Guerre et Paix

Guerre et Paix

Orchestre National d'Île de France
Direction Takuo Yuasa
Piano Jean-Philippe Collard

Serge Rachmaninov |
Concerto pour piano n° 2 op. 18
Serge Prokofiev |
Symphonie n°5 en si bémol majeur op.100
Samedi 7 mars à 20 h 30 | Provins (77)
Mercredi 11 mars à 20 h 45 | Chaville (92)
Jeudi 12 mars à 20 h 45| Courbevoie (92)
Vendredi 13 mars à 20 h 30 | Montereau-Fault-Yonne(77)
Samedi 14 mars à 20 h | Paris (75)
Dimanche 15 mars à 16 h | Meaux (77)


Évadez-vous dans les steppes de Russie grâce à ce programme épique : Rachmaninov et Prokofiev dans leurs œuvres les plus populaires et les plus virtuoses. Sous la baguette de Takuo Yuasa, Jean-Philippe Collard, dont le lyrisme en demi-teinte, l'élégance et la fluidité conviennent parfaitement à ce répertoire, interprète le Concerto pour piano n° 2 de Rachmaninov.

Avant-concert | samedi 14 mars 2009 à 19 h | Paris - Salle Pleyel
Conférence tout public | entrée gratuite sur réservation au 01 43 68 76 00,
le concert lui est payant ... Cliquez ici pour réserver

Rachmaninov et Prokoviev : vibrants duos
Présentation : Charles Decroix
Le programme " Guerre et Paix " promet d'être intense.
Pour vous y préparer, un violoniste et un pianiste relayés par un médiateur vous invitent dans l'univers de Rachmaninov et Prokofiev, tous deux excellents pianistes chez qui le piano est la voix de l'intime. Une sélection de pièces plus légères que la symphonie et le concerto par leur effectif, mais non moins profondes.

Takuo Yuasa, direction

Takuo Yuasa est né à Osaka où il a étudié le piano, le violoncelle, la flûte et la clarinette.
À dix-huit ans, il intègre l'Université de Cincinnati aux États-Unis où il obtient un diplôme de théorie musicale et de composition.
Il part ensuite en Europe pour étudier la direction avec Hans Swarowsky à la Hochschule à Vienne, puis avec Igor Markevich en France et Franco Ferrara à Sienne, avant d'être engagé en tant que chef assistant de Lovro von Matacic à Monte-Carlo, Milan et Vienne. Après avoir remporté le prix spécial du concours international de direction d'orchestre Fitelberg en Pologne, Takuo Yuasa dirige fréquemment dans ce pays, notamment la Philharmonie de Varsovie et l'Orchestre national de Pologne et récemment dans le cadre du Festival d'Automne de Varsovie.
Takuo Yuasa a occupé les postes de chef principal du Gumma Symphony Orchestra au Japon, principal chef invité du BBC Scottish Symphony Orchestra et de l'Ulster Orchestra.
Takuo Yuasa a dirigé les orchestres philharmoniques d'Oslo, Londres, Hong-Kong, Luxembourg, les orchestres symphoniques de Sydney, Nouvelle-Zélande, Adelaïde, ainsi que l'Orchestre de la Radio de Norvège et l'Orchestre du Brabant.
En Grande-Bretagne, Takuo Yuasa dirige régulièrement le Hallé Orchestra, le Royal Scottish National Orchestra, le Liverpool Philharmonic et le Bournemouth Symphony. Il a aussi dirigé des orchestres de conservatoires et des orchestres de jeunes en Écosse, Irlande et Irlande du Nord.
Au cours des deux dernières saisons, Takuo Yuasa a dirigé au Royal Festival Hall de Londres, au Konzerthaus de Vienne, à l'Alte Oper de Francfort, au Liederhalle de Stuttgart ainsi qu'au Sibelius Hall à Lahti, Finlande. Il a fait ses débuts avec la Philharmonie des Flandres qui l'a immédiatement ré-invité.
Au Japon, Takuo Yuasa dirige régulièrement les plus importants orchestres. Il y a récemment dirigé le Metropolitan Orchestra de Tokyo ainsi que l'intégrale des symphonies de Brahms et Schumann avec le Century Orchestra d'Osaka.
Takuo Yuasa a réalisé de nombreux enregistrements, bien reçus par la presse, pour Naxos avec les orchestres symphoniques de Sydney et de Nouvelle-Zélande, avec le BBC Scottish Symphony, l'Orchestre national d'Irlande et bien d'autres dans un répertoire qui va de Britten à Rawsthorne, Honegger à Vieuxtemps, Webern à Schœnberg, Macdowell à MacMillan, Schubert à Rimsky-Korsakov, Pärt, Górecki, Glass et Nyman, ainsi que des compositeurs japonais émergents tels Yashiro, Moroi, Akutagawa et Yamada. C'est au titre de cette versatilité qu'il est engagé régulièrement par les orchestres du monde entier, en dirigeant le répertoire classique mais aussi des pièces moins connues de grands compositeurs.

Jean-Philippe Collard, piano
Le 27 janvier 1948, à n'en pas douter, la fée musique rôdait aux alentours du berceau de Jean-Philippe Collard : élevé dans une maisonnée nombreuse et mélomane, le petit champenois a tôt fait de tomber sous le charme du rituel magique de la musique de chambre en famille. Si bien qu'à l'âge de dix ans, il quitte sa région natale pour gagner la capitale, sans prendre la mesure de ce qui
l'attend : le Conservatoire national supérieur de Paris, la ronde des concours internationaux, huit années d'études sous la férule éclairée et exigeante de Pierre Sancan, avant d'être projeté sur le devant de la scène internationale…
Le pianiste français n'est néanmoins pas de ceux qui brandissent leurs titres et leurs protecteurs comme gages de leur talent : à peine fait-il allusion à la belle amitié qui l'a lié à Horowitz, en ces années cruciales où se forge la maturité artistique. Du Maître, il tient le secret du chant profond et soutenu, qui fait de lui un virtuose du lyrisme en demi-teinte, de la confidence vibrante et chaleureuse.
Si ces vertus lui valent d'être un chantre sans égal des clairs-obscurs de la musique française (de Fauré à Saint-Saëns, Poulenc et Ravel), Jean-Philippe Collard n'en sert pas avec moins de fièvre et de panache les pages les plus ébouriffantes du répertoire pianistique.
Aujourd'hui fort d'une discographie de plus de cinquante titres, Jean-Philippe Collard sillonne les grandes scènes musicales du vieux continent et d'Outre-Atlantique - de Carnegie Hall au Teatro Colon en passant par le Théâtre des Champs-Élysées et le Royal Albert Hall. Figure bien connue du public français, enfant chéri des États-Unis, il pourrait se targuer d'avoir joué avec le gotha des chefs et des orchestres à travers le monde.
Les feux de la rampe semblent pourtant n'avoir guère ébloui notre pianiste. Resté simple, direct et jovial, il évoque plus volontiers ses bonheurs privés que ses succès publics : une vie de famille épanouie aux côtés de sa femme et de ses cinq enfants, des amitiés fidèles et chères à son cœur… Amoureux de la nature, bricoleur à ses heures, ce gentleman-pianiste cultive plus d'un jardin secret.
Une bonne dose d'humour et de réalisme est d'ailleurs un contrepoids idéal aux joies fugaces et aux tracas chroniques de cette vie de bohème qui est à ses yeux, avant toute chose, une belle aventure humaine : car, à la scène comme à la ville, Jean-Philippe Collard se nourrit de rencontres… et avoue de ce fait un penchant secret pour la musique de chambre, où se nouent des complicités d'une vie.
Cette soif d'échange et de partage le conduit volontiers sur des départementales peu fréquentées par la jet-set des pianistes : cet artiste tout-terrain aime à voyager en cavalier solitaire, escorté par son fidèle piano, sur les chemins du Béarn ou de la sierra mexicaine. Là, d'églises de village en salles des fêtes, il a vécu certains des moments de grâce de sa vie de musicien.
Virginie Schaefer-Kasriel
Repères…
1948 : naissance à Mareuil-sur-Aÿ (Champagne, France)
1964 : 1er Prix du Conservatoire national supérieur de Paris
1969 : Grand Prix au Concours Long-Thibaud
1970 : 1er Grand Prix du Concours Cziffra
Jean-Philippe Collard est Chevalier de la Légion d'Honneur.

Orchestre National d'Île de France
Le messager de la musique symphonique en Île-de-France
L'Orchestre National d'Île de France, créé en 1974, est financé par le Conseil Régional
d'Île-de-France et le ministère de la Culture. Sa mission principale est de diffuser l'art symphonique sur l'ensemble du territoire régional et tout particulièrement auprès de nouveaux publics.
De 2002 à 2008, le compositeur Marc-Olivier Dupin assure la direction générale de la formation ;
il l'ouvre à de prestigieux chefs et solistes, élargit son répertoire, et rénove son approche du concert
et du public. Aujourd'hui, Roland David, ancien directeur délégué en a pris la direction. L'orchestre compte désormais parmi les formations nationales les plus dynamiques.
Diffusion d'un répertoire éclectique et novateur
L'orchestre, composé de quatre-vingt-quinze musiciens permanents, donne chaque saison
une centaine de concerts, offrant ainsi aux franciliens une grande variété de programmes
sur trois siècles de musique, du grand symphonique à la musique contemporaine, du baroque
aux diverses musiques de notre temps (Lenine, Pink Martini, Craig Armstrong, Paolo Conte
ou encore Nosfell).
L'orchestre innove également et a créé, depuis une quinzaine d'années, une centaine de pièces contemporaines et un festival, Île de découvertes, dont la troisième édition aura lieu à Saint-Quentin-en-Yvelines en mai 2010.
Yoel Levi, chef principal, un projet à long terme
Depuis la rentrée 2005, Yoel Levi est le chef principal de la formation. Son arrivée a renforcé l'exigence de qualité, la volonté d'élargir le répertoire symphonique et la cohésion musicale
de l'orchestre, ainsi que son rayonnement national et international. Après quatre saisons fructueuses passées à la tête de l'orchestre, Yoel Levi vient d'être reconduit dans ses fonctions jusqu'en 2012.
Former les mélomanes de demain
L'orchestre est très engagé en faveur du jeune public. Il élabore et développe des actions ambitieuses: ateliers, rencontres avec les artistes, concerts éducatifs et spectacles musicaux placent les jeunes au cœur de l'orchestre et les éveillent au répertoire symphonique et au spectacle vivant.
Les concerts Oi Brasil, La Fontaine de l'île, Renard et, plus récemment, Chantons avec l'orchestre
à la salle Pleyel ont réuni plusieurs milliers de jeunes choristes.
A voir : une vidéo du pianiste Jean-Philippe Collard interprétant un autre concerto de Rachmaninov et avec une autre orchestre....
Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano