DONNEZ DU SWING A LA RECHERCHE

Donnez du swing à la recherche
contre les maladies rares

Jeudi 28 janvier 2010 à 20h30

à Strasbourg,

Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse -1 place Dauphine

La famille du jazz se mobilise contre les maladies rares autour du quartet du pianiste Dominique Fillon, des invités exceptionnels, au premier rang desquels Richard Galliano, … sont réunis pour un concert au bénéfice de la recherche sur les maladies rares (Association contre les Maladies Mitochondriales - Ammi)
Ce concert s’inscrit dans le cadre des 5èmes assises nationales de génétique qui se tiendront à Strasbourg du 28 au 30 janvier 2010.
Il est organisé par l’association les sept vies de Philémon, qui depuis 2003 produit disques et concerts au bénéfice de la recherche sur les maladies rares.


LES MALADIES RARES
• Les maladies rares (appelées également " orphelines ") sont celles qui affectent un nombre restreint de personnes en regard de la population générale : moins d'une personne sur 2 000.
• On dénombre environ 5 000 maladies rares. Elles sont graves, chroniques et évolutives. 80% d'entre elles sont d'origine génétique. L'atteinte peut être visible dès la naissance ou l'enfance. Cependant, plus de 50% des maladies rares apparaissent à l'âge adulte. Ces maladies concernent entre 4 et 5 millions de personnes en France, et environ 25 millions en Europe
• « Si les maladies sont rares, les malades sont nombreux », tel est le leitmotiv que l’on peut entendre chaque année lors de la marche des maladies rares, organisé par l’Alliance Maladies Rares, dans le cadre du Téléthon.
• Ces maladies génétiques représentent environ 30 000 nouveaux cas par an (répartis sur 5000 maladies, soit environ 5 à 6 par maladie), soit 3% des naissances.
• Sur ces 5 000 maladies, 1500 à 2 000 sont aujourd’hui bien connues, et les gènes qui en sont la cause, identifiés. Ce qui permet de pratiquer des diagnostics précis et précoces, par une simple prise de sang.
• D’autres maladies restent aujourd’hui mal ou insuffisamment connues, et certaines mettent en cause plusieurs gènes défectueux, ce qui rend difficile la mise en oeuvre d’un conseil génétique pour les parents.
• C’est notamment le cas des maladies mitochondriales – la mitochondrie est l’usine à énergie de la cellule -, maladies particulièrement graves, rares, diverses dans leur forme et leur gravité. Parfois peu connues du corps médical dans son ensemble, elles nécessitent d’importants efforts de recherche.
• L’A.M.M.I. (Association contre les Maladies Mitochondriales) s’emploie à créer des échanges et de la solidarité entre les familles des malades, à consolider les informations existantes sur les cas connus de manière à pouvoir appuyer ou faciliter le lancement de programmes de recherche spécifiques, aux niveaux français et européens.
Vincent Guiot a créé l’association les sept vies de Philémon en 2003. Un an plus tôt, une maladie rare a emporté son Philémon. C’est au contact des équipes médicales et des associations de familles de personnes atteintes que Caroline et Vincent Guiot ont ressenti la nécessité de contribuer à la lutte pour la recherche et contre les maladies rares.

EN 2004, A CHILD IS BORN
Très vite est né le projet « A child is born, la famille du jazz se mobilise contre les maladies
rares » : la compilation éponyme, éditée chez Dreyfus Jazz, se vendra à plus de 4 000 exemplaires. Deux concerts à Paris et Angers, en janvier 2004, autour notamment de Baptiste
Trotignon, Jacky Terrasson, Didier Lockwood, Biréli Lagrène et André Ceccarelli rassembleront près de 2 000 spectateurs. A Child is Born a permis de faire mieux connaître la cause des maladies rares et d’apporter 40 000 € au Centre de génétique de l’Hôpital Necker et à l’AMMI, association contre les maladies mitochondriales.
UNE AVENTURE MUSICALE ET PHILANTROPIQUE ORIGINALE
L’association Les sept vies de Philémon a choisi de servir la lutte contre les maladies rares de
manière inédite, dans un esprit de partage et de générosité réciproque :
· Le public partage un moment exceptionnel, il reçoit autant qu’il donne. Sa contribution ?
Acheter une place de concert ou un disque et, si le coeur lui en dit, les produits dérivés de
l’opération. Et quoi qu’il en soit apprendre et comprendre les enjeux de la recherche.

· Les entreprises marraines ou partenaires convient leurs clients et relations à partager ce
même moment, dans des conditions d’accueil que nous mettons à leur disposition, à la
manière d’une entreprise événementielle.

· Tous se savent utiles, tous contribuent et reçoivent en retour, tous partagent un moment
musical exceptionnel qui n’aurait peut-être jamais vu le jour sans la cause…
Ils servent une cause juste, mais sont conscients que d’autres le sont tout autant.
Dans cette démarche philanthropique, ils marquent leur différence en concevant un projet, ne serait-ce que parce qu’une cause et un projet ont ceci en commun d’éveiller l’enthousiasme, l’envie, la générosité de l’autre.
Ils ont rencontré un accueil enthousiaste des musiciens, orchestres, éditeurs, salles de concerts et entreprises sans lesquels A Child is Born ou Philémon & Baucis seraient restés de belles idées…
Depuis sa création, l’association les sept vies de Philémon a pu reverser plus de 100 000
euros à la recherche contre les maladies rares*, grâce à la participation généreuse d’artistes
qui ont mis leur temps et leur talent au service de notre cause. Un tout grand merci à eux, à
leurs managers, maisons de disques, …
L'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt
La famille du jazz Jacky Terrasson, Baptiste Trotignon, Biréli Lagrène, André Ceccarelli, Sean Smith, Eric Harland, Didier Lockwood, Jeanette Lindström, Edouard Bineau, Dominique Fillon, Richard Galliano
Musiciens classiques Nicholas Angelich, Christophe Rousset, Alexandre Tharaud, Vanessa Wagner, Eric Le Sage, les Talens Lyriques
Dominique Fillon
Né le 25 février 1968 au Mans, Dominique Fillon passe une enfance bercée par la passion de son père pour la musique classique (Mahler, Ravel, Bach, Villa-Lobos …) et le goût prononcé de ses trois grands frères pour la pop-music (Beatles, Rolling Stones, Pink Floyd, Crosby Stills and Nash…). Après plusieurs expériences dans des groupes de rock ou de pop-rock (Deux points à la ligne,Orgon), il rencontre, au Mans, deux pianistes de jazz : Philippe Duchemin et Guislain Deppe. Il décide alors, à l’âge de 17 ans, d’étudier le jazz à travers les standards et commence à jouer dans tous les clubs de sa ville natale. C’est également à cette époque qu’il découvre la musique brésilienne à travers Djavan, Tom Jobim, Joao Gilberto ou Yvan Lins.
À 20 ans, il vient à Paris pour entrer à l’American School of Modern Music, mais, finalement, il n’y reste que 3 mois préférant continuer à étudier en solo... Engagé au « caf’conc’ » pour jouer et chanter un répertoire de jazz rock, de funk et de fusion, il y reste un an et demi, et croise à cette occasion beaucoup de musiciens parisiens et internationaux tels que Dave Weckl, John Patitucci, Paco Seri, Scott Anderson, Etienne M’bape, Jean-Christophe Maillard, Chris Henry, Eric Sauviat, Hervé Brault, Jaco Largent, Jeff Baillard, Thierry et Jean-Philippe Fanfant, Laurent Vernerey…

Ces rencontres lui permettent d’avoir accès aux milieux du jazz, de la funk ou de la world music et d’enregistrer ou de tourner avec Secret Talk, Bruce Johnson, Angélique Kidjo, Ralph Thamar, Michel Fugain, Bernard Lavilliers, Jimmy Cliff, Monica Passos, Ladja, Lokua Kanza, Philippe Lavil, Sara Tavares, Viktor Lazlo, Henry Dikongué, Eva Gambus, Geoffrey Oryema...
À 30 ans, il réalise, arrange et cosigne avec Christophe Monthieux, l’album “Zambouya” pour l’artiste martiniquaise : Marijosé Alie, ainsi que la musique de deux longs-mètrages pour la télévision. Fort de cette expérience, et avec l’aide de Michel Fédoroff, il décide de se consacrer à la production d’artistes de son choix et réalise une dizaine d’albums: Alioune K, Sanseverino 1 et 2, Catherine Milles, Philippe Lavil et Elisabeth Anaïs…
Sur une idée de Michel Fédoroff, son éditeur, il décide de commencer un projet en solo, dont le piano serait l’acteur principal. C’est en formant son propre groupe qu’il rencontre, grâce à Marcio Faraco, le guitariste brésilien Sergio Farias venu à Paris pour étudier la musique de film. Une étroite collaboration commence alors entre eux et donne lieu à divers projets.
Ensemble ils préparent l’album solo de Dominique et l’enregistrent en octobre 2005 avec Steve Rodby, Stéphane Huchard, Jean-Philippe Fanfant , Luiz Augusto, Steve Shéhan, Nicolas Montazaud, Julio Gonçalves, Marc Berthoumieux, Franck Tortiller, Fabrice Alleman et Eva Gambus.
En 2006, Dominique travaille sur les arrangements et la réalisation du troisième album de Sanseverino. Il est également le directeur musical d'un projet qui s'appelle " Domtomfolies" pour les Francofolies. Ce projet, est la phase finale d'un concours qui a lieu dans tous les Dom-Tom est qui à pour but de découvrir chaque année, les nouveaux talents des départements et territoires d'Outre-Mer.
En 2007, l’année commence par la sortie de son premier album solo:”Détours”, chez Harmonia Mundi, et une série de concerts pour le présenter, du Festival de Jazz de Montreux aux clubs parisiens (Sunside, Duc des Lombards, Jazz Club Lionel Hampton) en passant par les Francofolies, et tout récemment en tournée au Japon. Cliquez ici pour en savoir plus sur Dominique Fillone

Prix des places 45 euros / 35 euros
Contact Vincent Guiot – 06 84 57 76 02

Pour en savoir plus sur ce concert et l'association les Sept vies de Philémon visitez http://7viesdephilemon.canalblog.com/

A voir : Dominique Fillon quartet

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Ne partez pas sans avoir lu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Aimez et/ou partagez cette page !

Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano