Lyon 19ème, esprit d'un siècle ». Depuis dix ans, il est directeur artistique du « Fanal » et travaille en particulier sur les formes mixtes, théâtre et théâtre de marionnettes.

réservations 04 78 37 98 17

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano