Exposition multimédia Les Grandes Marées Piano

Expo Multimédia
" Les Grandes Marées "

Mur d'images, musique minimaliste, ambiances naturelles et poésie

Du 17 juillet au 28 août 2011

Tous les jours de
10h à 12h30
et
de 14h à 18h

Gilles Régnier, photographe

Stéphane Horeczko,
compositeur et interprète

Rencontre avec les artistes et dédicaces le lundi 15 août 2011

Manoir d’Ango
Varengeville-sur-Mer 76119


Vous aimez les paysages maritimes et la musique au piano alors sachez qu'une très belle exposition multimedia réunissant les deux aura bientôt lieu dans un manoir de Varengille sur Mer... Découvrez plus bas dans une vidéo l'atmosphère de celle-ci.
L'idée de l'Exposition « Les Grandes Marées » sur mur(s) d'images.
C'est de saisir le mouvement d’une marée descendante ou montante, par une vue fixe et séquentielle, le temps d'une grande marée. C’est aujourd’hui, une série de diaporamas, de la Pointe du Grouin (Bretagne) au cap Blanc-Nez (Pas-de-Calais), qui représente la diversité des lieux. Gilles Régnier a commencé ce travail photographique en août 2005, à partir de son observation d’un lieu, à marée basse, puis l'imprévu, quelques heures suivantes.
« Les Grandes Marées »
À la dune de Wissant, creusée en son flanc par les assauts de la mer, elle accueille à son sommet les promeneurs, jusqu'au Cap Blanc-Nez. Quand la tempête ne frappe pas la pointe du Grouin, le niveau des marées est perceptible à la vue de l'île des Landes. La falaise d'Etretat et son aiguille garde le secret de son passage, accessible à marée basse. En baie de Somme, les herbeux se propageant, sont finalement recouverts, dans les courants d'un mascaret discret. Face à la mer, l'eau est infinie et immense, en retrait ou toute entière.
Le Projet Photographique et Musical.
C'est regarder une grande marée, qui défile devant nos yeux, en quelques minutes, et s'immerger dans un phénomène naturel. Voir les richesses du relief, des parcs à huîtres, et découvrir sa face cachée. C'est aussi la notion du mouvement de l'eau dans l’espace et le temps, imperceptible à l’oeil nu, que est exprimé par l'amplitude et le rythme des flux. La nature donne son tempo, en nous faisant oublier, combien, parfois, nous sommes pressés.
L'unité dans le thème « Les Grandes Marées », est une approche rythmée par le temps, que le photographe Gilles Régnier saisis, toutes les dix, voir trois minutes ou vingt secondes, lors du mascaret de la baie du Mont Saint-Michel ou de la baie de Somme.

La singularité d'une grande marée de quatre à six heures, est retranscrite en un diaporama d'une trentaine de clichés. La notion du temps n'existe plus, et dans ce vide temporel, la musique classique de Stéphane Horeczko, existe pleinement. Justement, les silences sont placés en les intégrant, comme un langage musical. Ils créent un rythme pour étirer le temps et expriment l'intemporalité, tout en s'inspirant des grands espaces, l'infini dans la plénitude, et rentrer dans l'intimité des choses...

Le Support Photographique et Musical est à la fois en exposition photographique sur mur(s) d'images, et sonore avec musique classsique minimaliste, ambiances naturelles et poésies, ou en scène musicale avec un mur d'images.

La Scène Musicale, avec Stéphane Horeczko au piano ou en ensemble, il interprète son album « G.1888 », 12 titres, en hommage au compositeur Erik Satie et à ses fameuses « 3 Gymnopédies », éditées en 1888. L'album contient plusieurs pièces qui font écho les unes aux autres, et sont écrites sous forme de variation « Monochrome ». Certains titres comme « Le ciel n'a pas mémoire », « Une épine et la beauté »
Entretien de Isabelle Rieser avec Gilles Régnier, photographe et Stéphane Horeczko, compositeur interprète
Cheminement créatif au multimédia
Question : Stéphane, comment l'image t'a amené à la création multimédia ?
Stéphane : C'est la singularité du projet, l'univers personnel de Gilles m'avait inspiré.
C'est justement son coté un peu grand espaces, qui m'a conforté dans mon intériorité, ça c'est clair.
Q : Était-ce un ancrage ?
Stéphane : J'essaye de trouver mon propre rythme. Dans l'album, c'est justement le fait d'avoir un thème qui apparaît plusieurs fois... Dire la même chose mais sous un autre angle. Dans les grandes marées, dans les visuels de Gilles, je retrouve cela.
Q : Gilles, en quoi le multimédia traduit les grandes marées ? …
Gilles : Je sais que je suis rythmé par le temps. Toutes les dix minutes, ou toutes les trois minutes, voir toutes les vingt secondes, si je suis au Mont Saint-Michel, le mouvement est amplifié. L'esthétique, on l'a, je pense là...
L'intemporel d'une vision du monde
Q : Vous avez donc pensé à une exposition multimédia, quelle est la composante essentielle à votre travail ?
Stéphane : Exprimer l'intemporel, comment aller vers l'inexprimé...
Q : Et en musique, tu le traduis comment ?
Stéphane : Justement par les silences, en les intégrant comme un langage musical.
Gilles : Une grande marée retranscrite en deux à trois minutes, très rapidement... la notion du temps n'existe plus.
L'appel à la nature et culture
Q : Comment tu arrives à passer de la contemplation au rythme ?
Gilles : C'est le lieu... Le rapport avec les éléments. Là, si l'idée était contemplative au début, petit à petit, il y a une dynamique qui va se créer, ça va être moins régulier...
Q : Est-ce que tu fais une mise en scène ?
Gilles : J'essaye de montrer les effets de grande marée et à quel endroit... Là, où il y a beaucoup de repères, pontons, ports, mouvements de bateaux, paysans de la mer... Dès qu'il y a une marée, il y a un rythme de la nature, que l'on respecte. C'est un réflexe que l'on a vis-à-vis de la mer.
Q : Stéphane, qu'as-tu envie de transmettre, à travers la musique minimaliste, la poésie et l'image ?
Stéphane : Cette passerelle qui peut y avoir entre les arts, tout en faisant en sorte que chacun ait son propre univers. Il y a complémentarité, mais chacun a sa part de vérité selon un vécu. Des fenêtres sur le monde qui nous entoure.
Gilles Régnier
Autodidacte, c’est à travers la Marine que Gilles découvre la photographie et la mer en voyageant en
Méditerranée. Normand d’origine, il photographie sa région, le littoral, les grandes marées. De photographe
officiel d'évènements nautiques au sponsor, d'un travail thématique de 5 années sur les grandes marées, le
Lochness, ou portrait d'artistes, il intervient sur commande et s'est investi en 2010/2011 dans la production
multimédia pour une approche artistique.
Exemple de réalisations
Double page : Tempête à Veules-les-Roses - Pays de Normandie n°39 - Hiver 2002-2003, comme photographe
officiel - Euro Etchells 22 - Voiles et voiliers n°398 - Avril 2004, à l'international - Les voiles latines -Vene
(magazine finlandais) - Août 2006
Programme officiel - Mer & Bateaux - Les Voiles de Saint-Tropez - Octobre 2006
Publicité pleine page - ESC de Brest - hors-série n°70 Alternatives Économiques, 4ème trimestre 2006
Couverture Guide 2007- Société des Régates de Courseulles et enveloppe pré-timbrée en poste locale
Portfolio "les côtes normandes" - Pays de Normandie n°57 - Été 2007
Rubriques internationales «Tell tales & France», Classic Boat, UK, 8 insertions en 2009.
Reportage «Synergy Team: Classe America» - Louis Vuitton Trophée - MainSail.Ru (portail voile) -11/2009,
L'érosion - Normandie Magazine - Octobre. Novembre 2008 – N°225
Demi-pages, rubrique «images de mer» Bateaux N°617 - Octobre 2009 - Lancel Classic, seizième Festival
écossais de Bateaux traditionnels – voilier «Cambria»- Bateaux - N°619 - Décembre 2009.
Stéphane Horeczko
Il a étudié l’arrangement et le piano Jazz à la Dick Grove School Of Music à Los Angeles.
De retour en France, il étudie l’écriture classique auprès de Margherita Parise de l’école de Vienne, et l’instrumentation avec Allain Gaussin à la Schola Cantorum. Il a travaillé sur des musiques de films telles que "Il faut que je l’aime" (1995) court métrage de Sébastien Lifshitz, "Pantin Kruel" (1997) court métrage de Bertrand Dubesset, ou plus récemment "The Warning: Monday 10 am" (2010) long métrage du réalisateur anglais Mark Hamilton.
Exemples de réalisations Album : G. 1888, 12 titres de musique minimaliste - 2009 - Distribué: Kunaki, Amazon, iTunes
Compilations :
"Fugaces" The Silent Ballet Vol. XII
"Le ciel n'a pas mémoire" Acoustic Visions, Swan Lake Moving Image & Music Award
Partitions physiques et /ou digitales :
Editions Musicales Bourgès R (et revendeur)
Editions Soldano - Stretta Music - FreeHand Music - Amuse Tec.
Diffusion radio Internet telle que : All Piano Radio , France
Whisperings, États-Unis, Radio Art Grèce - Stacja, Pologne
Diffusion radio terrestre FM comme :
Ràdio Despí 107.1 (La Otra Orilla), Espagne
WTUL 91.5 New Orleans, États-Unis
Musiques d’identités sonores pour l’agence Sixième Son : Aéroports de Paris, Baccarat, Fnac, le Sénat.
Pour savoir comment vous rendre à cette exposition...cliquez ici(site internet du Manoir d'Ango)

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano